Inalco, Auditorium
65 rue des Grands Moulins, Paris

Éc(h)opoétiques : chanter, écouter, éprouver les lieux. Rencontres interdisciplinaires autour de Steven Feld

Télécharger au format iCal
Journées d’étude, CREM, Hors campus

Mercredi 29 Mai 2019 10:00 - 18:30

echopoetique 29 mai

echopoetique 29 mai
Dans le cadre du projet EcoSen, Le LLACAN et le CREM-LESC organisent à l'Inalco une journée autour de l'approche écopoétique avec Steven Feld, anthropologue du sonore.
Organisation : Mélanie Bourlet, Marie Lorin (Inalco/LLACAN), Katell Morand (Université Paris Nanterre / CREM-LESC).


Cette journée rassemble des ethnomusicologues, littéraires, anthropologues et linguistes afin d'explorer une approche écopoétique qui rende compte de la façon dont l’expérience des lieux nourrit et façonne la création artistique verbale, orale et chantée notamment. Elle interrogera en particulier l'influence et les échos actuels des propositions théoriques de l’anthropologue du sonore Steven Feld, une vingtaine d'années après la parution en 1996 dans Senses of places de « Waterfalls of Song. An Acoustemology of Place Resounding in Bosavi, Papua New Guinea », prochainement traduit en français dans le cadre d’un numéro spécial des Cahiers de Littérature Orale (à paraître en 2020).
 Aux côtés de Steven Feld, qui présentera ses travaux récents chez les Bosavi, les participant.e.s à cette journée sont invités à présenter leur travail témoignant d’une tentative d’attention conjointe à l'écoute des lieux et à des formes sonores et langagières de créativité. Il s’agira de penser un rapprochement des disciplines et méthodes représentées pour l’étude des productions langagières orales (dont nous postulons l’importance dans la réflexion écopoétique en plein développement en France), afin de répondre à la question suivante : que peut-on saisir de l’originalité, de la performativité et de l’adaptabilité (parfois, de la résilience) de poétiques traduisant une diversité de points de vue et donc de modes de relations ? Dans quelle mesure ces chants et ces poèmes peuvent-ils constituer autant de voix situées, dans des contextes historiques parfois marqués par des processus de transformations des terres et des modes de vie, sous l’effet des changements climatiques et/ou des actions humaines ?


Télécharger le programme


Steven Feld (Université du Nouveau-Mexique) : From Acoustemology to Poetic Cartography: a Bosavi theory of Voice.


Barbara Glowczewsky, Arnaud Morvan (LAS, Collège de France) : L’écho du sable. Les songlines aborigènes comme images sonores de lieux mouvants.


Laurent Legrain (LISST, Université de Toulouse) : Le jeune homme, le roseau et le vent. Digression anthropologique sur l’empreinte sonore de la montagne sacrée (Mongolie, Ulaanbaatar).


Stéphane Aubinet (Université d’Oslo) : Le chant sámi et l’enchantement : connaissance et territoires invisibles dans le yoik
.

Hervé Dréan (CRBC, Université de Rennes 2) : Les oiseaux parlent-ils toujours ? Collecter des mimologismes en Haute-Bretagne aujourd’hui.


Mélanie Bourlet, Marie Lorin, Aboubakry Sow (Projet EcoSen, LLACAN/INALCO) : Entendre les voix du fleuve, éprouver les mots en crue : méandres poétiques d’un réseau géographique (Sénégal, Mauritanie).