Maison Archéologie & Ethnologie, salle 308F du LESC (3e étage)
21, allée de l’Université, Nanterre

Voix incarnées, voix désincarnées

Télécharger au format iCal
Journées d’étude

Mercredi 15 Novembre 2017 09:45 - 18:00

Détail de René Magritte, Le pèlerin, 1966 / © ADAGP, Paris 2017.

Détail de René Magritte, Le pèlerin, 1966 / © ADAGP, Paris 2017.
Au cours de cette journée d'étude, nous proposons de réfléchir aux effets d’incarnations et de désincarnations produits lorsque la voix entendue au cours d’une interaction verbale renvoie à un corps invisible ou absent, ou encore lorsqu'elle est explicitement dissociée du corps qui l’émet. Que l’on se situe dans le proche ou le lointain, le moderne ou le traditionnel, l’ordinaire ou le rituel, le pathologique ou la création artistique, quelles sont les modalités et les dispositifs de l’incarnation et de la désincarnation des voix ? Quels sont leurs effets sur la scène dialogique ? Dans quelle mesure les processus d’incarnation et de désincarnation sont-ils articulés ou interdépendants l’un de l’autre ?

Nous souhaiterions aborder ces questions en prenant comme point d’appui les théories de l’interaction, de la communication ou de l’analyse conversationnelle qui considèrent de façon privilégiée des situations où les participants s’expriment et interagissent en situation de face-à-face et de coprésence. Dans ces interactions, souvent issues de la vie sociale « ordinaire », l’identification des participants et l’association des émissions sonores aux visages et aux corps qui les produisent ne posent guère problème. Il existe néanmoins une gamme très variée de situations dans lesquelles la voix audible provient d’un corps visible tout en étant considérée comme une voix tierce, dissociée du corps qui ne l’incarne que momentanément. Par ailleurs, il existe aussi une gamme variée de situations où la voix est audible mais où l’identification du visage et du corps qui l’émettent demeure impossible: la voix intervient par conséquent comme une voix désincarnée. Sans quitter l’échelle fine des interactions, comment analyser de manière conjointe ces situations où l’identification mutuelle des participants se complexifie et où des voix, émises et écoutées, impliquent des dispositifs qui brouillent l’association de la voix au corps dont elle émane ?

Programme et résumés des interventions.

Organisation et contact : Vincent Hirtzel et Marie-Laure Cuisance

 

Illustration : René Magritte « Le Pèlerin » 1966, détail /© ADAGP, Paris 2017.