Jean Pouchelon
Jeune docteur
Les Gnawa du Maroc : intercesseurs de la différence ? Étude ethnomusicologique, ethnopoétique et ethnochoréologique
Miriam Rovsing Olsen et Nathalie Fernando
28/01/2015
Maroc
Docteur associé au CREM
...

Jean Pouchelon travaille chez les Gnawa du Maroc depuis une quinzaine d’années. Dans son travail de maîtrise (2001), il s’est intéressé au répertoire et à l’identité chez les Gnawa de Fès et d’Essaouira.
A partir de 2003, il a commencé à apprendre les instruments et les danses au sein de la diaspora parisienne. Il joue actuellement dans plusieurs troupes en région parisienne et à Montréal.
Dans le cadre de ses travaux de doctorat* (2015), il a mené, principalement à Marrakech, des recherches sur les rapports entre la danse, la transe, la poétique et la musique tels qu’ils évoluent au fil du rituel de possession des Gnawa, depuis les danses des musiciens jusqu’à celles des "transeurs".

Sa thèse pose que les Gnawa sont maîtres de l'ambiguïté en ce sens qu'ils tissent des ponts entre notions perçues comme contraires, ambivalentes dans la société marocaine (noir / blanc, ciel / terre, femme / homme, local / étranger etc.)
Parallèlement, Jean Pouchelon s’intéresse au Jazz et en particulier à la modélisation des procédés rythmiques et contramétriques tels que ceux que l’on rencontre chez le pianiste Erroll Garner (2013) sur lequel il a commencé à travailler dans le cadre de son DEA (2003).

 

http://www.theses.fr/2015PA100019

Textes

Chemillier, M., J. Pouchelon, J. André et J. Nika, 2014, La contramétricité dans les musiques africaines traditionnelles et son rapport au Jazz, Anthropologie et sociétés, 38 (1) : 105-137, en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01059314/document.
La mise en mouvement du corps à travers la danse, la présence d'une pulsation régulière qui rythme ces mouvements et le fait de contrecarrer cette pulsation par des événements musicaux placés à côté, ce qu'on appelle la "contramétricité", sont des points communs à la plupart des musiques africaines traditionnelles. Ils témoignent à la fois d'une disposition universelle du système cognitif (capacité du corps humain de se synchroniser avec des signaux sonores périodiques) et d'une dimension profondément culturelle dans la mesure où la contramétricité s'est développée dans ces musiques beaucoup plus qu'ailleurs. On montrera comment cet aspect contramétrique contredit les théories de la perception du rythme inspirées des hypothèses de Lerdahl et Jackendoff. On comparera également ces musiques avec le jazz, car celui-ci a une particularité qui le distingue des musiques africaines, à savoir l'existence de niveaux hiérarchiques dans l'organisation métrique, dont on montrera qu'elle n'est pas aussi discriminante que ce qui est généralement admis.
Pouchelon, J., 2013, Erroll Garner "trompe-l’oreille": mise à jour et modélisation d’un élément stylistique, Musimédiane, 7, en ligne : http://www.musimediane.com/numero7/POUCHELON/index.html.
Pouchelon, J., 2014, Compte rendu de: Musiques Sacrées (Éditions Enbiro, 2012, Ateliers d’ethnomusicologie, Disques VDE-GALLO, disque audio accompagné d’un livret illustré), Musicultures : Revue de la société canadienne pour les traditions musicales, 41 (2), en ligne : https://journals.lib.unb.ca/index.php/MC/article/view/22922.
Pouchelon, J., 2015, Les Gnawa du Maroc : intercesseurs de la différence ? étude ethnomusicologique, ethnopoétique et ethnochoréologique, Thèse de doctorat, sous la direction de M. Rovsing-Olsen et Nathalie Fernando (en cotutelle avec l’Université de Montréal) (Nanterre, Paris Ouest Nanterre la Défense).
Pouchelon, J., 2001, Gnaoua d’Essaouira et de Fès, Étude comparée, Mémoire de Maîtrise, sous la direction de Jean Lambert (s.l., Université Paris Ouest-Nanterre La Défense).

Communications

Pouchelon, J., 2014, « La Recherche sur les confréries noires d’Afrique du Nord: vers la "transbilalisation"? », 9th symposium on Arab and Mediterranean musics, "Traditions Musicales d’Afrique du Nord", Sidi Bou Saïd, Tunisie.
Pouchelon, J., 2013, « Gnawa du Maroc (Marrakech) : Quelles musiques ? Quelles danses ? Les données et leur interprétation en ethnomusicologie, », Retreats of the Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques (CNRPAH) "Heritage of the Saoura, History and Developpements", Beni Abbes, Algérie.