Valérie Vandenabeele
Jeune docteure
 
Les nouveaux horizons des Tibétains de Pudacuo. Politique, conservation et globalisation dans le premier parc national de Chine (Shangri-La, Yunnan)
Brigitte Baptandier
17/12/2014
Prix de thèse de la Maison Archéologie & Ethnologie, René Ginouvès 2016
Prix de thèse du GIS Asie 2016
Chine
Yunnan
Toucher thérapeutique, massage chinois, anthropologie sensorielle, circulation des savoirs, épistémologie
...

Valérie Vandenabeele s'intéresse à la diversité des façons dont les groupes humains appréhendent les phénomènes naturels. Elle aborde ce terrain à partir du cas de la Chine, où ce que nous appelons la « nature » est entendu comme « ce qui est de soi-même ainsi », ziran 自然, soit ce qui survient spontanément, indépendamment de la volonté humaine.

Sa recherche de doctorat lui a permis d'explorer cette thématique sous l'angle de la gestion de l'environnement naturel et de faire l'expérience de la tradition politique chinoise d'assujettissement et d'exploitation de la nature. Pour aborder ce sujet, elle s'est centrée sur le voisinage du premier parc national (guojia gongyuan 国家公园) de Chine, qui a ouvert en 2006 dans une préfecture autonome tibétaine du Yunnan. Elle y a observé les divergences entre les pratiques et les aspirations des agriculteurs et éleveurs tibétains qui habitent dans le parc ou à proximité, les objectifs de développement économique des autorités politiques préfectorales satisfaits par la mobilisation de représentations erronées des Tibétains comme étant spontanément respectueux de l'environnement naturel, et la visée conservationniste des salariés de l'organisation non gouvernementale (ONG) états-unienne à l'origine du projet. Contre toute attente, elle a constaté que les populations locales tibétaines se retrouvaient dans les nouveaux horizons définis par leurs dirigeants politiques : dans leur participation à des activités touristiques aux dépens de leurs coutumes agropastorales, parce qu'elles leur donnent accès à un mode de vie plus confortable, à une culture au goût du jour et à l'ouverture sur le monde extérieur. Autrement dit, elle y a fait l'expérience des aspects politiques de l'écologie : en tant qu'argument touristique servant le développement économique et l'intégration des Tibétains à la société chinoise, et en tant que discours imposé par une ONG internationale sans intérêt pour le contexte local.

Valérie Vandenabeele poursuit ses recherches sur l'appréhension des phénomènes naturels dans la culture chinoise en s'intéressant à la façon dont le corps humain est envisagé dans le massage chinois thérapeutique. D'un côté, l'expertise sensible par laquelle les médecins sont considérés pouvoir percevoir les déséquilibres dans le corps de leurs patients et les réguler est perçue comme le fruit de l'affinage de leur propre corps jusqu'à la possibilité de leur fusion dans « le mouvement spontané des choses ». De l'autre, la maladie est largement vue comme résultant d'un trouble de l'esprit et d'une distorsion avec la marche naturelle du monde. Cet objet lui permet à la fois d'explorer les questionnements de l'anthropologie sensorielle – par exemple du partage d'une expérience individuelle, de la transmissibilité et de l'apprentissage de la sensibilité haptique, de la dimension culturelle – et de réfléchir au rôle du corps dans l'acquisition des savoirs et l'élaboration de la science.

Vandenabeele, V., 2015, Le respect de l’environnement naturel des Tibétains du Parc national de Pudacuo 普達措 (Yunnan 雲南) : attribut identitaire ou atout touristique ?, Cahiers d’Extrême-Asie, 23 [Des mondes en devenir. Interethnicité et production de la différence en Chine du Sud-Ouest] : 271-279.
Vandenabeele, V., 2017, « Pour en finir avec les Tibétains verts. Une ethnologue aux prises avec la politique et la conservation », journées doctorales du LESC "Anthropologie critique et critique politique", Nanterre.
Vandenabeele, V., 2017, « Du village à l’université. Portrait d’un jeune Tibétain du Yunnan du XXIe siècle », journée des jeunes chercheurs en études chinoises, Association française d’études chinoises (AFEC), Paris.
Vandenabeele, V., 2015, « Judiciariser la nature en Asie ? Un contre-exemple du sud-ouest de la Chine », 5e Congrès Asie & Pacifique, Paris.
Vandenabeele, V., 2015, « "Bienvenue dans notre belle Shangri-La !" Une ethnologue occidentale dans le nord-ouest du Yunnan (2008-2012) », 5e Congrès Asie & Pacifique, Paris.
Vandenabeele, V., 2013, « Regards croisés sur la relation à l’environnement naturel des Tibétains voisins du premier parc national de Chine (Yunnan) », séminaire général du CEH, Villejuif.
Vandenabeele, V., 2013, « Le Parc national de Pudacuo, terre sainte des Tibétains et sanctuaire pour l’écologie ? », journée des doctorants en études tibétaines, co-organisée par la Société française d’études du monde tibétain (SFEMT), l’école doctorale de l’INALCO, et le laboratoire ASIEs, Paris.