Jessica De Largy Healy
Chargée de recherche
Australie
Australie, Terre d'Arnhem, Yolngu
Images, rituels, restitution, création, archives, nouveaux média
...

Jessica De Largy Healy travaille depuis 2002 en Terre d’Arnhem, une région classique de l’anthropologie australianiste. Sa thèse (PhD Université de Melbourne-EHESS 2008), qui présente l’ethnographie d’un projet d’archivage aborigène, analysait les effets de la restitution numérique d'objets muséaux et de sources scientifiques sur la transmission des savoirs. Elle examine les façons dont le processus de restitution est réinvesti par différents acteurs et dynamise les pratiques sociales, artistiques et rituelles sur le terrain. S’intéressant aux mécanismes de transposition des images sacrées sur de nouveaux supports, ses travaux mettent au jour les sources contemporaines de la création aborigène, les innovations dans la figuration du sacré, la transformation rituelle et l’émergence de nouvelles formes de représentation y compris en ligne. Ses analyses de films de rituels ont montré comment ceux-ci apparaissent comme des nouveaux supports de médiation du sacré qui s’inscrivent dans des stratégies complexes de transmission. 

Recrutée en 2017 au CNRS, son programme de recherche s'intitule "anthropologie de la restitution: archives, rituels création". Qu’elle concerne la numérisation des collections muséales et des archives scientifiques ou les demandes de rapatriement physique de certains objets à leurs communautés d’origine, la restitution génère des pratiques et des discours nouveaux liés à des politiques de reconnaissance et de justice sociale, au droit de pratiquer et de transmettre sa religion, à l’éthique de la recherche et de la représentation muséale, et à la revitalisation culturelle et la perpétuation des traditions. Son programme poursuivra en l’actualisant une réflexion sur la restitution numérique et les archives autochtones, avec une attention portée à la catégorie du secret si prégnante en contexte aborigène australien. Une dimension comparative sera développée grâce à sa participation au projet SAWA (savoirs autochtones wayana-apalaï, Guyane). Elle abordera également la restitution sous l’angle du rituel et des nouvelles formes cérémonielles qu’elle génère ouvrant la recherche à des questionnements transversaux. 

Responsabilités

membre du Comité d’évaluation scientifique du musée du musée du quai Branly-Jacques Chirac
Membre du comité de rédaction Pacific-credo publications (Pcp)

Membre du comité de rédaction de Terrain, co-responsable de la rubrique « Portraits » 

Membre du comité d'acquisition des fonds audiovisuels et sonnores de la médiathèque, musée du quai Branly-Jacques Chirac

Membre du bureau de la Société des Océanistes depuis 2010.  Secrétaire générale adjointe, responsable du Cinéma des Océanistes

Textes

Berger, Laurent, Barbara Glowczewski, Laurent Dousset, Marika Moisseeff et Jessica De Largy Healy (éds), 2014, Australian Aboriginal Anthropology Today: Critical Perspectives from Europe (Paris, musée du quai Branly) [Les actes de colloque].
De Largy Healy, J., 2017, "This Painting Becomes His Body for Life": Transforming Relations in Yolŋu Initiation and Funeral Rituals, Anthropological Forum, 27 (1) [Matter(s) of relations: Transformation and presence in Pacific life-style rituals] : 18-33, en ligne : https://doi.org/10.1080/00664677.2017.1287051.
Among the most striking images produced in north-east Arnhem Land today are the paintings given to young boys during their first initiation ceremony (dhapi). Skilfully applied on their chest over several hours, while singing and dancing proceeds on the ceremonial grounds nearby, these body paintings act as relational matrixes which locate the initiands within a socio-cosmic web of connections. At the other end of the male ritual life-cycle, the bodies of the deceased undergo a similar process of transfiguration, as they are made to resemble the groups’ most sacred objects, seen to instantiate the powers of specific ancestral beings. In the context of these rituals, the links between clans, places, and ancestral beings are expressed by being made visible on and around the body. Pragmatically composed and displayed for all to see, I suggest that Yolŋu ritual images appear as ‘matter(s) of relations’ par excellence, materialising various sets of social relationships. This paper examines the material logics behind this transfiguration process which, by turning people into ancestors, transform the relations between individuals and groups, between humans and non-human beings, and between the living and the spirits of the dead.
De Largy Healy, J., 2016, Que racontent les peintures aborigènes ?, Images Doc (Bayard Jeunesse), 329 : 19-23.
De Largy Healy, J., 2016, Retours sur images. Nouveaux médias et transmission du secret dans les rituels du nord de l’Australie, ethnographiques.org, 33 [Retours aux rituels], en ligne : http://www.ethnographiques.org/2016/De-Largy-Healy.
Dans la société yolngu du nord de l’Australie, les technologies audiovisuelles sont mobilisées depuis les années 1970 dans le cadre de politiques de transmission des savoirs rituels. Plus que de simples enregistrements destinés à consigner dans l’urgence des traditions menacées, les productions audiovisuelles permettent de nouvelles formes de médiation de l’expérience religieuse. L’accès à ces documents dans des centres d’archives numériques aborigènes a stimulé une importante activité créative dans la sphère rituelle. De nombreux dirigeants cérémoniels ont ainsi développé une réflexivité critique sur leurs propres pratiques, imaginant de nouveaux moyens de transmettre leurs valeurs religieuses sur des supports tels que la peinture sur écorce et la vidéo. Fondée sur une renégociation permanente du secret et de sa transmission, la diffusion de ces médias génère un mode de relation aux images interactif, non doctrinaire, propice à une multiplication d’interprétations., Since the 1970s in Northern Australia, the Yolngu have mobilized audiovisual technologies for the transmission of ritual knowledge. More than records made to salvage potentially threatened traditions, audiovisual productions give rise to new forms of mediation of religious experience. Access to these documents in community based digital archives has stimulated a significant creative activity in the ritual sphere. Many ceremonial leaders have developed a critical reflexivity on their own practices, imagining new ways to transmit their religious values on mediums such as bark painting and video. Based on a permanent renegotiation of secrecy and its transmission, the diffusion of these media generates a mode of relation to images that is interactive, non-dogmatic and conducive to multiple interpretations.
De Largy Healy, J., 2016, Archives sonores et médiation de l’ancestral dans le film Two Brothers at Galarra (Terre d’Arnhem, Australie), Gradhiva, 24 [ArTchives] : 51-81, en ligne : http://journals.openedition.org/gradhiva/3256.
En 2007, la communauté aborigène de Yirrkala, située au nord-est de la Terre d’Arnhem, inaugurait le projet Mulka, une archive numérique locale doublée d’un centre de production de médias. Le court métrage Two Brothers at Galarra (21 min 19 s, 2008) est l’une des créations filmiques les plus audacieuses du centre. Il met en images trois chants enregistrés par un ethnomusicologue un demi-siècle plus tôt, relatant la résolution rituelle d’un conflit qui opposa deux frères, Binydjarrpuma et Nyepaynga. Il montre leur cheminement à travers le paysage jusqu’au site de Galarra, lieu de leur ultime affrontement. Figurant quatre générations d’hommes du clan des protagonistes, formes anciennes et nouvelles de narrations sont mises en abyme dans le film, transmettant une expression esthétique de la mémoire et de l’expérience du temps., In 2007, the Aboriginal community of Yirrkala, located in north-east Arnhem Land, inaugurated the Mulka project, a local digital archive and media production centre. The short film Two Brothers at Galarra (22’, 2008) is one of the centre’s most audacious filmic creations. It sets into motion three songs that were recorded by an ethnomusicologist half a century earlier, relating the ritual resolution of a conflict that opposed two brothers, Binydjarrpuma and Nyepaynga, showing their progression through the landscape towards Galarra, the site of their ultimate confrontation. Featuring four generations of men of the protagonists’ clan, old and new forms of narration are mises en abyme to transmit through the film an aesthetic expression of memory and of the experience of time.
De Largy Healy, J., 2016, La piste des rêves, Question de, 3 [Notre corps] : 136-141.
De Largy Healy, J. et B. Glowczewski, 2016, Indigenous and Transnational Values in Oceania: Heritage Reappropriation, From Museums to the World Wide Web, eTropic, 13 (2) [Value, Transvaluation and Globalization], en ligne : https://journals.jcu.edu.au/etropic/article/view/3313.
What is the value of heritage? A source of explosive emotions which oppose the "value" of so-called Western expertise – history of social and human sciences and constant reevaluation of the heritage market – versus the values in "becoming" of the people who recognise themselves in this heritage and who claim it as a foundation for an alternative and better life? In this paper, we examine some of the ways in which different groups in the Pacific reinterpret their heritage in order to redefine their singular values as cultural subjectivities: individual, collective and national, diasporic or transnational in the case of some Indigenous networks (Festival of the Pacific Arts, Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, etc).
De Largy Healy, J., 2013, Chanter les vents, les courants et les changements. L’histoire des échanges entre les Yolngu de la terre d’Arnhem et des peuples venant d’Asie, Singing the winds, the currents and the changing world. A history of exchanges between the Yolngu of Arnhem Land and the peoples who arrived from Asia, Hermès, 65 [Le monde Pacifique dans la mondialisation] : 30-37, en ligne : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2013-1-page-30.htm.
Cet article décrit la relation entre les Yolngu, des Aborigènes du nord de l’Australie, et les Macassars, des pêcheurs musulmans venus de l’île Célèbes, en Indonésie. Y sont examinées certaines des interprétations mythiques et rituelles de ces contacts historiques, ainsi que les façons dont les réseaux d’échanges datant du xviie siècle ont été mobilisés afin d’apporter une réponse aux bouleversement sociaux, économiques et politiques liés à la colonisation. On y montre comment cette histoire est actualisée aujourd’hui dans l’ensemble Pacifique plus large., This article describes the relationships between the Yolngu, an Aboriginal people from northern Australia, and the Macassans, a Muslim fishing people from the Indonesian island of Celebes. It discusses some of the mythical and ritual interpretations of these historical contacts, and how trading networks dating back to the 17th century were called upon to make sense of the social, economic and political upheaval that was the mark of colonisation, in order to bring out current interpretations of this history across the larger Pacific region.
De Largy Healy, J., 2013, Yolngu Zorba meets Superman. Australian Aboriginal people, mediated publicness and the culture of sharing on the Internet, Anthrovision, 1.1, en ligne : http://journals.openedition.org/anthrovision/362.
Cet article s’intéresse aux manières créatives dont différents groupes aborigènes australiens se saisissent d’interfaces en ligne pour présenter des images choisies de leur culture à une audience globale. Les Yolngu de la Terre d’Arnhem, dans le Territoire du Nord de l’Australie, ont commencé depuis quelques années à se filmer avec des caméras et des téléphones portables et à publier en ligne des vidéos de leur vie quotidienne, de cérémonies, d’événements communautaires, de clips musicaux, de courts-métrages et de déclarations politiques sur des sites de partage de contenus tel YouTube. A travers l’analyse d’un phénomène internet récent, une danse appelée « Zorba the Greek Yolngu style », j’examine les façons dont ces pratiques médiatiques autochtones remettent en question certains stéréotypes sur les cultures « traditionnelles » et donnent lieu à de nouvelles formes auto-produites de visibilité publique, This article concerns the creative ways in which some Australian Indigenous groups are engaging with online interfaces to display select images of their culture to a worldwide audience. The Yolngu of North-East Arnhem Land, in the Northern Territory of Australia, have recently started filming themselves with camcorders and mobile phones to broadcast images of everyday activities, ceremonies, community events, music clips, short fictions and political statements on content-sharing platforms such as YouTube. Through the analysis of a recent internet phenomenon, a dance performance called « Zorba the Greek Yolngu Style », I examine the ways in which online indigenous media practices challenge existing stereotypes about "traditional" cultures and give rise to new self-authored forms of public visibility., Este artículo se interesa en las formas creativas según las cuales diferentes grupos aborígenes australianos utilizan interficies on-line para presentar imágenes seleccionadas de su propia cultura dirigidas a una audiencia global. Los Yolngu del norte-este de la tierra de Arnhem, en el norte de Australia, empezaron hace ya unos años a filmarse con cámaras digitales y teléfonos móviles y a publicar vídeos de su vida cotidiana, ceremonias, acontecimientos comunitarios, clips musicales, cortometrajes y declaraciones políticas en plataformas on-line dedicadas al intercambio de contenidos, como Youtube. A través del análisis de un fenómeno reciente vinculado a Internet –una danza llamada "Zorba el Griego en el estilo Yolngu"– examino las formas a partir de las cuales estas prácticas indígenas ligadas o los media desafían los estereotipos existentes sobre culturas "tradicionales" y dan lugar a nuevas formas autoproducidas de visibilidad pública.
De Largy Healy, J., 2017, From art to life and back: Zhou Xiaoping’s creative encounters in Aboriginal Austral, Dialogues with the Dreaming. Xiaoping with Aboriginal Australia (Chengdu/Pékin, Museum of Contemporary Art/Today Art Museum) : 66-75.
De Largy Healy, J. et B. Glowczewski, 2014, Valeurs et réappropriations patrimoniales, des musées à la Toile: exemples australiens et polynésiens, Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud: Terrains, questions et méthodes (Marseille, Pacifique-Credo publications), en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01023301.
De Largy Healy, J., 2013, Vents du Nord : présence Macassan en Australie septentrionale, Mémoires vives. Une histoire de l’art aborigène (Paris, La Martinière) : 190-191.
De Largy Healy, J., 2013, Ocre et encre : entretien avec Zhou Xiaoping, Mémoires vives. Une histoire de l’art aborigène (Paris, La Martinière) : 192-194.
Omniprésent sur la scène internationale depuis les années 1980, l'art aborigène australien a fortement contribué à une véritable mondialisation de l'art contemporain. Cet ouvrage propose une histoire de l'art non linéaire, confrontant objets anciens issus de l'art rituel et oeuvres contemporaines dans un même mouvement.
De Largy Healy, J., L’art des peuples aborigènes de l’eau salée, Island in the Sea, catalogue d’exposition (Môtiers, Fondation Burkhardt-Felder).
De Largy Healy, J., 2014, Remediating sacred imagery on screens: Yolngu experiments with new media technology, Les actes de colloques du musée du quai Branly Jacques Chirac (s.l., Musée du quai Branly (département de la recherche et de l’enseignement), en ligne : http://journals.openedition.org/actesbranly/577.
When I first arrived in the Yolngu township of Galiwin’ku to undertake fieldwork for my doctoral thesis at the University of Melbourne and the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, almost a decade ago to the day, a particular research question had been on my mind for some time. Over the past few years, I had been keenly following the development in Aboriginal Australia of several exciting projects making use of digital technologies – such as the Central Australian Ara Irititja interactive archive1 or Barbara Glowczewski’s Dream Trackers’ CD-ROM conceived with Warlpiri artists from Lajamanu (Unesco Publishing, 2000). Considering the secret-laden nature of Australian indigenous religions and the complex revelatory system that still governs access to knowledge in many parts of the continent, I was particularly intrigued by the ways in which the proliferation of new media may affect the status, circulation and perception of ritual images in contemporary Yolngu society. My ethnography focused on the activities of a newly established community organization called the Galiwin’ku Indigenous Knowledge Centre (GIKC), a pilot program which had just received seed funding from the Northern Territory government to develop its own "Yolngu friendly" digital archive. In a region that had been visited by a continuous string of researchers and collectors since missionary settlement in the 1920s, it had been a long time vision of many North-East Arnhem Land clan leaders to see their for [...]
Dousset, L., J. De Largy Healy, V. Bernard et E. Fache, 2016, « Temps du Rêve », Dictionnaire universel des dieux, déesses et démons (Paris, Le Seuil), en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01380221.
De Largy Healy, J. et E. Fache, 2016, « Baiame », « Banumbirr », « Bayini », « Djang’kawu », Dictionnaire universel des dieux, déesses et démons (Paris, Le Seuil).
« Baiame » ; « Banumbirr », « Bayini » ; « Djang’kawu »
De Largy Healy, J., 2013, « Ningurra Napurula Gibson », « Gulumbu Yunupingu », « Raymattja Marika », « Marcia Langton », « Femmes, filiation, création en Terre d’Arnhem australienne », Le Dictionnaire universel des créatrices (Paris, Éditions des Femmes).

Communications

Bertrand, R., A.-C. Taylor, F. Keck, J. Clément et J. De Largy Healy, 2016, « Organisation », colloque "Nathan Wachtel, Anthropologie et Histoire", Musée du quai Branly, Paris.
Joseph, C., A. Mauuarin et J. De Largy Healy, 2016, « Organisation », journée d’étude "L’ethnologie en images. Collecter, classer, publier", Musée du quai Branly, Paris.
Peltier, P., N. Garnier, P. Lemmonier et J. De Largy Healy, 2016, « Organisation », journée d’étude et projections "La Papouasie Nouvelle Guinée à travers ses films", Musée du quai Branly, Paris.
Keck, F., Y. Le Fur, E. Kasarherou, E. Kissel, J. Clément, J. De Largy Healy, A.-C. Taylor, N. Schlanger et T. Dufrêne, 2016, « Organisation », colloque international "Le musée du quai Branly – Jacques Chirac 10 ans après. Un musée à imaginer", Musée du quai Branly, Paris.
Galliot, S., F. Keck, J. De Largy Healy, T. Golsenne, L. Renault et P.-Y. Belfis, 2015, « Organisation », colloque international "Images tatouées: questions ontologiques, esthétiques et juridiques", Musée du quai Branly, Paris.
Peltier, P., C. Kaufman, M. Schindlbeck, F. Keck et J. De Largy Healy, 2015, « Organisation », colloque international "La matérialité des sociétés du Sepik en 2015 : Anciens problèmes, nouvelles visions", Musée du quai Branly, Paris.
Gobin, E., M. Vanhoenacker, M. Houseman, N. Adell, M. Segalen et J. De Largy Healy, 2014, « Organisation », colloque "Réflexivité rituelle. Évaluer, adapter et transmettre les rituels en contextes religieux et laïcs", Musée du quai Branly, Paris.
Taylor, A.-C., A. Delpuech, P. Déléage et J. De Largy Healy, 2014, « Organisation », colloque "Arts et savoirs des Indiens des Plaines", Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J. et M. Salaün, 2013, « Organisation », session "Se dire en image aujourd’hui en Océanie", colloque du réseau "E-Toile Pacifique", EHESS, Paris.
Berger, L., M. Moisseeff, L. Dousset, B. Glowczewski et J. De Largy Healy, 2013, « Organisation », colloque international "Australian Aboriginal anthropology today: critical perspectives from Europe", Musée du quai Branly, Paris.
Colleyn, J.-P., A.-C. Taylor et J. De Largy Healy, 2013, « Organisation », journée d’étude "Le cinéma populaire ghanéen et nigérian (Nollywood)", Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2018, « Filmer la cause aborigène, une affaire de couple. L’œuvre documentaire des époux Holmes dans le nord de l’Australie (1950s-1970s) », journée d’étude "Images et anthropologie, un "bon ménage"? Les duos en anthropologie visuelle", LISST, Université Toulouse-Jean Jaurès.
De Largy Healy, J., 2018, « Gurrutu 3.0: objects, relations and the digital turn in north-east Arnhem Land (Australia) », colloque international "Art, materiality and representation", Royal Anthropological Institute, Londres.
De Largy Healy, J., 2017, « La question de la restitution », séminaire "Anthropologie de la mondialisation et des circulations culturelles", dirigé par E. Gobin, Université Paris 8/musée du quai Branly.
De Largy Healy, J., 2017, « Ethique et restitution », atelier "Épistémologies comparées: éthique de la recherche", organisé par S. Camelin et V. Milliot, MAE, Nanterre.
De Largy Healy, J., 2017, « Quand les morts chantent à travers nous : technologies d’enregistrement et effets d’incarnation des voix en Terre d’Arnhem, Australie », journée d’études "Voix incarnées, voix désincarnées", organisée par V. Hirtzel et M.-L. Cuisance, LESC, Nanterre.
De Largy Healy, J., 2017, « "This is the circle of the art world": the value of digital repatriation in Australia and beyond », conférence plénière du colloque "Information Technologies Indigenous Communities (ITIC)", Australian Society of Archivists, University of Melbourne.
De Largy Healy, J., 2017, « Modératrice », table ronde "Les Amérindiens, les objets et les musées", salon de lecture Jacques Kerchache, Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2017, « Présentation et discussion de "La vie heureuse" (Masson, 1958) », Cinéma des Océanistes, Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2016, « Intervenante », journée d’étude et projections "La Papouasie Nouvelle Guinée à travers ses films", salon de lecture Jacques Kerchache, Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2016, « Présentation de "Spear" (Page, 2015) et débat public avec le réalisateur », Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2016, « Two worlds : the Photographer and the Sitter », rencontre avec l’artiste australien Brook Andrew, lauréat des résidences photographiques du musée du quai Branly, salon de lecture Jacques Kerchache, Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2016, « Discutante du film "Another Country. As told by David Gulpilil" (Reynolds, 2015) », Festival du cinéma aborigène australien, cinéma La Clef, Paris.
De Largy Healy, J., 2016, « Présentation de "Le fabuleux voyage de Gaston Méliès dans les mers du Sud et en Extrême Orient" (Millet 2015) et débat public avec le réalisateur », Cinéma des Océanistes, Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2015, « Comment/no comment: Initiation d’un jeune garçon », journées "L’ethnologie va vous surprendre", Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2015, « Présentation de "Sovereignty Dreaming: la révolte des rêves" (Escalante, 2014) et débat public avec la réalisatrice », Cinéma des Océanistes, Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2015, « Présentation d’œuvre: Bouclier du Victoria : la biographie d’un artefact aborigène du 19e siècle », journées "L’ethnologie va vous surprendre", Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2014, « Et si l’on pivotait la carte ? Rencontres et échanges entre les Aborigènes du nord de l’Australie et les visiteurs de la mousson, 17ème-21ème siècles », conférence autour de l’exposition "Mémoires Vives : une histoire de l’art aborigène", Musée d’Aquitaine, Bordeaux.
De Largy Healy, J., F. Keck, V. Hirtzel et Émilie Stoll, 2014, « Anthropologie et cristallographie », Fête de la science édition 2014 "À la recherche du crâne de cristal", salon de lecture Jacques Kerchache, Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2014, « Et si l’on pivotait la carte ? Rencontres et échanges entre les Aborigènes du nord de l’Australie et les visiteurs de la mousson, 17ème-21ème siècles », université pour tous du pays de Gex, Divonnes-les-Bains.
De Largy Healy, J., 2014, « Souviens-toi du futur », rencontre avec l’artiste plasticien George Nuku, salon de lecture Jacques Kerchache, Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2014, « Discutante du film "Charlie’s Country" (de Heer, 2014) », avant-première, Forum des Images, Paris.
De Largy Healy, J., 2013, « Les classiques contemporains de l’anthropologie », cycle de conférences-débats (Ingold et Beaujard), salon de lecture Jacques Kerchache, Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., 2013, « Un ethnologue, une œuvre: Peinture aborigène sur écorce », journées "L’ethnologie va vous surprendre", Musée du quai Branly, Paris.
De Largy Healy, J., [sans date], « Conception de panneaux d’exposition: "Paintings are the backbones of the land and sea", "A short history of Arnhem Land bark paintings", "Becoming art: the recognition of contemporary Aboriginal bark painting" », Maningrida, Gunbalanya (Oenpelli) and Yirrkala 1977-1980. The Australian Embassy Bark Collection, Ambassade d’Australie à Paris.
De Largy Healy, J., [sans date], « Membre du comité de l’exposition », Mémoires vives : une histoire de l’art aborigène, Musée d’Aquitaine, Bordeaux.

Dans les médias

De Largy Healy, J. et S. Duncan, 2013, L’ethnologie et les femmes (en partenariat avec le week-end Ethnologie du Musée du quai Branly), Les femmes, toute une histoire (Paris, France Inter), en ligne : https://www.franceinter.fr/emissions/les-femmes-toute-une-histoire/les-femmes-toute-une-histoire-28-juin-2013.
Keck, F., J. Clément, A. Cohen, D. Mottier, J.-P. Warnier et J. De Largy Healy, 2015, Religion, objet ethnologique ?, Libération.

Enseignements

Depuis 2015 Formation pour la recherche dans l'aire océanienne (FRAO), EHESS, avec A. Bensa, Y. Fer, G. Malogne-Fer, M. Saläun, E. Wittersheim.

Collectifs

2017 Savoirs Autochtones wayana-apalaï (Guyane) Une nouvelle approche de la restitution et ses implications sur les formes de transmission, Labex Les passés dans le présent