Ce Groupe de Recherche International (GDRI) créé en 2012, renouvelé en 2016, associe plusieurs institutions et centres de recherche français, péruviens, colombiens et équatoriens qui développent tous, de façon indépendante ou concertée, une anthropologie politique du mouvement amérindien en Amazonie.

Depuis maintenant trois décennies au moins, les sociétés amérindiennes d'Amazonie sont devenues des sujets actifs sur l'échiquier politique de leur pays respectif. Ce phénomène de « fabrication du politique », ou si l'on préfère de politisation du mouvement indigène par les amérindiens eux-mêmes, s'observe dans tous les pays amazoniens avec des particularités et des intensités différentes selon les cas. Le projet du groupe Apocamo a précisément pour objectif d'analyser de manière comparative ce processus de construction d'une représentativité politique amérindienne en montrant les spécificités propres à chaque pays concerné et la façon dont s'y déplacent les frontières du politique aujourd'hui. Cette recherche vient renforcer la réflexion sur la recomposition et la diffusion de nouvelles conceptions et formes d'action politique au sein des communautés amérindiennes d'Amazonie occidentale.
 

Le CREM collabore au projet "Cross-Disciplinary and multicultural perspectives on Musical Rhythm", en partenariat avec les équipes de New York University (NYU Abu Dhabi et New York), en fournissant un corpus d'analyse constitué d'une sélection d'enregistrements sonores de musiques traditionnelles du fonds d'archives sonores du CNRS-Musée de l'Homme.

Heritamus logo

Heritamus logo
En cours depuis 2015, ce projet est une collaboration entre l’université nouvelle de Lisbonne, l’université de Séville et le Centre de recherche en ethnomusicologie. Il bénéficie d’un financement européen sur fonds JPI (programme Heritage+). Le projet vise à développer une plateforme informatique permettant de représenter diverses connexions opérées sur le terrain par les acteurs (musiciens, producteurs de disques, connaisseurs etc.) du Fado et du Flamenco. Partant de l’idée que ces deux « patrimoines immatériels » sont inscrits dans des performances musicales historiques et contemporaines, mais aussi dans des lieux, des instruments, des médias etc., le projet vise permettre de cartographier les « savoirs indigènes » qui structurent ces deux répertoires. Le CREM participe au titre de son expertise en matière d’archivage sonore et de visualisations interactives de la musique. V. Stoichita est responsable scientifique de la partie française de ce projet.

AMRT site

AMRT site
À l’occasion du cinquantième anniversaire de son décès, un groupe de chercheurs émanant des pays où il est né (Suisse), où il a travaillé (France, Etats-Unis) et où il a enquêté (Argentine, Bolivie) a souhaité non seulement rendre hommage à la mémoire d’Alfred Métraux (1902-1963), figure majeure de l’américanisme du XX° siècle, mais encore remettre à l’ordre du jour certaines des thématiques qui lui étaient chères. Dans le cadre du projet international de coopération scientifique (PICS) franco-argentin AMRT (cnrs/conicet), trois grands colloques ont donc tour à tour été organisés à Paris (2013), Recife (2014) et Buenos Aires (2015). Une attention particulière y a notamment été portée aux questions liées au messianisme, aux spécificités du chamanisme amérindien et à la nécessité d’appréhender les sociétés de l’Amazonie et du Chaco dans leurs ressemblances plutôt que de les contraster en raison des différences environnementales liées aux milieux dans lesquels elles évoluent.

En parallèle à ces manifestations scientifiques, une ambitieuse campagne de réédition critique de l’œuvre de Métraux a été entreprise. Jusqu’ici, on avait surtout retenu le volet empirique de ses travaux, la figure de l’ethnographe l’emportant nettement sur celle du théoricien. Malgré la postérité qu’il a pu avoir à travers les œuvres d’éminents chercheurs tels Pierre Clastres ou Lucien Sebag, tout se passe comme si la vague structuraliste (qui connut son apogée immédiatement après son décès) avait en quelque sorte occultée les traces de Métraux. Un demi-siècle après, une partie importante de la recherche américaniste contemporaine semble redécouvrir, sans toujours s’en rendre compte, certaines des pistes qu’il avait jadis ouvertes. C’est cet aspect précurseur de l’œuvre de Métraux que les membres du PICS AMRT ont voulu mettre en évidence, dans l’espoir de contribuer à l’histoire de la discipline et, au-delà, à une pratique plus éclairée de l’ethnologie américaniste contemporaine.