Le funéraire: mémoire, protocoles, monuments

édité par Gregory Delaplace et Frédérique Valentin

Éditions de Boccard, Paris, 2015 [Colloques de la MAE, 11]

Tout n’a-t-il pas déjà été dit sur le funéraire ? En réunissant archéologues, anthropologues et historiens autour de cette question, les actes du 11e colloque annuel de la MAE entendent montrer que, bien au contraire, ce lieu commun de la recherche en sciences humaines mérite d’être revisité. Du traitement ambigu du cadavre des souverains incas, que ses sujets continuent de traiter comme s’il était vivant, aux pratiques incertaines qui entourent les nourrissons morts dans les hôpitaux français, des sépultures monumentales de l’âge du Fer crétois aux tombes soignées mais anonymes des chrétiens de l’Éthiopie médiévale et moderne, du déménagement forcé des sanctuaires ancestraux chinois dans la mégalopole de Shenzhen aux sépultures mayas découvertes au cœur des maisons, les études de cas rassemblées dans ce livre invitent à une nouvelle réflexion sur ce qui peut constituer la place des morts dans les sociétés humaines du passé et du présent. Il semble que cette place n’est pas aussi fixe, certaine et univoque que les travaux classiques sur le funéraire avaient pu le laisser croire. Au fil des contributions, le lecteur constatera qu’elle est plutôt l’objet d’incertitudes récurrentes et de négociations, qu’elle n’est pas nécessairement associée à une sépulture visible ou à une volonté univoque de souvenir et, surtout, que les morts circulent bien davantage, et souvent bien plus vite, qu’on ne le pense.

ISBN : 978‑2‑7018‑0434‑7

SOMMAIRE

Grégory Delaplace, Introduction : incertitudes morales, régimes de visibilité et vitesse de circulation des morts

Maurice Bloch, Comparer les pratiques funéraires

Estella Weiss-Krejci, The Distinction between Funeral and Burial and Why it Matters



Place des morts et incertitudes morales

Gaëlle Clavandier et Philippe Charrier, Quelle place pour les « bébés morts » ? Espaces dédiés dans les cimetières et cérémonies rituelles d’adieu

Jessica Goux, Controverse en Terre d’Arnhem : où enterrer le défunt Dr Yunupingu ?

Céline Codron, Des dépôts mortuaires dans les patios toltèques : pratique funéraire ou non funéraire ? Étude de cas précis de l’État d’Hidalgo, Mexique, 800‑1300 apr. J.‑C.

Hemmamuthé Goudiaby, Squelettes dans le placard. La place du défunt dans les ensembles résidentiels mayas Classiques (250‑950 apr. J.‑C.)

Julio Bendezu-Sarmiento et Johanna Lhuillier, Les « silos funéraires » de l’âge du Fer en Asie centrale : dépotoir, ossuaire ou monument de mémoire ?

Sonemany Nigole, Des os dans le Mékong. La mémoire sans sépulture

Denis Regnier, Tombes ancestrales et super mariages chez les Betsileo de Madagascar

Anne-Christine Trémon, « Empêcher la dispersion des ancêtres » à Fort-les-Pins (Shenzhen, Chine)

Emmanuel Alcaraz, Le devenir des restes des mujâhidîn de 1962 à nos jours



Régimes de visibilité de la sépulture

Aurélie Aubignac, Des formes et du temps de la mémoire et de l’oubli dans les nécropoles crétoises du premier âge du Fer

Marie-Laure Derat et Yves Gleize, Anonymat des sépultures et mémoire des espaces et des morts : approche historique, anthropologique et archéologique des pratiques funéraires dans la société chrétienne d’Éthiopie, xie‑xviiie siècle

Lucia Alberti, Au-delà de l’horizon : différents régimes de visibilité des sépultures de Cnossos au IIe millénaire av. J.‑C.

Pauline Piraud-Fournet, Mashhad et mawqaf, monuments funéraires druzes du sud de la Syrie

Isabel Yaya, Les corps de la mémoire : pratiques mortuaires et pérennité dynastique chez les Incas

Olga Sicilia, Neither Tombs nor Weeping. The Death of Mhondoro Lineage Ancestral Mediums in the mid-Zambezi Valley (Zimbabwe)

Olivier Herrenschmidt, De quelques dispositions des enfants morts en bas âge dans l’hindouisme populaire. Les Vâda-Balija, pêcheurs en mer de l’Andhra côtier



Traitement funéraire et circulation des morts

Estelle Amy de la Bretèque, Se lamenter en MP3. Supports de mémoires mobiles chez les Yézidis d’Arménie

Pascal Sellier, Sépulture finale et programme funéraire. Penser les différents gestes funéraires des anciens Marquisiens comme les étapes d’un même protocole

Olivia Munoz, La « fabrique des ancêtres ». Complexification sociale et sépultures collectives dans la péninsule d’Oman à l’âge du Bronze ancien

Andras Zempleni, Un rite de reconstitution émotionnelle de la nation. Les réenterrements politiques hongrois

 

couv etudesrurales web

couv etudesrurales web

Altérités, inégalités et mobilités dans les îles de l’océan Indien

édité par Laurent Berger et Sophie Blanchy

Études rurales, 194 [en ligne]

Il y a quarante ans déjà, Paul Ottino [1974] soulignait l’intérêt heuristique que présente pour l’anthropologie, l’histoire, la géographie, la sociologie et l’archéologie le fait d’étudier ensemble le sud de l’océan Indien occidental, appréhendé comme « aire culturelle » et « domaine de recherche » à part entière…

couv ateliers41

couv ateliers41

Entre cosmopolitisme, trajectoires et subjectivités. Moments partagés avec Gilberto Velho

édité par Fabienne Wateau et Joaquim Pais de Brito

Ateliers d'anthropologie, 41 [en ligne]

Peu de temps avant son décès, l’anthropologue brésilien Gilberto Velho, connu pour ses études sur la ville, continuait de questionner la portée de la notion de cosmopolitisme en anthropologie. Préconisant d’insister davantage sur l’idée de médiation comme phénomène socio-anthropologique, il invitait à s’intéresser à la figure de médiateur, soit à porter notre attention sur le personnage dit cosmopolite de par son activité, son histoire de vie, ses trajectoires et ses itinéraires. Ce collectif d’articles tente de répondre à son souhait. Il porte néanmoins sur des objets de nature assez différente, à des échelles variées. Certains textes ont de fait considéré des personnalités, « individus singuliers interprètes et réinventeurs de culture » ; d’autres ont modifié leur angle de lecture pour s’intéresser au rôle intercesseur d’un artefact, voire à celui d’une industrie. À l’aune d’une même proposition, le volume relève donc le défi d’une identification des figures de la médiation, en offrant une palette assez complexe et variée de ses possibles.

Contributeurs : Alessandra Siqueira Barreto, Julia O’Donnell, Rogéria Campos de Almeida Dutra, Teresa Fradique, Inês Ponte, Rosa Maria Perez, Gilberto Velho, Fabienne Wateau

couv existential anthropology

couv existential anthropology

What is existential anthropology?

édité par Michael Jackson et Albert Piette

Berghahn books, New York et Oxford, 2015, 254 p.

What is existential anthropology, and how would you define it? What has been gained by using existential perspectives in your fieldwork and writing? Editors Michael Jackson and Albert Piette each invited anthropologists on both sides of the Atlantic to address these questions and explore how various approaches to the human condition might be brought together on the levels of method and of theory. Both editors also bring their own perspective: while Jackson has drawn on phenomenology, deploying the concepts of intersubjectivity, lifeworld, experience, existential mobility, and event, Piette has drawn on Heidegger’s Dasein-analysis, and developed a phenomenographical method for the observation and description of human beings in their singularity and ever-changing situations..