Directrice de recherche
Habilitée à diriger des recherches
Sophie Houdart
Médaille de bronze du CNRS (2006)
Japon
Nature, création, catastrophe, spéculation
...

[English version below]

Sophie Houdart s’intéresse aux modes de construction et pratiques locales de la modernité au Japon ainsi qu’au thème de la création et de l’innovation. Après avoir réalisé, en thèse, une ethnographie dans un laboratoire de biologie au Japon (La cour des miracles, CNRS Editions, 2008), elle a suivi les longues étapes de conceptualisation et de figuration au moyen desquelles l’Exposition universelle qui a eu lieu au Japon en 2005 a vu le jour (L’universel à vue d’œil, Pétra, 2012). En suivant, elle a enquêté dans une agence d’architecture, toujours au Japon, et s'est intéressée aux pratiques architecturales et infographiques qui permettent aux architectes et designers de concevoir des mondes nouveaux (Kuma Kengo. Une monographie décalée, éd. Donner Lieu, 2009). Elle a co-édité le collectif Humains, non humains. Comment repeupler les sciences sociales (avec O. Thiery, La Découverte, 2011). Elle a ensuite collaboré avec un photographe et un artiste plasticien dans le cadre d’un projet d’enquête, conçu à l’initiative du Centre de culture scientifique, technique et industrielle F93, qui portait sur le grand collisionneur de particules du CERN, notamment auprès de ceux qui physiciens, ingénieurs, opérateurs, sont en charge de la maintenance de la machine (Les Incommensurables, Zones sensibles, 2015). A l’automne 2012, elle a entamé une nouvelle recherche sur la vie après la triple catastrophe qui a eu lieu dans le nord-est du Japon (un tsunami, un tremblement de terre, un accident nucléaire). Sur cette question, elle a contribué à la constitution d'un collectif hybride, Call It Anything, chapeauté par F93, regroupant plusieurs chercheurs en sciences sociales et des artistes et vidéastes pour des expérimentations croisées sur le thème du trouble, du territoire abîmé, de la radioactivité, de la recomposition des existants (http://www.f93.fr/fr/project/11/call-it-anything.html).

Sophie Houdart explores modes of construction and local practices of modernity in Japan, as well as the theme of creation and innovation. After completing, as part of her thesis, an ethnography in a Japanese biology laboratory (La Cour des Miracles, CNRS Editions, 2008), she followed the long steps of conceptualization and figuration by means of which the World Exposition of 2005 took place in Japan (L’Universel à vue d’oeil, Pétra, 2012). Following this, Houdart undertook a study in an architecture agency, still in Japan, focusing on the architectural and infographic practices that allow architects and designers to devise new worlds (Kumo Kengo. Une monographie décalée, ed. Donner Lieu, 2009). She co-edited the collective Humains, non-humains. Comment repeupler les sciences sociales (with O. Thiery, La Découverte, 2011). She then collaborated with a photographer and a visual artist as part of a study, created on the initiative of the Centre for Scientific, Technical, and Industrial Culture F93, concerning CERN’s large particle collider, in particular those in charge of mainting the machine, such as physicians, engineers, and operators (Les Incommensurables, Zones Sensibles, 2015). In autumn 2012, she began a new research project on life after the triple catastrophe that look place in the Northeast Japan (a tsunami, an earthquake, and a nuclear accident). On this question, she contributed to the creation of a hybrid collective, Call It Anything, headed by F93, regrouping several social science researchers, artists, and video makers for experiments intersecting with the themes of trouble, damaged territory, radioactivity, and the restoration of the existing.

2017- : Membre du Conseil Scientifique et Culturel du CNAM

2014- : Membre du Conseil d’Orientation scientifique du département de la recherche du musée du quai Branly

2016- : Membre du Comité de rédaction de la Revue L'Homme
2014- : Présidente du Conseil des utilisateurs de la Maison René Ginouvès
Houdart, S. et C. Minato, 2016, 小さなリズム: 人類学者による「隈研吾」論 (Tokyo, Kajima Institute Publishing Co. Ltd).
Houdart, S., 2015, Les incommensurables (Bruxelles, Zones Sensibles).
Houdart, S., 2013, L’universel à vue d’oeil : anthropologie de l’Exposition internationale japonaise Aichi (Paris, Pétra).
Andrieu, Chloé et Sophie Houdart (éds), 2018, La composition du temps: prédictions, événements, narrations historiques (Paris, De Boccard) [Colloques de la Maison Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès, 15].
Ce livre clôt un triptyque qui avait été initié par la Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès, dont la première partie était consacrée à la notion de transition historique tandis que la deuxième portait sur les refondations et les recommencements. Nous proposons de poursuivre la réflexion sur le temps, les soubresauts, les changements qui l’affectent et les prédictions des évènements. Comment, selon les sociétés, selon les périodes, perçoit-on, structure-t-on, manipule-t-on les temps à venir ? Nous partons de l’hypothèse que le futur autant que le passé habitent notre présent et que ce qui nous est contemporain est au moins autant lié à l’histoire dont on hérite qu’aux projets que l’on formule et aux états du monde que l’on anticipe. Toutefois, impossible de parler du futur sans prendre en considération le régime d’historicité ou la division du temps propre à chaque société. Étant admis qu’il n’y a pas de temps exogène, il faut considérer la façon dont ces trois états – ce qui est passé, ce qui est et ce qui adviendra – sont organisés d’une société à l’autre. En d’autres termes, un volume sur le futur est nécessairement un volume sur la composition du temps et implique de s’interroger sur la façon dont, dans chaque société et chaque présent, sont mises en relation les dimensions temporelles du passé et du futur. Nous abordons plusieurs aspects : celui de l’ordonnancement du temps chronologique et son traitement, celui des techniques de prévision du futur et de leur efficacité et enfin, la mise en récit des évènements passés ou à venir. Les contributions réunies dans ce volume illustrent d’innombrables opérations de combinaison et d’intégration du temps et recèlent de dispositifs narratifs, techniques et politiques qui les accompagnent.
Beltrame, Tiziana Nicoletta, Sophie Houdart et Christine Jungen (éds), 2017, Mondes infimes (s.l., s.n.) [Technique et Culture, 68].
Baptandier, Brigitte et Sophie Houdart (éds), 2015, Ethnographier l’universel: l’Exposition Shangai 2010 : "Better city, better life" (Nanterre, Société d’ethnologie) [Recherches sur la Haute-Asie].
Houdart, Sophie, Vanessa Manceron et Sandrine Revet (éds), 2015, La mesure du danger (s.l., s.n.) [Ethnologie française, 45 (1)].
Houdart, Sophie et Christine Jungen (éds), 2015, Cosmos (s.l., s.n.) [Gradhiva, 22].
Houdart, S., 2019, Fukushima, l’expérience en partage, Critique, 860-861 [Vivre dans un monde en partage] : 70-86.
Houdart, S. et M. Pavy, 2019, On sort donc les tripes petit à petit: Consistance d’un territoire contaminé [récit], Terrain, 71 [Apocalypses] : 116-139, en ligne : http://journals.openedition.org/terrain/18195.
Loar, S., S. Carton De Grammont, G. Delaplace, P.-O. Dittmar, S. Houdart, C. Jungen, S. Le Courant et V. Manceron, 2018, Décapsuler. Une histoire vraie, Gradhiva, 28 [Capsules temporelles] : 170-193, en ligne : http://journals.openedition.org/gradhiva/3815.
En décembre 1972, avec le lancement de la sonde Apollo 17, la Nasa mettait un terme à son programme d’exploration de la Lune. Lorsque cette même année et la suivante, elle envoya Voyager 1 puis Voyager 2 à destination de Jupiter, Uranus, Saturne et Neptune, l’astrophysicien Carl Sagan demanda de fixer sur les sondes une plaque aux dimensions réduites et très légère, qui a atteint la postérité sous le nom de Golden Record. Pour ce « message à destination de possibles civilisations extra-terrestres », Sagan et son équipe choisirent cent dix-huit photographies « de notre planète, de nous-mêmes et de notre civilisation », qu’accompagnaient encore « 90 minutes de la meilleure musique au monde, un essai audio sur l’évolution intitulé The Sounds of Earth, ainsi que des salutations dans une soixantaine de langages humains (et en langage baleine) ».Imaginons.Imaginons que l’occasion soit donnée à une anthropologue de rejouer ce geste. Que choisirions-nous d’envoyer dans l’espace ? Quel serait notre message ? Comment nous accorderions-nous sur son contenu ? Qu’est-ce qui, au regard de l’horizon qui est le nôtre aujourd’hui, mériterait d’être sélectionné, transmis ?
Beltrame, T.N., S. Houdart et C. Jungen, 2017, Parler depuis l’infime, Techniques et Culture, 68 [Mondes infimes] : 10-25, en ligne : https://www.cairn.info/revue-techniques-et-culture-2017-2-page-10.htm.
Houdart, S., 2017, Les répertoires subtils d’un terrain contaminé, Techniques et Culture, 68 [Mondes infimes] : 88-103, en ligne : https://www.cairn.info/revue-techniques-et-culture-2017-2-page-88.htm.
Dans la région de Fukushima, l’espace est, depuis la triple catastrophe de mars 2011, peuplé d’entités au mode de présence singulier : invisibles, intouchables, inaudibles, elles mettent au défi tout observateur attentif, requérant de lui qu’il déplace considérablement son appareil théorique et méthodologique. Cherchant à intensifier l’expérience de terrain mené depuis 2012, en l’articulant à une expérience collective plus récente ainsi qu’à des données empruntées à l’histoire des sciences (plus particulièrement celle du compteur Geiger), il est question, dans cet article, de restituer la texture propre à ce territoire contaminé en désenclavant les répertoires communément utilisés pour en rendre compte. Loin d’un catastrophisme événementiel, il s’agit de trouver le bon ton et le bon son pour se mettre au diapason de ce qui est toujours en train d’advenir.
Beltrame, T.N., S. Houdart, C. Jungen et F. Keck, 2017, Sonder une collection, Techniques et Culture, 68 [Mondes infimes] : 178-195.
Houdart, S. et C. Jungen, 2015, Introduction : Cosmos connections, Gradhiva, 22 [Cosmos] : 4-23.
Houdart, S., 2015, Large Hadron Collider. Le cosmos comme horizon, Découverte, 396 : 3-11.
Houdart, S., 2015, Humanos e Não Humanos na Antropologia, Ilha Revista de Antropologia, 17 (2) : 13-29, en ligne : https://periodicos.ufsc.br/index.php/ilha/article/view/2175-8034.2015v17n2p13.
Houdart, S., V. Manceron et S. Revet, 2015, Connaître et se prémunir. La logique métrique au défi des sciences sociales, Ethnologie française, 45 (1) [La mesure du danger] : 11-16.
Houdart, S., 2015, Petits récits destinés à joindre les deux bouts des particules au cosmos – en passant par la Suisse, Gradhiva, 22 [Cosmos] : 106-135.
Houdart, S., 2015, Scenarii pour (quasi-)fin du monde. Traiter les dangers au CERN, Ethnologie française, 45 (1) [La mesure du danger] : 55-66.
Houdart, S., 2013, Utopies universalistes : la nature en concurrence, Terrain, 60 [L’imaginaire écologique] : 92-107, en ligne : http://terrain.revues.org/15101.
Comment donne-t-on corps à une utopie ? La préparation de l’Exposition universelle qui s’est tenue au Japon, dans la banlieue de Nagoya, en 2005, est l’occasion de suivre le lent travail, à la fois conceptuel et matériel, au moyen duquel émerge une forme inédite de relations entre l’homme et la nature. Donnant la « redécouverte de la sagesse de la nature » comme nouveau métronome universel, les concepteurs de l’Expo 2005 et les architectes appelés à œuvrer au projet devaient entre autres sortir leur proposition de l’étau local dans lequel elle avait vu le jour, pour la porter à une autre échelle en la transformant en véritable alternative de développement pour les sociétés technicisées. C’est cet épineux parcours qui est suivi dans cet article, qui se concentre plus particulièrement sur les propositions architecturales destinées à faire de cette Expo 2005 la première Exposition universelle non moderne.
Houdart, S., 2013, Peupler l’architecture : les catalogues d’êtres humains à l’usage des concepteurs d’espace, Revue d’anthropologie des connaissances, 7 (4) [Les textures matérielles de l’accumulation] : 761-784, en ligne : https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2013-4-page-761.htm.
Cet article a pour objet les bases de données utilisées par les architectes pour rendre leurs projets et convaincre de leurs propositions. Il s’intéresse plus particulièrement aux catalogues d’êtres humains au moyen desquels les architectes peuplent leurs images. Objets d’une singulière industrie (désignée en anglais sous l’expression « People Texture » ou « People Marketing »), ces habitants miniatures d’espaces bâtis projetés sont insérés dans les images numériques afin, explicitement, de donner le sens de l’échelle et de conférer davantage de réalisme. Présences relativement récentes dans les représentations architecturales, ils sont aujourd’hui catalogués dans des bases de données d’images, aux côtés de non-humains en tous genres, éléments de décorum, voitures, cieux, arbres, etc., This paper aims at scrutinizing data bases used by architects for rendering their projects and for convincing of their proposals. It focuses on catalogs of human beings by the way of which architects populate their imageries. These catalogs are based on specific treatments that become recently the object of a whole industry, named "People Texture" or "People Marketing". Small beings inhabiting these catalogs are inserted in digital images in order, explicitly, to give them the sense of scale and more realism. Appearing progressively in the history of architectural representations since the beginning of the 20th century, they are among the tools used by architects, and catalogued as well, to animate their projections: decorum of all kinds, cars, skies, trees, and so on., Este artículo tiene como objeto las bases de datos utilizadas por los arquitectos para entregar sus proyectos y convencer de sus proposiciones. Se interesa más aún en los catálogos de seres humanos a través de los cuales los arquitectos pueblan sus imágenes. Objetos de una singular industria (denominada en inglés "People Texture" o "People Marketing"), estos habitantes miniaturas de espacios construidos proyectados son insertos en las imágenes digitales con el fin explícito de dar más realismo al diseño y proporcionar su escala. Estas presencias relativamente recientes en las representaciones arquitecturales, son hoy en día catalogadas en bases de datos de imágenes al lado de no-humanos de todo tipo, elementos de decoración, vehículos, cielos, árboles, etc.
Houdart, S., 2013, The Noise of the World: The Apocalypse and the Crazy Farm Scenario, Limn, 3 [Sentinel devices], en ligne : http://limn.it/the-noise-of-the-world-the-apocalypse-and-the-crazy-farm-scenario/.
The Large Hadron Collider in Switzerland has to be constantly monitored to detect possible effects of radiation. Sophie Houdart describes a machine designed to capture every potential sign of threa…
Houdart, S., 2012, Bruno Latour chez les anthropologues…, Culture et recherche, 127 [Les nouveaux terrains de l’ethnologie] : 8-9.
Houdart, S., 2012, Le cosmos : un objet partagé entre de multiples sciences, Découverte, 382 : 46-53.
Herrou, A., S. Houdart et M.-P. Bousquet, 2000, Au cœur de nos préoccupations : l’écriture du texte ethnologique, Ateliers (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative), 19 [Matière à écrire, matières à penser] : 7-27.
Houdart, S., 2018, These Details Left Behind, Kengo Kuma Lab in Tohoku (Tôkyô, Tôdai Publishers) : 78-89.
Andrieu, C. et S. Houdart, 2018, Introduction, La composition du temps: prédictions, événements, narrations historiques (Paris, De Boccard) : 9-15 [Colloques de la Maison Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès, 15].
Ce livre clôt un triptyque qui avait été initié par la Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès, dont la première partie était consacrée à la notion de transition historique tandis que la deuxième portait sur les refondations et les recommencements. Nous proposons de poursuivre la réflexion sur le temps, les soubresauts, les changements qui l’affectent et les prédictions des évènements. Comment, selon les sociétés, selon les périodes, perçoit-on, structure-t-on, manipule-t-on les temps à venir ? Nous partons de l’hypothèse que le futur autant que le passé habitent notre présent et que ce qui nous est contemporain est au moins autant lié à l’histoire dont on hérite qu’aux projets que l’on formule et aux états du monde que l’on anticipe. Toutefois, impossible de parler du futur sans prendre en considération le régime d’historicité ou la division du temps propre à chaque société. Étant admis qu’il n’y a pas de temps exogène, il faut considérer la façon dont ces trois états – ce qui est passé, ce qui est et ce qui adviendra – sont organisés d’une société à l’autre. En d’autres termes, un volume sur le futur est nécessairement un volume sur la composition du temps et implique de s’interroger sur la façon dont, dans chaque société et chaque présent, sont mises en relation les dimensions temporelles du passé et du futur. Nous abordons plusieurs aspects : celui de l’ordonnancement du temps chronologique et son traitement, celui des techniques de prévision du futur et de leur efficacité et enfin, la mise en récit des évènements passés ou à venir. Les contributions réunies dans ce volume illustrent d’innombrables opérations de combinaison et d’intégration du temps et recèlent de dispositifs narratifs, techniques et politiques qui les accompagnent.
Houdart, S., 2018, What is in the air? Or How we get to know what we know about invisible things, Dialogue on Measurement between Artist and Scientist (Berlin, Archive Books) : 301-315.
Houdart, S., 2018, Going beyond expectation. Somewhere between Fontainebleau and Fukushima, Dandilands. Bom Dia Boa Tarde Boa Noite (Dijon, Les presses du réel) : 62-70.
Houdart, S., 2016, Balade à Fukushima/Fukushima Walk, Walks, hands, eyes : a city (Paris, Beaux-Arts de Paris) : 40-47.
Houdart, S., 2016, Route 6, Persona. Étrangement humain (Arles/Paris, Actes Sud/musée du quai Branly) : 71-75.
Houdart, S., 2015, Low Resolution for a High (Tech) Cosmogram. Or how to handle the Large Hadrons Collider, What is cosmopolitical design?: design, nature and the built environment (Farnham, Ashgate) : 79-92.
Houdart, S., 2015, Particules majeures en mode mineur, La Vie, mode mineur (Paris, Presses des Mines) : 85-114, en ligne : http://books.openedition.org/pressesmines/1938.
Houdart, S., 2015, Architecture in the wild : The studio overflowed, Studio Studies: Operations, Topologies & Displacements (Londres, Routledge) : 120-136.
Houdart, S., 2015, La foule à l’expo, Ethnographier l’universel : l’exposition Shanghai 2010, "Better city, better life" (Nanterre, Société d’ethnologie) [Recherches sur la Haute Asie, 21].
Baptandier, B. et S. Houdart, 2015, Introduction, Ethnographier l’universel : l’exposition Shanghai 2010, "Better city, better life" (Nanterre, Société d’ethnologie) : 9-32.
Houdart, S., 2014, Bankoku hakurankai. 万国博覧会. L’exposition universelle, Vocabulaire de la spatialité japonaise = 日本の生活空間 (Paris, CNRS Éditions) : 45-46.
Houdart, S., 2013, Welcome to the "Small People-Texture Industry"! Human Figures in Architectural Perspective Drawings, D.A. : a transdisciplinary handbook of design anthropology (Frankfurt am Main, Peter Lang) : 1006-1013.
Houdart, S., 2012, "Versionner" : notes sur le temps dans la pratique architecturale, Architecture et temps (Besançon, FRAC Franche-Comté) : 109-129.
Houdart, S., 2014, Le Media Art. Voir le monde à travers des pixels, Japon pluriel 9 (Arles, Philippe Picquier).
Houdart, S., 2017, Compte rendu de : Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent XVIe-XXIe siècle (Paris, CNRS Éditions, 2015), Ethnologie française, 165 : 160-163.
Houdart, S., 2016, Virus : Ce(ux) qui nous affecte(nt). Compte rendu de : Nicolas Auray et Frédéric Keck (éd.), Virus (Terrain, 64, 2015), Lectures anthropologiques. Revue de comptes rendus critiques, 2016 (1) [L’anthropologie à la une], en ligne : http://lecturesanthropologiques.fr/lodel/lecturesanthropologiques/index.php?id=306.
Compte rendu de « Virus », Terrain, n° 64, 2015, coordonné par Nicolas Auray et Frédéric Keck S’il fallait vraiment la rattacher à un champ de la discipline, l’« anthropologie des virus » dépendrait, au premier chef, de celui de la santé, du risque ou du numérique. Pour les lecteurs qui n’appartiendraient à aucune de ces catégories cependant, ce numéro consacré aux virus peut constituer une porte d’entrée inédit sur des questions transversales, en ce que les virus – et cela en constitue une définition minimale – appartiennent à une catégorie d’êtres qui ont pour propriété singulière d’« envahir » un organisme pour « se répliquer ». Autrement dit, et c’est le point de départ du numéro, le virus n’existe « que dans une relation », et doit être conçu « comme un opérateur relationnel » (Auray et Keck, p.4). C’est donc de relations d’une chose avec une autre, souvent incommensurables (un virus biologique avec un virus informatique, un corps humain avec un virus, un humain avec un furet, une institution savante avec un garage…), dont il est question dans ce numéro. L’ambition ne paraitrait pas si nouvelle si elle ne faisait l’objet d’un cadrage théorique et méthodologique forts. Tout d’abord, elle s’inscrit dans un champ d’analyse plus vaste qui fait problème du terme même de relation. À la lecture des articles, on pense par exemple aux travaux de Bruno Latour pour qui « il n’est plus du tout évident aujourd’hui qu’il existe des relations assez spécifiques pour être appelées "social
Houdart, S., 2012, Virus : et pourtant ils tournent. Compte rendu de : Frédéric Keck, Un monde grippé (Paris, Flammarion, 2010), Critique, 783-784 [Penser la catastrophe] : 786-793.
Houdart, S., M. Le Calvé et M. Warstat, 2017, « Organisation et animation », résidence "Ethnographie des arts, arts de l’ethnographie", programme de l’Université franco-allemande/LESC, Villa Arson, Nice.
Andrieu, C. et S. Houdart, 2017, « Organisation », 14e colloque international de la MAE "La composition du temps?", Université Paris Nanterre.
Houdart, S., V. Manceron, B. Moutaud et G. Raveneau, 2015, « Membres du comité d’organisation », 2e congrès international de l’AFEA "Démesure", Université de Toulouse-Jean Jaurès.
Houdart, S., J. Langumier, V. Manceron et S. Revet, 2015, « Organisation », atelier "Appréhender la démesure. Dispositifs de mesure et de préhension des phénomènes de grande ampleur, des risques et des catastrophes", 2e congrès de l’AFEA "Démesure", Université de Toulouse-Jean Jaurès.
Houdart, S., 2018, « Les saules du vannier. Ou comment deux pousses d’arbre peuvent aider à s’attacher durablement à Fukushima », colloque "‘Avec’ Antoine Hennion : de la Passion Musicale aux êtres fragiles", Clermont-Ferrand.
Houdart, S., 2018, « La discrétion. Praxis de l’infime après la catastrophe de Fukushima », journée d’étude "Échelle de vue", coordonnée par Gil Bartholeyns et Manuel Charpy, université de Lille, Lille.
Houdart, S., 2018, « Texturing the Tôhoku disaster: An attempt to depict from inward », International Anthropology Workshop "Disaster Perceptions and Responses in Times of Global Upheaval", Chengdu, Chine.
Houdart, S., 2018, « Prendre soin de ce qui blesse. L’insoutenable vivre avec la radioactivité dans la région de Fukushima », colloque "Penser le soin à travers ses tensions. Fragilité et force du vivant et de son milieu", EHESS, Paris.
Houdart, S., 2017, « "Chère amie…" L’enquête sous le mode de l’adresse », journée d’étude ""Des appâts pour des sentir" Les enquêtes comme modes d’intensification de présences", organisée par les groupes Cultures sensibles — Fructis —GIGS— Traverses, séminaire de Philosophie des sciences, Liège, Belgique.
Houdart, S., 2016, « L’échelle des êtres. Invitation d’enquêtes », session transversale "Que font les non-humains aux sciences sociales ?", congrès AISLF (Association internationale des sociologues de langue française), Montréal, Canada.
Houdart, S., 2016, « La chose radieuse. Vivre en territoire contaminé après la catastrophe de Fukushima », journée "Le parti pris des choses en sciences sociales", École française de Rome, Italie.
Houdart, S., 2015, « Entrelacements, espaces physiques et numériques », Keyspeaker, colloque "DIGITAL POLIS / La ville face au numérique : enjeux d’un projet conjugué au futur", Paris.
Houdart, S. et Y. Moreau, 2015, « Tchernobyl-Fukushima 2046 », colloque international "Le Théâtre des opérations. Mise en scène de l’action, coordination des mouvements et transformation du monde", Collège de France, Paris.
Houdart, S., 2014, « Humains, non humains, quasi humains », colloque "Simetrização Hibridsmo e agência na Anthropologia. II Seminário mapeando controvérsias contemporâneas", Université Fédérale de Santa Catarina, Florianopolis, Brésil.
Houdart, S., F. Keck et B. Latour, 2014, « Interagir avec les non humains, table ronde », colloque "Penser avec l’anthropologie", organisé par le Sophiapol, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Houdart, S., 2014, « Artefact ou quasi-vivant : le grand collisionneur de particules du CERN », colloque international "Des êtres vivants et des artefacts L’imbrication des processus vitaux et des processus techniques", Musée du quai Branly, Paris.
Houdart, S., 2013, « The Big Collider. How to commensurate the cosmos and particles », session "Big Picture, Small Things", colloque des 4S (Society for Social Studies of Science), San Diego, USA.
Houdart, S., 2013, « Low Resolution for a High (Tech) Cosmogram. Or how to handle the Large Hadrons Collider », colloque "What is Cosmopolitical Design?", organisé par Albena Yaneva, Princeton University School of Architecture.
Cabanes, V., S. Houdart et B. Latour, 2018, « Urgence ou délai?, participation au débat après la projection de "The War Game" », Cinéma rencontres "Anthropocène: qu’avons-nous fait, qu’allons-nous faire?", Bergerac.
Houdart, S. et D. Pestre, 2018, « Tout contre sciences. Débat entre l’anthropologue Sophie Houdart et l’historien des sciences Dominique Pestre », Festival La Manufacture d’idées "Les usages du monde", Hurigny, en ligne : http://lamanufacturedidees.org/2018/03/06/les-sciences-et-le-monde/.
Houdart, S., 2015, « Performance "Obtenir le plus grand avec le très petit. Les opérateurs du CERN entre particules et cosmos" », édition "Devenir terriens : 150 dialogues et exercices pour rétrécir et étendre l’humain", Blackmarket for Useful Knowledge and Non-Knowledge N°18, Musée de l’Homme, Paris.
Houdart, S., 2015, « Participation à la simulation "Le théâtre des négociations/Make It Work", orchestré par Bruno Latour, Frédérique Aït-Touati et Philippe Quesne », Théâtre des Amandiers, Nanterre.
Houdart, S., 2013, « Participation à l’atelier "Imaginaire et science, une longue histoire entre mythes et réalité ? Arts et sciences au XXIème siècle", animé par Béatrice Korc », XIIIe Rencontres CNRS Jeunes "Sciences et citoyens", Futuroscope, Poitiers.
Houdart, S., 2013, « Le cosmos comme horizon. Ou comment le grand collisionneur de particules du CERN devient un objet anthropologique », journées "L’ethnologie va vous surprendre", Musée du quai Branly, Paris.
Houdart, S. et I. Omélianenko, 2017, Participation à la pièce radiophonique "DIANA", conçue par Simon Ripoll-Hurier, Création on Air (Paris, France Culture), en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/creation-air/collection-voyage-sonore-128-diana.
Houdart, S. et I. Omélianenko, 2017, Mesurer, se mesurer, documentaire radiophonique d’Eric La Casa et Piero Zanini, Création on Air (Paris, France Culture), en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/creation-air/mesurer-se-mesurer.
Houdart, S. et D. Jenvrey, 2016, À propos des Incommensurables, Émission de littérature (Nantes, Radio campus de Nantes), en ligne : http://www.parislike.com/emission_de_litterature/Sophie_Houdart__2016.mp3.
Houdart, S. et M. Vidard, 2013, Dernières mauvaises nouvelles de Fukushima, La tête au carré (Paris, France Inter), en ligne : https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-02-septembre-2013.

2011-  : CréaLab. Co-animation d'un groupe de travail dédié à l'ethnographie des pratiques de création. Regroupant mensuellement une douzaine de doctorants et jeunes chercheurs, le CréaLab alterne des discussions autour des matériaux ethnographiques des participants, des échanges autour de lectures théoriques (John Dewey, William James, Tim Ingold, Bruno Latour, Edwin Hutchins, Antoine Hennion, Lorraine Daston, Jane Bennett, Jacques Rancière...) et des exercices de réflexivité sur les manières de concevoir et pratiquer l'anthropologie aujourd'hui.

2017-  : NowHere. Co-animation d'un groupe de travail dédié aux territoires qui se déploient "dans les ruines du capitalisme". Regroupant trois chercheurs et 5 doctorants, le groupe NowHere engage une réflexion collective autour des questions d'exploitation minière, de catastrophes, d'extinction, de zones à défendre, d'écologie.