Francesca Cozzolino
Chercheuse affiliée
Francesca Cozzolino
Mexique, Etats-Unis, Italie
Anthropologie de l'art, culture matérielle, inscriptions urbaines, graphisme, design, savoirs empiriques
...

[English version below]

Francesca Cozzolino est enseignante de sciences humaines et sociales à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris, chercheure associée à EnsadLab, laboratoire de recherche en art et design et membre affiliée au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) de l’université Paris Nanterre.
Ses travaux de recherche se situent à la croisée de l’anthropologie de l’art, l’anthropologie de la culture matérielle et des visual studies.

Thèmes de recherche :
Anthropologie de la création artistique, anthropologie comparative, transferts et circulations dans les cultures visuelles, culture matérielle, inscriptions urbaines, fonctions et usages de l’image et de l’écriture dans la ville, graphisme, design, savoirs empiriques. 

Parcours de recherche :
Historienne de l’art de formation, Francesca Cozzolino s’est tournée vers l’anthropologie en 2003, lorsqu’elle commence une ethnographie sur un phénomène de peinture murale en Sardaigne (à Orgosolo). Celle-ci fera l’objet de sa thèse de doctorat en anthropologie sociale et culturelle, soutenue à l’EHESS, sous la direction de Béatrice Fraenkel en 2010. Ce manuscrit sera le point de départ pour la rédaction d’un ouvrage paru en 2017 aux éditions Karthala sous le titre Peindre pour agir. Muralisme et politique en Sardaigne.

Ce travail s’attache à considérer les images et les écritures qui s’affichent dans l’espace public du village d’Orgosolo comme des entités agissantes dans une complexité de relations sociales. Dans cette enquête elle s’interroge sur les logiques interactives qui configurent les relations entre les différents acteurs de la vie sociale et entre ceux-ci et les peintures murales. Ainsi elle analyse tout autant les pratiques graphiques dont ces artefacts sont issus que  les manières d’agir par la production de ces peintures murales, les formes de réaction à ses images et leurs fonctions.

Depuis 2010 elle a réalisé plusieurs enquêtes dans le monde de l’art et du design et mené plusieurs missions de recherche en France et à l’étranger (Europe, Etats-Unis, Benin, Mozambique) en se spécialisant dans l’ethnographie des pratiques artistiques et en développant une ontologie descriptive de la création.

Plus récemment, selon une perspective comparative et transdisciplinaire, et poursuivant ses recherches sur la fonction des artefacts graphiques, elle mène des travaux de recherche qui interrogent les transferts et la circulation entre différentes cultures artistiques et la construction des savoirs empiriques par la création en art et en design.

Ses travaux actuels défendent une anthropologie qui s’intéresse à la création, dans la diversité de ses pratiques (design, art contemporaine, graphisme) et dans différents contextes culturels en s’attachant  plus précisément à une analyse de la création dans les dimensions interactive, matérielle, située et performative. Par ces enquêtes, elle s’attache, d’une part à comprendre l’efficacité de la matérialité de la création (maquettes, dessins, tableaux, schémas, graphiques faits à l’ordinateur), à l’encontre d’une vision idéaliste de la conception; de l’autre, en renouvelant une vision symboliste de l’art,  à comprendre comment la création participe de la fabrique du social (enjeux identitaires et culturels) et le performe.

Elle a publié plusieurs chapitres d’ouvrages et articles scientifiques et elle contribue régulièrement à des revues d’art et de design ou des catalogues d’exposition. Elle collabore avec des artistes en mettant en œuvre des projets au croisement entre art et sciences sociales à forte dimension expérimentale et spéculative. 

Francesca Cozzolino teaches human and social sciences the École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs in Paris, and serves as an associate researcher for Ensad Lab, laboratory for research in art and design, and as an affiliated member of the Laboratory of Ethnology and Comparative Sociology (LESC) at University of Paris Nanterre. Her research is situated at the crossroads of the anthropology of art, the anthropology of material culture, and visual studies.

Research themes:

Anthropology of artistic creation, comparative anthropology, transfers and circulation in visual cultures, material culture, urban inscriptions, functions and uses of image and writing in the city, graphics, design, and empirical knowledge.

Research history:

Art historian, Francesca Cozzolino turned towards anthropology in 2003, when she started an ethnography on a mural painting phenomenon in Sardinia (in Orgosolo). This became the subject of her doctoral thesis in social and cultural anthropology, defended at the EHESS, under the direction of Béatrice Fraenkel, in 2010. This manuscript became the starting point for a book published in 2017 with Karthala Editions, entitled Peindre pour agir. Muralisme et politique en Sardaigne. 


This work frames images and writings in public spaces in the village of Orgosolo as entities acting in a complex web of social relations. In this study, she investigates the interactive logics that shape the relationships between different actors of the social life in Orgosolo, and among these actors, mural paintings. She analyses the mural artists’ graphic practices as well as ways of acting through the production of these murals, forms of reaction to these images, and their functions.

Since 2010, she has completed several studies in the art and design world and led several research in France and abroad (Europe, United States, Benin, Mozambique), specialising in the ethnography of artistic practices and developing a descriptive ontology of creation.

 More recently, employing a comparative and transdisciplinary perspective and conducting research on the function of graphic artefacts, she has led studies investigating exchanges and circulation between different artistic cultures and the construction of empirical knowledge by creation in art and design.

Her current work defends an anthropology that focuses on creation, diversity in creation practices (design, contemporary art, graphism), and different cultural contexts, more specifically endeavouring to analyse creation in its interactive, material, situated, and performative dimensions. Through this research, she strives on one hand to understand the efficacy of the materiality of creation (models, drawings, boards, schemas, computer-made graphics)against an idealistic vision of conception, and on the other hand, in renewing a symbolist vision of art, to understand how creation participates in the fabric of the social (identity and cultural issues) and the performed.

She has published several book chapters and scientific articles, regularly contributes to art and design reviews and exhibit catalogues, and collaborates with artists by implementing projects at the crossroads between art and social sciences, with an emphasis on a speculative and comparative dimension.

Membre du comité de rédaction des revues « Ateliers d’Anthropologie », « Polygraphe(s). Approches metisses des actes graphiques » et « Quadernos de Arte y Antrhopologia »
Cozzolino, F., 2017, Peindre pour agir: muralisme et politique en Sardaigne (Paris, Éditions Karthala) [Hommes et sociétés].
Fraenkel, Béatrice, César Cumbe et Francesca Cozzolino (éds), 2016, Les écritures urbaines de Maputo: lire, écrire, agir dans la ville (Maputo, Alcance).
Part 1 is a collection of articles developing the main questions debated during a "jornada de estudos" held in September 2014. Part 2 is a catalog of an exhibition, "Escritas urbanas de Maputo: ler, escrever, agir na Cidade" = "Les écritures urbaines de Maputo: lire, écrire, agir dans la Ville", held at the Centro Cultural Franco-Moçambicano, Maputo, 16-20 September 2014. The final part describes graphic creations inspired by the writings of Maputo.