Doctorant
Pierre Depardieu
Le vivre ensemble comme instrument de réhabilitation du quotidien chez les chrétiens
Albert Piette et Anne-Sophie Lamine
France
Précarité, christianisme, quotidien, action sociale, journal
...

[English version below]

Il existe en France une série d’initiatives dispersées dont le principe est de faire vivre sous un même toit des personnes accueillies au titre d’un problème spécifique (selon les structures : le handicap, les difficultés psychiques, la grande précarité, etc.) et des personnes volontaires (le plus souvent investies sur le mode du bénévolat). Fondés sur cette mixité des conditions (physiques, économiques, existentielles), ces dispositifs de colocation très particuliers, qu’il est parfois convenu d’appeler « solidaires », sont presque unanimement portés par des organisations chrétiennes (quoiqu’ils n’impliquent pas que des chrétiens) et revêtent une dimension fortement pionnière dans le champ du travail social.

Pierre Depardieu a lui-même été résident bénévole dans l’un de ces lieux, dont le public « accueilli » est plus particulièrement issu de la très grande précarité. Cette expérience de vie de dix-neuf mois a eu lieu en 2014-2015. Ce n’est qu’un peu plus tard, fin 2016, qu’il a décidé de réinvestir le journal intime qu’il a tenu sur place en l’utilisant comme matériau primaire dans le cadre d’une thèse.

La focale de ce travail porte sur la construction de la vie quotidienne dans ce lieu de vie, avec l’objectif principal de documenter comment s’opère le passage d’une vie « dans la rue » à une vie « hors-la-rue » dans un contexte d’intervention sociale chrétienne. Ce faisant, ce travail interroge l’usage du journal comme texte et comme méthode.

 

Thesis entitled: Living Together as an Instrument of Rehabilitation of Daily Life Among Christians

In France, there is a series of dispersed initiatives who principle is to gather together to live under the same roof a group of persons sharing a specific problem (such as disability, psychological issues, economic precarity, etc) and volunteers (most often invested in the mode of volunteering). Based on this mixed set of conditions (physical, economic, existential), these collocating initiatives, sometimes referred to as “solidarity” measures, are almost unanimously backed by Christian organisations (though their participants are not only Christina), and occupy a pioneering position in the field of social work.

Pierre Depardieu himself has served as a volunteer resident in one of this places, where the public, and more specifically individuals from backgrounds of great precarity, are “welcomed.” His experience there, lasting 19 months, took place in 2014-2015. It was not until a little later, at the end of 2016, that he decided to turn back to the diary he kept on site by using it as a primary source for his thesis.

The focus of this work is on the construction of daily life in this place of life, with a main objective of documenting how the transition forma life “on the street” to a life “off the street” operates in the context of a Christian social intervention. In doing so, the thesis questions the use of diaries/journals as a text and as a method.

Depardieu, P., 2018, « Le scrupule et l’ambition. Problèmes de confidentialité en terrain familier », 1re journée scientifique des doctorant.e.s du LESC, MAE, Nanterre.
Depardieu, P., 2017, « L’habitat partagé : approche par les sciences de l’homme et de la société », journée "Sous le même toit: les chrétiens dans l’habitat partagé", organisée par la Conférence des évêques de France et la Fondation Jean Rodhain, Paris.