Hélène Bloch
Doctorante
Hélène Bloch
« Nourrir la vie » (yangsheng) : de l'ascèse taoïste au marché de la longévité, du temple au Roi des Remèdes à la fabrique d'alcools de luxe (Mont Qingcheng, Sichuan, Chine)
Adeline Herrou
Chine
Sichuan (Chengdu, Mont Qingcheng)
Pratiques de longévité, marchandisation, taoïsme, temple, rapports économie/religion
...

[English version below]

Hélène Bloch s'intéresse à la coopération entre temples taoïstes et entreprises privées à travers la marchandisation de pratiques de longévité rassemblées en Chine sous l'appellation de "nourrir la vie" (yangsheng). En se promenant dans les rues des grandes villes de la province du Sichuan, tout aujourd'hui paraît porter la possibilité de "nourrir la vie", et ce au sein de lieux aussi divers que des temples taoïstes, certes, mais aussi, et de façon très différente, des instituts de beauté, des jeûnes organisés, des massages, des stages d'arts martiaux, etc. Le terme de "nourrir la vie" trouve son origine dans le taoïsme, puisqu'il est mentionné pour la première fois dans le Zhuangzi, texte qui remonterait au IVe siècle avant notre ère. "Nourrir la vie" désigne un ensemble incommensurable de techniques (régimes, gymnastique, méditation, jeûne, hygiène sexuelle, respiration, visualisation, etc.), et surtout leur finalité : rallonger la vie dans le but d'atteindre l'immortalité, dessein idéal des ascètes taoïstes.

Hélène Bloch explorera la fluidité de cette notion à partir d'une ethnographie centrée sur la fabrication et à la commercialisation d'alcools thérapeutiques appelés "alcools pour nourrir la vie" dans la région du Mont Qingcheng, une célèbre montagne sainte taoïste située à quelques dizaines de kilomètres de Chengdu, la capitale provinciale du Sichuan. Lieu à l'histoire taoïste millénaire, le Mont Qingcheng est de ce fait également un site touristique toujours grandissant depuis une vingtaine d'années, période d'ouverture de la Chine continentale. Des entreprises privées tirent parti de cet abondant tourisme patrimonial et religieux pour s'associer à des temples taoïstes. Ils élaborent ensemble des produits et des services qui répondent à une préoccupation plus générale pour la santé et la longévité au sein de nouvelles classes moyennes n'ayant que depuis peu la possibilité de prendre des congés et de partir en vacances. Il s'agira d'explorer comment cette boisson peut se trouver au croisement de l'économie des temples et des entreprises, mais aussi de préoccupations ascétiques, thérapeutiques, religieuses, économiques et commerciales.

 

Thesis entitled: “Nurturing Life” (yangsheng): From Taoist Ascetism to the Longevity Market, from the Temple to the King of Remedies to the Luxury Liquor Factory (Mount Qingcheng, Sichuan, China).

Hélène Bloch focuses on the cooperation between Taoist temples and private enterprises through the commoditisation of longevity practices, grouped together in China under the name of “Nurturing Life” (yangsheng). In walking down the streets of Sichuan province’s big cities, everything seems to carry the possibility of “nurturing life,” in a diverse array of places, from Taoist temples to, in a very different way, beauty institutes, organised fasting, massages, martial arts classes, etc. The term “nurturing life” finds its roots in Taoism, mentioned for the first time in the Zhuangzi, a text that dates back to the 4th century BC. “Nurturing Life” designates an incommensurable group of techniques (diets, exercise, meditation, fasting, sexual hygiene, breathing, visualisation, etc), and above all its purpose: extend life with the goal of attaining immortality, the ultimate goal of Taoist ascetism.

Hélène Bloch will explore the fluidity of this notion based on an ethnography centred on the fabrication and commercialisation of therapeutic alcohols called “alcohols to nurture life” in the region of Mount Qingcheng, a famous Taoist mountain situated some tens of kilometres from Chengdu, the province capital of Sichuan. A place of ancient Taoist history, Mount Qingcheng is also a tourist site that has been growing ever since the open of mainland China. Private enterprises take advantage of this abundant patrimonial and religious tourism in associating themselves with Taoist temples. Together, they devise products and services that respond to a more general preoccupation with health and lifespan among the new middle classes, who have only recently been able to take leave and go on holiday. Her work will explore how this drink is found at the crossroads of the economy of temples and enterprises, but also at the crossroads of ascetic, therapeutic, religious, economic, and commercial concerns.

Bloch, H., 2019, From Daoist Cultivation to Longevity Market? "Nourishing Life" on Mount Qingcheng, Journal of Daoist Studies, 12 (1) : 163-180, en ligne : https://muse.jhu.edu/article/717081.
Bloch, H., 2018, « From Daoist Asceticism to a Longevity Market ? Some Ethnographic Insights About « Nourishing Life » (yangsheng) on Mount Qingcheng », 12th International Conference on Daoist Studies, Beijing Normal University, Beijing, Chine.
Bloch, H., 2018, « 宗教"的理论范畴与"庙子"的多面性 (La catégorie théorique de « religion » et les multiples facettes du « temple ») », séminaire de master en Anthropologie et Muséologie (org. Tang Yun 汤芸 et Zhang Yuan 张源), Université des nationalités du Sud-Ouest 西南民族大学, Chengdu, Chine.
Bloch, H., 2018, « Nourrir la vie » (yangsheng 养生) au Mont Qingcheng : de l’ascèse taoïste au marché de la longévité ? », café des sciences du Consulat général de France, Chengdu, Chine.