Cette rubrique donne un aperçu des publications récentes des chercheurs du LESC. Des listes plus exhaustives peuvent êtres trouvées sur les pages individuelles des membres.

 

Fogel PSP Couverture

Fogel PSP Couverture
Parenté sans papiers

par Frédérique Fogel

Éditions Dépaysage, La Roche-sur-Yon, 2019, 304 p.

Préface de François Héran

 

Anthropologue au CNRS et membre de RESF, Frédérique Fogel accompagne à Paris depuis dix ans des femmes et des hommes, étrangères et étrangers en situation administrative irrégulière, qui demandent un titre de séjour au motif de leur situation familiale, des relations de parenté, de conjugalité, de filiation. Dans ce livre, elle présente l’ethnographie co-produite avec ces actrices et acteurs de leur régularisation en rapportant l’analyse du cadre législatif et réglementaire de l’accès au séjour à des récits de vie et de migration et à des situations concrètes, des paroles et des actes des personnes concernées, des échanges à différentes étapes du parcours administratif, des interactions vécues et observées au guichet préfectoral, commentées à plusieurs voix…

Il s’agit d’une contribution à une anthropologie des migrantes et des migrants, abordée à partir des liens de famille et des relations de parenté qui déterminent les pratiques migratoires, et qui sont cadrées dans le même temps par le dispositif juridique et administratif français. Comment les personnes sans papiers parlent-elles parenté et font-elles famille dans l’immobilité qui leur est imposée ? Comment la condition sans papiers influence-t-elle les liens et les relations entre les personnes qui vivent ensemble ici ? Et comment impacte-t-elle les liens et les relations avec les autres proches qui vivent là-bas ? Puisque leur régularisation dépend de leur « Vie privée et familiale », comment le juridique (l’esprit de la loi) et l’administratif (la pratique au guichet) leur imposent-ils de manières d’être et de se penser, en tant que personne, en tant que membre d’un couple, d’une famille, famille nucléaire cohabitante parisienne et famille étendue transnationale ?

En toile de fond, cette recherche questionne les modalités et les réalisations de cette « Vie privée et familiale » qui est cadrée et contrainte par des textes et des pratiques spécifiques. Elle fournit des éléments de compréhension pour mesurer l’écart entre la famille sans papiers hétéronormative ou monoparentale féminine et la famille sociologique « française » qui dépasse les normes depuis les années 1970.

couv TheoreticalAnthropology

couv TheoreticalAnthropology
Theoretical Anthropology or How to Observe a Human Being

par Albert Piette

Wiley/Iste, Hoboken/Londres, 2019, 204 p.

It may seem obvious that the human being has always been present in anthropology. This book, however, reveals that he has never really been a part of it.
Theoretical Anthropology or How to Observe a Human Being establishes the foundations and conditions, both theoretical and methodological, which make it possible to consider the human being as a topic of observation and analysis, for himself as an entity, and not in the perspective of understanding social and cultural phenomena.
In debate with both anthropologists and philosophers, this book describes and analyzes the human being as a “volume”. To this end, a specific lexicon is built around the notions of volume, volumography and volumology. These notions are further illustrated and enriched by several drawings.

couv aComplexPolity

couv aComplexPolity
A Complex Polity: Generations, initiation, and territory, among the old Meru of Kenya

by Anne-Marie Peatrik

Société d'ethnologie, Nanterre, 2019

Weaving together ethnography and history, this book offers an in-depth analysis of the pre-colonial polity of the Meru of Kenya and its radical transformations from 1908 through the 1950s. It addresses the manifold issues of initiation and the politics of belonging, unravels the intertwined life courses of men and women, and disentangles the web of family life and the handover of power across political generations. Restoring two well-known instances of Meru politics to their rightful place––the enigmatic mûgwe and the famous njûûri ncheke––the book also offers a fresh reading of the controversial story of Mbwaa. It sheds light on the crisis of the 1930s affecting male and female initiations, and establishes a link with the demographic transformations and the radical shift that occurred during the 1950s. A Complex Polity renews the issue of the historicity of political generation-set systems in Meru, as well as elsewhere in Kenya and eastern Africa. More broadly, the work aims to promote comparative anthropology to enhance knowledge of African pre-colonial democracies and polities, and a deeper understanding of social and cultural change in the longue durée, linking precolonial and postcolonial Africa.

 

Fondé sur une ethnographie conduite entre 1986 et 1993 dans les Nyambene Hills, au nord-est du mont Kenya, A Complex Polity: Generations, Initiation, and Territory, among the Old Meru of Kenya a été publié pour la première fois en 1999 sous le titre La Vie à pas contés. Génération, âge et société dans les hautes terres du Kenya (Meru Tigania-Igembe). La situation chez les Meru, au Kenya et dans le reste du monde, a connu depuis des changements importants, mais le passage du temps a accru l'intérêt historique de la recherche, et le texte initial a été préservé, à quelques adaptations près pour des lecteurs anglophones, et une modification des illustrations.

L'ouvrage comble une lacune importante dans la connaissance des peuples du Kenya et de l'Afrique de l'Est. Réalisée à partir d'enquêtes auprès de témoins et d’anciens, tous décédés maintenant, croisant observations ethnographiques et sources écrites, cette recherche restitue dans toute sa complexité la politie pré-coloniale des Meru du Kenya, et ses premières transformations sous l’effet de la conquête coloniale en 1908 jusque dans les années 1960.

L’auteur démêle l’intrication du cycle de vie des hommes et des femmes, de la vie familiale et de la parenté, et des institutions politiques fondées sur la transmission du pouvoir entre classes générationnelles successives. Redonnant toute leur place à deux instances célèbres du politique des Meru, l’énigmatique mûgwe et le fameux njûûri ncheke, elle propose une lecture inédite du non moins controversé récit de Mbwaa. Mettant en lumière la crise des initiations masculines et féminines survenue dans les années 1930, elle établit aussi le lien avec les transformations subséquentes et le tournant radical opérés à partir des années 1960.

Cette analyse exhaustive fait apparaître l’originalité de l’ancienne politie des Meru mais aussi sa proximité avec des institutions semblables chez d’autres peuples du Kenya et d’Afrique de l’Est. Elle renouvelle la compréhension des systèmes d’âges et de générations d’Afrique de l’Est, notamment le rôle des rituels dans les dynamiques démographiques et leur rapport avec le territoire et l’écologie. C’est enfin une contribution significative à l’analyse dans la longue durée du « moment colonial » et des changements survenus en Afrique de l’Est, liant situation précoloniale à post-coloniale.

Publié il y a vingt ans en langue française, cette traduction met enfin ce texte longtemps attendu à la disposition du lectorat anglophone.

 

couv demons

couv demons
Démons et Merveilles

par Laurence Caillet

Société d'ethnologie, Nanterre, 2018

Tout nous parle de nuit, car nous sommes au Japon. Que l'on consulte les astrologues ? ; que l'on s’endorme dans le métro ? ; que s’entrouvre la terre qui laisse passer démons, esprits en colère, ou fantômes délicieux ? ; que s’allument les lanternes ou que brillent les lucioles, les frontières entre la nuit et le jour s’estompent et le monde des morts n’est séparé de celui des vivants que par un seul pont. Les illusions effacent un réel resurgissant dans des rituels qui, grâce à des pratiques du corps, des psalmodies, des théâtres, solidifient le monde pour un moment. Une explication surgit, aussitôt bousculée par une autre. Les ruses pour tromper les êtres dangereux ou s’approcher des dieux s’épanouissent, juridiques, rituelles ou ludiques. Jaillit, toujours recommencé, un mélange saisissant de religions et de concepts, de la Pénitence aux trois mille prosternations jusqu’aux humbles offrandes, bateaux de papier ou de paille. Cet auteur au savoir étourdissant conte en un style inventif et charnel le chant des crapauds, l’œil de Baku, le palais des rêves ou les calendriers subtils. Depuis des millénaires, empereurs, poètes, et tout un peuple, inventent ensemble les ombres et la lumière dans la nuit.