HL191CouvRVB BD 724x1024

HL191CouvRVB BD 724x1024
LPPR : menaces sur une science indépendante et plurielle

par Marc Aymes, Valérie Boussard, Baptiste Buob, Thomas Lamarche, Camille Noûs

Hommes et Libertés, 191, 2020, p. 20-22.

L’innovation est « avant tout un mécanisme économique et non scientifique. Comme pour tout investissement, sa raison d’être demeure la rentabilité et la conquête d’un marché solvable ». Ces propos, tenus par Henri Guillaume et Emmanuel Macron en 2007, guident de toute évidence l’inquiétant projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Culture et Recherche 141 couv

Culture et Recherche 141 couv
Cinéma, audiovisuel, son

dossier coordonné par :
Jean Carrive (INA), Géraldine Poels (INA), Barbara Turquier (La Fémis), avec la collaboration de Solène Bellanger (Ministère de la Culture/DGCA)

Culture et Recherche, n°141, printemps-été 2020, 96 pages


Trois projets du Centre de recherche en ethnomusicologie du LESC y sont présentés :

  • Émergence de l’ethnomusicologie computationnelle, par Aurélie Helmlinger et Joséphine Simonnot (p. 20)
  • Un webdocumentaire « INOUI », par Nicolas Prévôt et Nicolas Bontemps (p. 22)
  • Écouter le monde avec MILSON. Les anthropologues des milieux sonores, par Christine Guillebaud, Renaud Brizard et Aude Julien Da Cruz Lima (p. 46)

Ce numéro propose un panorama des recherches les plus récentes menées au sein des établissements du ministère de la Culture dans les domaines du cinéma, de l’audiovisuel, des arts visuels et multimédias, de la musique et des œuvres sonores. Il témoigne de la spécificité des pratiques de recherche dans ces établissements, où elles s’articulent avec la création et la formation, l’archive et le patrimoine, ainsi qu’avec les mondes professionnels de la culture.

Les articles, rassemblés selon quatre grandes thématiques, reflètent la diversité des programmes de recherche sur les images animées et les sons : approches transdisciplinaires mobilisant les outils liés aux humanités numériques pour renouveler l’analyse de vastes corpus ; travaux sur la place des images et des sons dans la société, sur les usages des produits médiatiques, leurs enjeux politiques et économiques ; projets de recherche-création développés en particulier dans les écoles d’art et de cinéma ; enfin recherches à des fins de conservation et de restauration d’œuvres cinématographiques, audiovisuelles, musicales, ou encore à des fins d’archivage du Web.

Autant de recherches innovantes donnant lieu bien souvent à des partenariats avec l’Université, le CNRS ou des acteurs de la culture tant publics que privés.

Page 1 de Sawa lettre infoINSHS 65

Page 1 de Sawa lettre infoINSHS 65
Les savoirs amérindiens à l'heure du numérique: le projet collaboratif SAWA

Lettre d'information de l'InSHS, 65 (mai 2020), p. 8-11

La restitution physique d’objets collectés, souvent spoliés, à l’époque coloniale et postcoloniale est un thème qui suscite depuis plusieurs années de très vifs débats. D’autres demandes, matières et formes de restitution, telles que celles à l’oeuvre au sein du projet SAWA et du portail WATAU passent souvent plus inaperçues. Pourtant, elles constituent pour les populations qui en font la demande et les chercheurs qui s’efforcent de les mettre en place des enjeux tout aussi importants d’un point de vue socioculturel, politique et éthique. Elles pourraient même parfois être vitales pour la transmission de savoirs, la continuité d’un groupe, voire l’existence d’individus.

Couverture du volume 46 de la revue Sonorités, le bulletin de l'AFAS.

Couverture du volume 46 de la revue Sonorités, le bulletin de l'AFAS.
Les « archives sonores » du CNRS et du musée de l’Homme. Retour sur un ensemble documentaire emblématique et enjeux actuels

par Aude Julien Da Cruz Lima

Le Bulletin de l’AFAS, 46 [Sonorités], 2020, p. 60-85

Déménagé en 2009, le Centre de recherche en ethnomusicologie (Crem), rattaché au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Lesc) basé à l’université de Nanterre, conserve les archives historiques de l’ancien département du musée de l’Homme, fondé par André Schaeffner en 1929. Dix ans après le déménagement, l’autrice dresse ici un bilan. Évoquant les modalités de la constitution d’un fonds d’une grande diversité qui, autour des enregistrements des ethnomusicologues, témoigne des activités d’une discipline pourvoyeuse d’archives qu’elles soient scientifiques ou administratives. Elle décrit la composition de cet ensemble historique qui continue de s’enrichir et de s’actualiser, évoque les questions soulevées suite à la séparation du CNRS et du musée qui reste en partie propriétaire des archives et celles liées à la conservation des documents au sein d’une université dont ce n’est pas directement la vocation. Elle nous informe de l’état d’avancement du traitement de ces fonds sonores et documentaires tant rétroactif que courant (inventaire, catalogage, numérisation, mise en ligne) opéré grâce à de nombreux partenariats.