Between Speech and Song : Liminal Utterances

HPIM5699 BinBash Sketch123rd ICTM colloquium — organized by the CREM
20-22 May 2015 — Salle du conseil, B Building, Nanterre University

 

BinBash telling a story - Aparan, Armenia, 2006 (pic. E. Amy de la Bretèque)

BinBash telling a story - Aparan, Armenia, 2006 (pic. E. Amy de la Bretèque)

23e colloque ICTM — organisé par le CREM
20-22 mai 2015 — Salle du conseil, bât. B, Université Paris Ouest Nanterre

Comment caractériser la relation singulière que le langage entretient avec la voix ? Leur lien pouvait paraître évident avant le développement de l'écriture. Avec celle-ci cependant, une part significative de la communication linguistique peut se dérouler en dehors de la vocalité, et ce quelle que soit la langue considérée. De nombreux travaux en anthropologie et en linguistique ont par ailleurs montré que l’usage de voix dans le langage était perméable à d’autres manières d’utiliser l’appareil phonatoire. Décrits comme « chants », « cris », « lamentations », « psalmodies », « rires », « onomatopées » ou « idéophones », ces usages de la voix ont en commun d’entrer dans une dynamique complexe avec le langage articulé. Objets d’étude pour une part croissante de la communauté scientifique, ces énoncés liminaires interrogent également les ingénieurs et archivistes confrontés à la nécessité d’en catégoriser les documents sonores selon des critères stables et cohérents. En parallèle, l’étude pragmatique des interactions vocales rencontre d’autres cas-limite sous les traits de la glossolalie, du ventriloquisme, des voix « habitées » des médiums et des chamanes. Ces cas posent tous la question de la source d’animation du message, et de l’efficacité performative des énoncés en tant qu’actes vocaux.

Proposé sous l’égide de l’International Council for Traditional Music (ICTM) et organisé au Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM-LESC/CNRS) à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense, ce colloque permettra aux spécialistes des interactions vocales de débattre durant trois jours des questions et des pistes actuelles dans l’étude des énoncés liminaires. L’objet appelant par nature le croisement de plusieurs disciplines, les chercheurs invités, au nombre de vingt, proviennent de l’anthropologie, de l’ethnolinguistique, de l’ethnomusicologie, et de l’acoustique. S’y ajoutent des ingénieurs en traitement des archives et en analyse informatique du signal, qui travaillent actuellement à de nouveaux outils d’indexation des formes vocales.