Clemence Jullien
Jeune docteure
Clemence Jullien
Du bidonville à l’hôpital. Anthropologie de la santé de la reproduction au Rajasthan (Inde)
Gilles Tarabout et Laëtitia Atlani Duault
07/12/2016
Prix de thèse de la chancellerie de Paris (Aguirre basualdo)
Prix de thèse AMADES
Prix de thèse du GIS Asie
Inde
Inde du Nord
Santé de la reproduction, hôpitaux, bidonvilles, discriminations, Etat
...

Les recherches de Clémence Jullien portent sur la santé de la reproduction et sur les configurations matrimoniales liées au manque de femmes en Inde du nord.

Dans sa thèse, Clémence Jullien explique en quoi la santé de la reproduction constitue un sujet d'inquiétude grandissant en Inde. Outre les forts taux de mortalité maternelle et infantile - que le gouvernement central tente activement de juguler depuis 2005 -, l’Inde est confrontée à un important accroissement démographique, à une instrumentalisation politique des différences entre les taux de fertilité hindous et musulmans et à un problème de déséquilibre du sex-ratio infantile (919 filles pour 1000 garçons) qui persiste en dépit des législations interdisant l’avortement sélectif féminin. À partir d'une enquête de près d’ un an et demi dans un hôpital public d’obstétrique et dans des bidonvilles de Jaipur (Rajasthan), Clémence Jullien montre que les décisions qui ont trait à la santé de la reproduction résultent de préconisations multiples faites d’aspirations individuelles, de résolutions familiales, de recommandations médicales et de normes nationales souvent divergentes et difficiles à concilier. Plus précisément, sa thèse montre en quoi les programmes de santé censés garantir l'accès gratuit aux soins obstétriques, renforcent les stéréotypes existants et tendent, paradoxalement, à rendre les bénéficiaires les plus vulnérables davantage conscients des inégalités socio-économiques. 

Actuellement post-doctorante à l’université de Zurich, Clémence Jullien s’intéresse à l’une des principales conséquences du déséquilibre du sex-ratio : la difficulté des hommes à trouver des épouses dans certaines régions du nord de l’Inde. L’objectif de cette nouvelle recherche est double : appréhender comment l’expérience du célibat contraint est vécue et comprendre dans quelle mesure la pénurie d’épouses incite les hommes et leur famille à reconsidérer les normes habituelles du choix du conjoint en matière de classe sociale, d’appartenance de caste et de confession religieuse.

Membre du comité éditorial de la Revue Terrain et du blog associé "Carnets de Terrain"

Coresponsable du « South Asia Forum. Lecture Series » (cycles de conférence bisannuelles), Université de Zurich (avec J. Quack)

  • « Class, caste and race », automne 2018
  • « Gender and the body in India », printemps 2018

Coresponsable de la Newsletter du South Asia Forum : publication bisannuelle de tous les événements scientifiques (enseignement, conférences, expositions, etc.) liés à l’Asie du Sud à l’Université de Zürich (avec J. Quack)

Jullien, Clémence, Bertrand Lefebvre et Fabien Provost (éds), 2019, L’hôpital en Asie du Sud: politiques de santé, pratiques de soin (Paris, Éditions de l’EHESS) [Purusharta, 36].
Aujourd’hui en Inde, les problèmes de mortalité maternelle et infantile, les temps d’attente, le manque de personnel, etc., donnent l’impression que les établissements de santé se caractérisent uniquement par leurs dysfonctionnements. Les médias indiens qualifient ainsi les hôpitaux de « honte nationale ». En sciences sociales, les chercheurs ont particulièrement étudié ces dysfonctionnements : violence à l’égard des aidants, corruption, négligence médicale, pratiques discriminatoires. Ce recueil rend compte des formes de tension établies entre les patients défavorisés et les auxiliaires, infirmières et médecins des hôpitaux publics confrontés à des coupes budgétaires, à des situations de pénurie de personnel et de matériel. Partant d’une réflexion sur le fardeau bureaucratique des institutions hospitalières, sur les cultures professionnelles locales ou sur les inégalités sociales structurelles, ces chercheurs révèlent les formes de frustrations éprouvées par soignants et patients. Ils mettent ainsi en lumière un paradoxe : des institutions publiques censées garantir la santé de tous reproduisent des clivages sociaux. À l’inverse, des initiatives visant à mettre en place des politiques gratuites en matière de soins de santé et d’amélioration des hôpitaux sont menées en arrière-plan. Se concentrer sur les politiques de santé ou sur le système de valeurs mobilisé par les aidants permet de se rendre compte que le souci du bien-être des patients persiste malgré les difficultés évoquées.
Jullien, C., 2017, "Alors, à qui la faute ?" Mort périnatale et accusations croisées dans une maternité au Rajasthan (Inde), L’Homme, 223-224 : 131-160.
Jullien, C., 2017, Dealing with Impurities of Childbirth. Contemporary Reconfiguration of Disgust in India, Skepsi, 8 : 39-51.
Jullien, C., 2015, L’accouchement en Inde : une affaire d’État ?, Journal des anthropologues. Association française des anthropologues, 140-141 : 259-280, en ligne : https://jda.revues.org/6140.
Fondée sur un terrain ethnographique en milieu hospitalier à Jaipur, cette étude porte sur la biomédicalisation de la santé de la reproduction en Inde du Nord. L’objectif est de comprendre ce qui se joue autour de l’institutionnalisation de la santé materno-infantile, depuis l’époque colo­niale jusqu’à nos jours. Pour ce faire, trois perspectives sont développées tour à tour. La première, d’ordre politique, présente les normes idéolo­giques et les positions adoptées par les autorités coloniales puis par le gou­vernement indien. La deuxième révèle la désapprobation du personnel hospitalier à l’égard de la récente démocratisation de la santé materno‑infantile. La troisième perspective, enfin, décrit la perception des bénéficiaires et souligne comment l’institutionnalisation de l’accouchement tend à renforcer les clivages socioreligieux en Inde.
Jullien, C., B. Lefebvre et F. Provost, 2019, Introduction, L’hôpital en Asie du Sud: politiques de santé, pratiques de soin (Paris, Éditions de l’EHESS) : 11-28 [Purusharta, 36].
Jullien, C., 2016, "Tu veux que ton enfant meure ?" La santé materno-infantile mise à mal : tensions et accusations intercommunautaires à Jaipur, Le social à l’épreuve du dégoût (Rennes, Presses universitaires de Rennes) : 91-106.
Jullien, C., 2018, « Who’s to Blame? Institutional Delivery and Infant Mortality in Rajasthan », panel "Gender, Health and Childbirth in South Asia: Colonial Perspectives and Continuing Paradoxes", 25th European Conference on South Asian Studies (ECSAS), EHESS Paris.
In the 2000s, the Indian government implemented free maternal healthcare and cash incentives in order to reduce maternal and infant mortality. With the instauration of this new policy, the rate of institutionalised delivery rose from 38,7 to 78,9% during these last ten years. How does this change invite us to reconsider the links between social responsibility and the health status of children? Drawing upon fieldwork in a government hospital in Jaipur (Rajasthan) and by relying upon the sociology of risk and medical anthropology, the presentation will first shed light on a contradiction. In official discourses, the incentive for hospital delivery is explicitly presented as a prevention of mortality. Yet, through the vocabulary doctors and nurses use and through the way they treat the bodies on a daily basis, borders between life and death prove to be porous at the hospital. In other words, despite new expectations of delivery risks, women’s experience is marked by omnipresent allusions to death. Secondly, I will examine the conditions under which parents may be held accountable for the death of their child when they choose hospital delivery, as they are encouraged to do. By pointing out the ignorance and the irresponsible behaviour of underprivileged populations, the hospital staff constantly intent to elude potential accusations. In sum, by questioning the notion of responsibility from a deep transformation of obstetrician practices, my aim is twofold: bringing a new perspective on the enduring problems of social class stigma in India and, more largely, reflecting upon the forms of correlations between the principles of welfare state and individual responsibility.
Jullien, C., 2017, « Prise en charge de la santé mère-enfant en Inde du Nord », journée migrants "Santé et migrants originaires du monde indien: mieux les comprendre et les soigner", Hôpital Avicenne, Paris.
Jullien, C., 2015, « Intouchabilités médicales en Inde. Le toucher à l’épreuve des impuretés de l’accouchement », 5e Congrès GIS Asie-Pacifique, INALCO, Paris.
Jullien, C., 2015, « Dealing with impurities of childbirth. Contemporary reconfigurations of disgust in India », 8th Skepsi Conference on Disgust, University of Kent (Canterbury).
Jullien, C., 2014, « Des patientes musulmanes dans les moindres recoins. Sécularisme et communautarisme dans un hôpital obstétrique indien », Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, Paris.
Jullien, C., 2014, « Where to give birth ? Options and tensions among underprivileged women of Rajasthan (India) », European South Asia PhD workshop, Edimbourgh.
Jullien, C., 2014, « "Tu veux que ton enfant meure ?" La santé materno-infantile mise à mal : tensions et accusations intercommunautaires à Jaipur », séminaire général du LESC, Nanterre.
Jullien, C., 2013, « Valeurs socio-familiales et droits reproductifs aux prismes de la GPA (Inde) », Regards croisés franco-indiens sur la gestation pour autrui (GPA), Saison indienne conférence, École des Avocats, Toulouse.
Jullien, C., 2013, « Des parturientes bien embarrassantes : la hiérarchie médicale indienne à l’épreuve », V° congrès de l’Association Française de Sociologie, Nantes.
Cleuziou, J. et C. Jullien, 2017, Marcher pour les sciences, Carnets de Terrain, 5 avril 2017, en ligne : http://blogterrain.hypotheses.org/8930.

Postdoctorante à l'Université de Zurich, ISEK (2017-2020)

En anglais

  • « Anthropologie médicale », licence
  • « Anthropologie de la santé maternelle : des sages-femmes traditionnelles aux nouvelles technologies de reproduction », licence
  • « Séminaire régional : l’Asie du Sud », licence et master
  • « Du terrain à l’écriture : considérations éthiques », licence
  • « Introduction à l’ethnologie : Les Azande d’Evans Pritchard », licence

 

ATER à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (2014-2016)

  • « Anthropologie de la santé », séminaire M1 et M2 (24h)
  • « Ecrire l’anthropologie », séminaire M1 et M2 (36h)

 

Chargée de TD à l’université Paris Ouest, département de sociologie (2013-2014)

  • « Socio-anthropologie du monde contemporain », TD, L2 (24h)
  • « Introduction à la sociologie générale », TD, L1 (48h)

 

Chargée de TD à l’université Paris Ouest, département d’ethnologie (2010-2011)

  • « Introduction à l’ethnologie », TD, L1 (48h)
  • « Méthodologie : exercices ethnographiques », TD, L2 (24h)