Doctorant
Pierre Depardieu
Le vivre ensemble comme instrument de réhabilitation du quotidien chez les chrétiens
Albert Piette et Anne-Sophie Lamine
France
Précarité, christianisme, quotidien, action sociale, journal
...

Il existe en France une série d’initiatives dispersées dont le principe est de faire vivre sous un même toit des personnes accueillies au titre d’un problème spécifique (selon les structures : le handicap, les difficultés psychiques, la grande précarité, etc.) et des personnes volontaires (le plus souvent investies sur le mode du bénévolat). Fondés sur cette mixité des conditions (physiques, économiques, existentielles), ces dispositifs de colocation très particuliers, qu’il est parfois convenu d’appeler « solidaires », sont presque unanimement portés par des organisations chrétiennes (quoiqu’ils n’impliquent pas que des chrétiens) et revêtent une dimension fortement pionnière dans le champ du travail social.

Pierre Depardieu a lui-même été résident bénévole dans l’un de ces lieux, dont le public « accueilli » est plus particulièrement issu de la très grande précarité. Cette expérience de vie de dix-neuf mois a eu lieu en 2014-2015. Ce n’est qu’un peu plus tard, fin 2016, qu’il a décidé de réinvestir le journal intime qu’il a tenu sur place en l’utilisant comme matériau primaire dans le cadre d’une thèse.

La focale de ce travail porte sur la construction de la vie quotidienne dans ce lieu de vie, avec l’objectif principal de documenter comment s’opère le passage d’une vie « dans la rue » à une vie « hors-la-rue » dans un contexte d’intervention sociale chrétienne. Ce faisant, ce travail interroge l’usage du journal comme texte et comme méthode.

Depardieu, P., 2018, « Le scrupule et l’ambition. Problèmes de confidentialité en terrain familier », 1re journée scientifique des doctorant.e.s du LESC, MAE, Nanterre.
Depardieu, P., 2017, « L’habitat partagé : approche par les sciences de l’homme et de la société », journée "Sous le même toit: les chrétiens dans l’habitat partagé", organisée par la Conférence des évêques de France et la Fondation Jean Rodhain, Paris.