Anne Yvonne Guillou
Chargée de recherche
Anne Yvonne Guillou
Cambodge
...

[English version below]

Anne Guillou travaille depuis une dizaine d’années sur les traces laissées par le régime khmer rouge (1975-1979) au Cambodge. Sur la base d’une ethnographie villageoise, elle met en évidence les formes non discursives de la mémoire (notamment à travers les rituels, funéraires et autres) et les processus de localisation de cette mémoire (lieux puissants). En élargissant la focale aux échelles nationale et internationale (commémoration d’Etat, Tribunal des Khmers Rouges sous tutelle onusienne de 2007 à aujourd’hui, rôle de la diaspora), Anne Guillou montre l’importance de la temporalité dans les processus mémoriels ainsi que les implications idéologiques et (géo)politiques des différents régimes de mémoire − parfois conflictuels.

Ses travaux portent de façon concomitante sur l’animisme khmer et plus largement sud-est asiatique ; le bouddhisme dans son articulation de plus en plus problématique aux cultes des esprits tutélaires de territoire ; les changements du champ religieux et ce que cela nous dit de la société cambodgienne actuelle dans son ensemble.

Auparavant, Anne Guillou a effectué des recherches en anthropologie de la maladie et de la médecine dans la diaspora cambodgienne en France (1985 à 1990) puis au Cambodge (1990 à 2005). Elle a également mené des enquêtes sur les pratiques de santé et de maladie en contexte migratoire chez les Cambodgiens mais aussi d’autres migrants plus récents.

Elle a coréalisé une vaste enquête de terrain sur les migrations turques en Bretagne et le poids du local dans les formes différenciées d’intégration (comparaison des formes d’intégration dans trois villes différentes).

 

For ten years, Anne Guillou has been studying the traces left by the Khmer Rouge regime (1975-1979) in Cambodia. Based on her ethnographic field work in a village in western Cambodia, she highlights non narrative forms of memory – particularly those expressed through rituals including death rituals – and processes of localization of memory (especially memory embodied in potent places). In her analyses she includes broader scales (state commemorative events, the Khmer Rouge tribunal under UN supervision since 2007, the role played by the Cambodian diaspora). By doing so, Anne Guillou shows the crucial importance of temporality and time in the making of collective memory as well as the weight of various ideologies and changing geopolitics in the building of different – and sometimes conflicting – systems of collective memory.

Concomitantly, she works on Khmer and Southeast Asian animism; Buddhism and its (increasingly problematic) connections with cults to tutelary spirits of the land; changes in the religious field and how those changes help understand today’s Cambodian society as a whole.

Anne Guillou has formerly carried out research in medical anthropology first among the Cambodian diaspora in France (1985-1990) and then in Cambodia (1990-2005). She has also conducted field work on health care practices among Cambodians and other newcomers in France.

She has done a one-year investigation (in association) on Turkish migration in Brittany with a special focus on the factors of integration playing at local level (comparison of different forms of integration in three towns).

 

Membre du Conseil scientifique de l’IRASEC (UMIFRE CNRS-MAEDI) (depuis 2017)

Membre du Comité de pilotage des Journées de la Recherche France-Cambodge (mars 2018), Ambassade de France au Cambodge (2017-2018)

Membre nommée de la section 38 au Comité national de la recherche scientifique du CNRS (mandat 2008-2012)

Membre du Conseil scientifique du projet de coopération franco-cambodgien Manusastra (CNRS, IRD, INALCO...) (2012-2014)

Membre du Comité scientifique du Congrès de l’association de psychiatres PsyCause, Siem Reap, Cambodge (2012)

Membre du Conseil scientifique de l’Institut des Humanités de Paris (2012)

Présidente du conseil scientifique du 4e Congrès des études et recherches sur l’Asie et le Pacifique, septembre 2011, Réseau Asie et Pacifique (2010-2011)

Membre du comité de rédaction de Human Remains and Violence: An Interdisciplinary Journal by Manchester University Press (depuis 2015)

Présidente de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (2012-2015) http://www.afrase.org/

Membre du Conseil de laboratoire de l’Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine (UMIFRE CNRS-MEAE) (2015-2018)

Membre du Conseil de laboratoire du Centre Asie du Sud-Est (UMR CNRS-EHESS) (2006-2015)

Inscrite sur la liste d’experts de l’ONU dans le procès n°2 du « Tribunal des Khmers Rouges » (Chambres Extraordinaires auprès des Tribunaux Cambodgiens) (2011-2012)

Représentante de la France au Bureau de la European Association for South-East Asian Studies (EUROSEAS) (2007-2012)

Membre du Comité de Liaison et de Travail pour l’Anthropologie en France (travaux préparatoires à la constitution de l'AFEA) (2007-2009) 

Guillou, A.Y., 2009, Cambodge, soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société (Paris, Les Indes Savantes) [Etudes sur l’Asie].
Aux prémices de cette recherche, il y a le Cambodge de 1990, la souffrance étouffée dans les salles délabrées des hôpitaux, les infirmeries surchauffées où viennent attendre pendant des heures des malades incertains, des médecins distants et hautains avec les patients, qui se débrouillent au quotidien pour joindre les deux bouts, des humanitaires occidentaux séduits par le pays mais critiques puis découragés face aux pratiques médicales qu'ils découvrent. Les premières questions de cette recherche ont surgi de cette incompréhension exprimée par des humanitaires qui cherchaient dans la culture cambodgienne les clés de leurs difficultés à plier médecins et hôpitaux cambodgiens à des standards professionnels garantissant la qualité des soins. Ce livre cherche à comprendre comment la médecine scientifique occidentale, tout à la fois représentation du monde, savoir, pratique et éthique à prétention universaliste, s'intègre et prend sens dans un contexte social autre que celui où elle est née, la société cambodgienne. Cela signifie observer le processus de "production" de ces nouveaux acteurs sociaux que sont les médecins cambodgiens. Le statut social des médecins de formation scientifique trouve ses racines dans la société globale, structurée par les rapports entre les trois grands groupes sociaux que sont les fonctionnaires, les commerçants et les paysans. Les médecins de formation scientifique ont dû inventer une identité qui, comme toutes les identités, se forme dans le double mouvement d'une construction interne au groupe et d'une assignation extérieure, dans laquelle les patients et leurs représentations collectives jouent un rôle de premier plan, par le choix de leur recours, leurs attentes particulières à l'égard des biomédecins, et les représentations qu'ils en ont. La place qu'occupent les médecins de formation scientifique dans l'offre thérapeutique et sanitaire globale au Cambodge, aux côtés d'autres praticiens, kru khmaer, moines, mediums... contribue également à définir leur statut et leur identité car ils participent d'univers socio-économiques, symboliques, techniques plus ou moins proches et se définissent ou sont définis les uns par rapport aux autres. Un dernier acteur fondamental du développement des médecins au Cambodge est l'Etat, omniprésent dans la formation du corps médical depuis le Protectorat français (1863), malgré une pratique médicale privée parallèle plus ou moins tolérée selon les époques. De plus, des ruptures brutales, dont la plus sanglante a été l'œuvre du régime totalitaire "khmer rouge" (1975-1979), ont balayé plusieurs fois cet Etat, les gouvernements et les individus, aboutissant à des recompositions sociales partielles et à des reconstructions de systèmes de santé sur des modèles idéologiques variés. Il était donc nécessaire de prendre en compte cette histoire et de ne pas s'arrêter à la période actuelle. D'autant que ces bouleversements politiques et sociaux ont été associés à des actions et à des pressions étrangères intenses. Le Cambodge, petit pays entouré de ses puissants voisins thaïlandais et vietnamien, eux-mêmes relayés par des puissances plus grandes encore – Chine, Etats-Unis, URSS, France selon les époques, se trouve pris depuis des siècles dans la dialectique acceptation-rejet-aménagement de ces influences culturelles (au sens large), dont la plus récente est l'aide "humanitaire" internationale. Les informations qui alimentent ce livre ont été recueillies, pour l'essentiel, lors d'un séjour ininterrompu de quatre ans au Cambodge, de septembre 1990 à septembre 1994, dans un pays encore fermé à l'Occident et en proie à la guérilla khmère rouge qui ne s'est éteinte définitivement qu'en 1998. Elles reposent sur des entretiens avec des médecins, des observations participantes de la vie hospitalière dans plusieurs hôpitaux et dispensaires du Cambodge et des camps de réfugiés de Thaïlande (dont Site 8, le camp khmer rouge), des enquêtes auprès des autres spécialistes de soins et enfin, sur le dépouillement d'archives et de documents coloniaux et post-coloniaux.
Guillou, Anne Yvonne et Bénédicte Brac De La Perrière (éds), 2017, Potent Places in Southeast Asia (s.l., s.n.) [The Asia Pacific Journal of Anthropology, 18 (5)].
Guillou, Anne Yvonne et Silvia Vignato (éds), 2013, Life after Collective Death in South East Asia: Part 2 – Helping and Being Helped (s.l., s.n.) [Southeast Asia Research, 21 (3)].
Guillou, Anne Yvonne et Silvia Vignato (éds), 2012, Life after collective death in Southeast-Asia: Part 1 – The (re)fabrication of social bonds (s.l., s.n.) [Southeast Asia Research, 20 (2)].
Guillou, Anne Yvonne, Stéphane de Tapia et M. Pôleth Wadbled (éds), 2007, Migrations turques dans un monde globalisé. Le poids du local (Rennes, Presses universitaires de Rennes).
Pourquoi les jeunes Turcs de Quimper travaillent-ils mieux à l'école que ceux de Rennes, alors que ces deux villes bretonnes sont distantes de deux cents kilomètres seulement ? Comment expliquer que les Alévis (minorité turque chiite) de Narbonne se sentent plus alévis que ceux d'Ankara, pourtant originaires du même village d'Anatolie centrale ? En un mot, pourquoi et comment on n'est pas Turc de la même manière à Berlin, à Cologne ou en Alsace-Moselle ? Tel est le type de questions à l'origine de cet ouvrage collectif. A partir d'enquêtes de terrain de longue durée, douze chercheurs en sciences sociales et acteurs de terrain réfléchissent ensemble à cet aspect peu exploré des migrations internationales : l'influence des sociétés locales d'accueil - qu'il s'agisse de quartiers, de villes, de départements, de " pays " - sur les configurations migratoires. Les exemples sont pris dans plusieurs pays européens (Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique, Pays-Bas) ainsi qu'au Québec et dans différentes régions de France, dont la Bretagne. Ce panorama permet de cerner le poids du local à trois niveaux : sur les associations ethniques, les identités ethniques et les réseaux migratoires mondiaux. Au-delà des particularités des populations immigrées elles-mêmes, quels sont finalement les éléments du local qui rendent si différent un Turc de Vannes d'un Turc de Liège ou d'ailleurs ? Une série de facteurs ressortent progressivement de la lecture des textes qui se répondent les uns les autres : la législation, notamment en matière de culte religieux, les formes de gouvernementalité locales (plus autonomes en Grande-Bretagne qu'en France par exemple), les liens noués entre municipalités et associations ethniques, l'implantation de la presse ethnique, l'état du marché de l'emploi, le prix du foncier, etc. Entre la dimension planétaire des mouvements migratoires et les politiques nationales d'immigration, ce livre montre que le local et le micro-local restent un enjeu majeur de l'insertion des immigrés.
Guillou, A.Y., 2018, The "Master of the Land": Cult Activities Around Pol Pot’s Tomb, Journal of Genocide Research, 20 (2) [The Death of the Perpetrator: Interdisciplinary Reflections on the Dead Body of Mass Criminals] : 275-289, en ligne : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14623528.2018.1459169.
In April 1998, Pol Pot, the dictator who had been overthrown by his own movement one year earlier, died on the forest plateau of Anlong Veng, near the Thai border, to which the Khmer Rouge had gradually retreated in the 1990s. A modest tomb was erected there, on the very spot where he was cremated. Drawing on fieldwork carried out in October–November 2011, this contribution describes the strange aura which surrounds Pol Pot’s tomb. The latter is the focus of funerary practices unusual in Cambodia, the historical reasons for which are examined in detail. It will be shown that the perpetrator continues to exert an almost supernatural hold over this last bastion of the Khmer Rouge, influencing the ideological and the military, the ritual and the religious spheres alike.
Guillou, A.Y., 2017, Khmer Potent Places: Pāramī and the Localisation of Buddhism and Monarchy in Cambodia, The Asia Pacific Journal of Anthropology, 18 (5) [Potent Places in Southeast Asia] : 421-443, en ligne : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14442213.2017.1375553.
Cambodia is strewn with places of national, local or, most frequently, village importance, considered as potent places, that is to say, places that are said to have agency and a positive or negative power of interaction with human beings. This paper emphasises the constituent principles of potency using case studies based on ethnographic research conducted between 2007 and 2015 in Pursat province, western Cambodia. Beginning with the analysis of the sanctuary of a powerful land guardian spirit called Khleang Muang, the author progressively guides the reader to all the potent places that form a network which spatially tells the legend of the sixteenth-century Khmer King Ang Chan who passed by Pursat, coming from Angkor and settled in Lovek (south of Tonle Sap Lake). Violent death and sacrifices, rituals, spiritual energy called paramī, old buildings, monasteries, precious tableware kept in the soil, trees, stones, termite mounds … all those constituents of the potency of the places are analysed. The author’s discussion of the core of potency (pāramī and paramī) enables her to show how Buddhism and land guardian spirit cults are entangled in a single still hierarchical religious system. Finally, the author analyses how potent places in Cambodia embody a process of localisation of the nation-level institution of monarchy.
Guillou, A.Y., 2017, Potent Places and Animism in Southeast Asia, The Asia Pacific Journal of Anthropology, 18 (5) [Potents places in Southeast Asia] : 389-399, en ligne : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14442213.2017.1401324.
Guillou, A.Y., 2016, Potent Places as Embodied Memory in Cambodia, Kyoto Review of Southeast Asia, 20 [Memory thickness. Presenting Southeast Asian Pasts], en ligne : https://kyotoreview.org/issue-20/embodied-memory-cambodia/.
Commenting on sociologist Maurice Halbwach’s (1925) influential theoretical essay on memory, Paul Connerton declared that continuing to speak of "collective memory" required recognition that the term subsumed "quite simply facts of communication between individuals." (Connerton 2010: 38
Guillou, A.Y. et S. Vignato, 2013, Introduction, South East Asia Research, 21 (3) [Life after Collective Death in South East Asia: Part 2 – Helping and Being Helped] : 371-379, en ligne : http://journals.sagepub.com/doi/10.5367/sear.2013.0168.
Guillou, A.Y., 2013, Les rituels funéraires, y compris en l’absence des corps, et leur contribution au soulagement des souffrances post-génocide, Psy Cause, 64 [Actes du VIIIe Congrès International de l’Association Internationale Francophone Psy Cause et de la Revue Psy Cause, « Le bouddhisme en psychiatrie et dans les psychothérapies » (20 et 21 novembre 2012), Siemreap/Angkor, Cambodge] : 17-20, en ligne : http://www.psycause.info/revuepdf/revue64/#/18.
Guillou, A.Y., 2013, Western Aid Workers in Cambodian Hospitals: Ethical, Professional and Social Divergences, South East Asia Research, 21 (3) [Life after Collective Death in South East Asia: Part 2 – Helping and Being Helped] : 403-418, en ligne : http://journals.sagepub.com/doi/10.5367/sear.2013.0166.
Since the Khmer Rouge genocide (1975–79), Cambodia has been constructed as a victim par excellence, which exists only through Western financial aid and compassion. In this ideological context, non-governmental organizations (NGOs) mushroomed by the hundreds in the 1980s in the refugee camps along the Cambodia–Thailand border. They then flowed into Cambodia during the repatriation process under UNHCR supervision in the early 1990s. Because of the financial weakness of the Cambodian government at that time (when support from the USSR and other socialist countries abruptly ceased), the NGOs gained a powerful position as institutional partners of the government. Taking the example of the medical sector, this article analyses humanitarian ideology and its implementation in Cambodian hospitals in the 1990s. The author explores the contradiction between the Westerners' ‘philosophy of development’ versus the Cambodians' ‘ethic of gift’, based on an ethnographical account of the daily activities in Cambodian hospitals, from an interactionist perspective. The author observes the interactions between the Cambodian staff, the humanitarian NGO staff, the patients and their families, showing how the divergence of moral values, the historical construction of the medical profession and social games create conflict between the humanitarians and the Cambodians. This has a direct impact on the patient–physician relationship. Finally, while millions of dollars and thousands of hours of humanitarian work have been spent in Cambodia, some major public health indices have not been greatly improved.
Guillou, A.Y., 2013, Les racines coloniales du système de santé cambodgien, Siksacakr, 12-13 (2010-2011) [Cambodge: rencontres en situations coloniales] : 102-115.
Guillou, A.Y., 2012, An alternative memory of the Khmer Rouge genocide : the dead of the mass graves and the land guardian spirits (neak ta), South East Asia Research, 20 (2) [Life after collective death in Southeast-Asia. Part 1. The (re)fabrication of social bonds] : 207-226.
This article contrasts the ways in which the memories of the Khmer Rouge genocide have been constructed at different levels and at different periods since the 1980s. Various actors have been involved in this construction, such as the ruling Cambodian People's Party, the Khmer Rouge Court sponsored by the United Nations since 2007, and Cambodian villagers. This has led to numerous misunderstandings and discrepancies regarding the trial of the former Khmer Rouge leaders. The current research is based on ethnographic fieldwork undertaken in a village in the province of Pursat. It shows how the villagers have taken care of the human remains from the state-sponsored memorials and of the mass graves (that is to say, of the unknown bodies). The article shows how the Khmer popular religious system is instrumental in forging a memory of the dead of the Pol Pot regime and in healing social suffering.
Guillou, A.Y. et S. Vignato, 2012, Introduction, Southeast Asia Research, 20 (2) [Life after collective death in Southeast Asia. Part 1. The (re)fabrication of social bonds] : 161-174.
Guillou, A.Y. et E. Micollier, 2010, Anthropologie et santé en Asie du Sud-Est : dynamiques et courants de recherche, Moussons, 15 : 177-193, en ligne : http://journals.openedition.org/moussons/388.
Cet article, sous forme de bilan et perspectives, retrace la constitution progressive d'un champ de recherche spécifique : celui de la santé, de la maladie et des soins, envisagé ici principalement du point de vue historique et anthropologique. En identifiant les courants de ce champ assez récent, l’article souligne les « moments scientifiques » significatifs, évoque les thématiques privilégiées, l'évolution des problématiques ainsi que les principales avancées en Asie du Sud-Est. Cette aire géographique se révèle relativement peu explorée. Découpé de façon à la fois chronologique et thématique en référant à des ouvrages-clés, l’article montre l’étendue et la richesse des questionnements, comme le dynamisme de la discipline.
Guillou, A.Y., 2009, Au prisme du VIH. Enquêter auprès des enfants des rues au Cambodge, Anthropologie et sociétés, 33 (1) [Enfances en péril] : 101-122, en ligne : https://id.erudit.org/iderudit/037815ar.
L’article se donne deux objectifs. Il s’inscrit d’abord dans une réflexion globale sur la façon dont les événements sociaux « prennent corps », s’inscrivent dans les corps. À travers l’exemple des enfants des rues cambodgiens, il tente ainsi de reconstituer la chaîne des événements individuels, entraînés par des destins collectifs, qui amènent certains enfants (et pas d’autres) à se trouver particulièrement exposés à l’infection au VIH. Deuxièmement, l’article est une occasion de réfléchir sur les enjeux de l’enquête, élaborée dans le cadre d’une recherche-action dont la population et la problématique ont été définies en négociation avec des acteurs de l’aide humanitaire et du développement. Il aborde ainsi en filigrane les tensions entre protection globale de l’enfance et pratique locale de la recherche anthropologique. L’analyse est développée sur la base d’une enquête, menée auprès de cent quatre enfants des rues de Phnom Penh, interviewés en 1999. Le texte décrit les carrières des enfants, très différenciées selon le genre. Il s’intéresse en particulier à leur vie amoureuse et sexuelle, notamment la prostitution, dont la totalité des filles interviewées ont fait leur revenu principal et certains garçons leur revenu d’appoint.
Guillou, A.Y., 2009, Immigration thérapeutique, immigration pathogène. Abandonner le ‘parcours thérapeutique’ pour l’‘expérience migratoire’. Commentaire, Sciences sociales et santé, 21 (7) : 63-71, en ligne : https://www.persee.fr/doc/sosan_0294-0337_2009_num_27_1_1911.
Guillou, A.Y. et M.P. Wadbled, 2006, Maçons turcs, un exemple de stratification ethnique dans l’économie bretonne, Hommes et Migrations, 1260, en ligne : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=1653.
Guillou, A.Y., 2006, The Question of land in Cambodia : perceptions, access and use since de-collectivization, Moussons. Research in Social Sciences on South-East Asia, 9-10 [Agriculture in Southeast Asia : An Update] : 299-324, en ligne : https://journals.openedition.org/moussons/2060.
Guillou, A.Y., 1997, La charrue et le fusil. Vie politique et société civile au Cambodge, Passerelles, 41 : 62-78.
Guillou, A.Y. et I. Simon-Barouh, 1996, Camboya: entre las quiebras históricas y el renacimiento, ¿qué paz es possible ?, Tiempo de paz, 41 : 40-53.
Blot, J. et A.Y. Guillou, 2018, Cambodge. Le tournant chinois, L’Asie du Sud-Est 2018. Bilan, enjeux et perspectives (Bangkok/Paris, IRASEC/Les Indes Savantes) : 174-205.
Blot, J. et A.Y. Guillou, 2017, Cambodge. La pression sur l’opposition s’accentue, L’Asie du Sud-Est 2017. Bilan, enjeux et perspectives (Bangkok/Paris, IRASEC/Les Indes Savantes) : 151-184.
Guillou, A.Y., 2017, The (Re)configuration of the Buddhist Field in Post-Communist Cambodia, The Appropriation of Religion in Southeast Asia and Beyond (New York, Palgrave Macmillan) : 67-93, en ligne : http://link.springer.com/10.1007/978-3-319-56230-8.
Blot, J. et A.Y. Guillou, 2016, Cambodge. La culture du dialogue ne fonctionne pas, L’Asie du Sud-Est 2016. Bilan, enjeux et perspectives (Bangkok/Paris, IRASEC/Les Indes Savantes) : 160-188.
Guillou, A.Y., 2016, Le ‘maître de la terre’. Les cultes rendus au cénotaphe de Pol Pot (Nord du Cambodge), La mort du bourreau. Réflexions interdisciplinaires sur le cadavre des criminels de masse (Paris, Pétra) : 65-86 [Les cadavres dans les génocides et les crimes de masse].
Guillou, A.Y., 2016, El ‘señor de la tierra’. La rendición de culto al cenotafio de Pol Pot, La muerte del verdugo: reflexiones interdisciplinarias sobre el cadáver de los criminales de masa, Primera edición (Buenos Aires, Editorial Miño y Dávila) : 59-78 [Colección nuevo foro democrático].
Gée, S. et A.Y. Guillou, 2015, Cambodge. Un paysage politique remodelé sur fond de mécontentement croissant, L’Asie du Sud-Est 2015. Bilan, enjeux et perspectives (Bangkok/Paris, IRASEC/Les Indes Savantes) : 141-162.
Guillou, A.Y., 2015, Traces of destruction and the thread of continuity in post-genocide Cambodia, Living and dying in the contemporary world: a compendium (Berkeley, University of California Press) : 729-742.
Guillou, A.Y., 2014, From bones-as-evidence to tutelary spirits. The status of bodies in the aftermath of the Khmer Rouge genocide, Human Remains and Mass Violence : Methodological Approaches (Manchester, Manchester University Press) : 146-160, en ligne : http://www.oapen.org/search?identifier=628394.
Guillou, A.Y. et Luco, 2014, Cambodge. La sortie de la transition post-Pol Pot, L’Asie du Sud-Est 2014. Bilan, enjeux et perspectives (Bangkok/Paris, IRASEC/Les Indes Savantes) : 167-190.
Guillou, A.Y., 2013, The living archeology of a painful heritage. The first and second life of the Khmer Rouge mass graves, ’Archaeologizing’ heritage? Transcultural entanglements between local social practices and global virtual realities (New York, Springer) : 263-274.
Guillou, A.Y., 2013, Temporalidad y definiciones de los cuerpos tras el genocidio jemer rojo, Cadáveres impensables, cadáveres impensados: el tratamiento de los cuerpos en las violencias de masa y los genocidios (Buenos Aires, Editorial Miño y Dávila) : 91-100.
Guillou, A.Y., 2012, Temporalité et définitions des corps après le génocide khmer rouge, Cadavres impensables, cadavres impensés. Approches méthodologiques du traitement des corps dans les violences de masse et les génocides (Paris, Petra) : 107-118.
Guillou, A.Y., 2007, Configurations migratoires turques dans trois villes bretonnes : réflexions sur le local, Migrations turques dans un monde globalisé: le poids du local (Rennes, Presses universitaires de Rennes) : 115-140.
Guillou, A.Y., 2000, Promotion de la femme et sexualité conjugale en temps de SIDA. Le ‘principe de coupure’ chez les Cambodgiennes instruites, Sociétés asiatiques face au Sida (Paris, L’Harmattan) : 67-91, en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00140836/fr/.
L'objectif est de comprendre comment se transforment les rôles sexués des couples cambodgiens dans les années 1990, sous l'effet des changements brutaux et profonds qui touchent la société cambodgienne depuis vingt ans, en particulier l'épidémie du Sida – à la fois transformatrice de pratiques et révélatrices de mutations. L'idée de départ était que les femmes urbaines, instruites, occupant des fonctions politiques ou associatives étaient les plus susceptibles d'œuvrer à la promotion des femmes. L'analyse se base donc essentiellement sur les interviews de l'auteur avec 47 de ces femmes (en khmer), surtout à Phnom Penh, en avril-juin 1999. L'article débute par une présentation du contexte socio-politique de lutte contre l'épidémie du Sida, lutte timidement commencée puis sérieusement menée. Le texte se poursuit avec l'apparition du débat public sur la prostitution féminine (jugée responsable de l'évolution de l'épidémie du Sida), entre réticences et pragmatisme. Parallèlement, la place des organisation féminines, partis politiques et ONG, est décrite, ainsi que leurs discours mettant en avant l'échec de la politique masculine et l'évocation des temps ancestraux où les femmes étaient aux commandes. Que disent ce femmes interviewées sur les statuts et les rôles socio-sexués cambodgiens, en particulier au sein des couples ? Avec une ferveur militante et une belle unanimité, toutes estiment que le statut social des femmes cambodgiennes est trop bas ; cantonnées qu'elles sont aux travaux domestiques et à la satisfaction du confort de leur époux et de leurs enfants, elles sont soumises au "pouvoir du riz", détenu par l'époux. Mais les femmes sont en réalité, disent-elles, de plus en plus pourvoyeuses de revenus dans une société en crise économique, en même temps que les qualités masculines traditionnelles (sens des responsabilités familiales) se délitent, faisant peser un poids de plus en plus lourd sur les épaules des femmes. Les interviewées prônent l'instruction et le travail salarié comme moyens de promotion de la femme cambodgienne. Mais dès que l'on aborde la sexualité conjugale, le ton des entretiens est à l'impuissance et au fatalisme. La sexualité masculine est en effet vue comme relevant de la "nature" (exigeante, irrépressible) quand celle de la femme, gardienne du foyer, relève de la "culture". La nature volage des maris suscite une certaine indifférence dans la mesure où il ne met pas en danger l'association conjugale, dans ses fonctions économiques et reproductives en particulier (entretien d'une maîtresse, contamination par le VIH). Capables, par leurs qualité de douceur, de résignation, de fidélité, disent les interviewées, d'assurer la pérennité du mariage, les femmes s'estiment ainsi être les reflets des caractéristiques ethnico-nationales typiquement khmères et, au-delà, les garantes de l'identité nationale. Le "principe de coupure" de Bastide décrivant des individus dans des contextes d'acculturation rapide, s'applique donc parfaitement aux femmes instruites et urbaines du Cambodge : leurs actions obéissent au double impératif de construire une identité féminine à la fois "moderne" et "khmère", en maintenant une séparation nette entre leur pleine intégration socio-économique et leur rôle de gardienne de l'union conjugale, de la culture, de la nation.
Guillou, A.Y., 1999, Noms personnels et termes d’adresse au Cambodge. L’individu et ses sphères d’appartenance, D’un nom à l’autre en Asie du Sud-Est. Approches ethnologiques (Paris, Karthala) : 245-274, en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00322359.
L'article examine en détail la façon dont le système de nomination khmer inscrit l'individu dans ses différents groupes d'appartenance mais aussi dans ses rapports avec le destin et, plus généralement, avec le monde surnaturel. Les Cambodgiens (roturiers laïcs) disposent de plusieurs noms personnels selon les sphères, organisées en cercles concentriques, dans lesquelles ils évoluent quotidiennement. La dation du nom intègre progressivement l'enfant au monde social et à l'histoire familiale. C'est ce nom personnel qui l'identifiera dans la société globale cambodgienne ainsi qu'auprès de l'administration. C'est pourquoi nous l'appellerons nom personnel officiel. La forme de celui-ci apparaît comme une marque de statut social, selon un code très ancien (dès le 6ème s. AD) que réactualisent aujourd'hui les élites en cours d'émergence ; code lié à l'origine pali et à la longueur de ce nom. Le nom personnel officiel est également porteur d'une surabondance sémantique et d'une recherche euphonique très prisées des Cambodgiens. Au moment de l'inscription sur les registres de l'état civil, les Cambodgiens doivent par ailleurs déclarer un "patronyme" dont le principe a été introduit par le Protectorat français dans un système de nomination où la notion de nom de famille transmis de génération en génération est traditionnellement absente. De fait, les « patronymes » des enfants d'aujourd'hui sont constitués la plupart du temps, soit en prenant le « patronyme » du père, soit en prenant le nom personnel officiel du père, soit encore en prenant le « patronyme » de la mère. Les familiers — collègues, camarades de classe, certains voisins — utilisent quant à eux un diminutif qui a pour base le nom personnel officiel. Enfin, les Cambodgiens sont souvent désignés d'un surnom dans le cercle restreint de la famille et des intimes. Comme les noms de personne, les comportements, les registres de langage et les termes d'adresse sont différents suivant les groupes d'appartenance de l'individu et contribuent à maintenir la relative étanchéité de ceux-ci. Les termes d'adresse, de référence et d'auto-désignation, souvent empruntés au registre de la parenté, sont étudiés en montrant en particulier la dynamique des relations sociales qu'ils révèlent.
Guillou, A.Y., 2015, Cambodge, Dictionnaire des migrations internationales. Approche géohistorique (Paris, Armand Colin) : 715-717.
Guillou, A.Y., 2018, « Organisation », cycle de conférences IRASEC/Institut français du Cambodge "Boudhisme et société" (français, anglais, khmer), Phnom Penh, Cambodge.
Guillou, A.Y., 2017, « Organisation », cycle de conférences IRASEC/Institut français du Cambodge "Temps, espace, mémoire" (français, anglais, khmer), Phnom Penh, Cambodge.
Guillou, A.Y., 2018, « Discutante », panel "Difference, Belonging, and the Politics of Memory at Southeast Asia’s Margins", American Association of Asian Studies Annual Conference, Washington DC, États-Unis.
Guillou, A.Y., 2018, « Social memory of the Khmer Rouge regime: ritual and religious aspects », Séminaire Social Sciences and Humanities Dialogues organisé par IRASEC/Thammasat University, Thammasat Univ., Bangkok, Thaïlande.
Guillou, A.Y., 2017, « Comment crée-t-on de la mémoire collective au Cambodge? », cycle de conférences IRASEC/Institut français du Cambodge "Temps, espace, mémoire", Phnom Penh, Cambodge, en ligne : https://institutfrancais-cambodge.com/conference-memoire-collective-au-cambodge/.
Guillou, A.Y., 2017, « Potent places in Khmer animism and beyond », Internation Workshop with P. Descola "Natures and Cultures in Southeast Asia", IRASEC/RCSD Chiang Mai University, Chiang Mai, Thailande.
Guillou, A.Y., 2017, « The integration of a former Khmer Rouge stronghold into the Cambodian national territory. Land management, tourist development and ritual activities », International Convention of Asian Scholars 10, International Institute for Asian Studies (IIAS, Leiden)/Chiang Mai University, Chiang Mai, Thailande.
Guillou, A.Y., 2016, « Les trois visages de Lok Ta Khleang Muang dans la province de Pursat : géographie sacrée d’une figure complexe », conférence du Centre de recherche Yosothor, Fac. d’archéologie, Univ. Royale des Beaux-Arts du Cambodge, Phnom Penh, Cambodge, en ligne : http://yosothor.org/lectures/AnneGuillou.html.
Guillou, A.Y., 2016, « Memories of destructive events, time, and space in contemporary Cambodia », panel sponsored by the Thailand-Laos-Cambodia Committee "Embodying Memories in Cambodia, Laos, Thailand and diaspora", American Association of Asian Studies Annual Conference, Seattle, USA.
Guillou, A.Y., 2016, « Les lieux "puissants" comme lieux de mémoire au Cambodge », colloque "Cartographie de la mémoire", Université Royale des Beaux-Arts du Cambodge/Paris 8, Phnom Penh, Cambodge.
Guillou, A.Y., 2016, « Une mémoire alternative du régime khmer rouge : pensée du temps, de l’espace et des défunts au Cambodge », conférence IRASEC de l’Institut Français du Cambodge, Phnom Penh, Cambodge.
Guillou, A.Y., 2015, « Régime khmer rouge : l’abolition de la relation aux défunts comme destruction de l’ordre des mondes », journées d’étude internationale TEPSIS "L’effondrement des sociétés", Labex Tepsis (Transformation de l’Etat, Politisation des Sociétés, Institution du Social), Bibliothèque Nationale de France, Paris.
Guillou, A.Y., 2015, « Mémoire et système religieux au Cambodge », colloque international "Images du Cambodge. Mythe, histoire et mémoire", Archives nationales, Paris.
Guillou, A.Y., 2015, « Migration in Cambodia. A view from a village », conférence finale SEATIDE (Programme européen PCRD), The integration of Southeast Asia. Frameworks and practices, Université Gadjah Mada, Yogyakarta, Indonésie.
Guillou, A.Y., 2014, « Modératrice », workshop "National and transnational circulation of people and goods", Southeast Asia: Trajectories of Inclusion, Dynamics of Exclusion (SEATIDE), Programme Européen 7e PCRD, Chiang Mai, Thailande.
Guillou, A.Y., 2014, « The (re)configuration of the Buddhist field in post-communist Cambodia. Three emblematic figures of young monks », LOTWOR Final conference, Centre Asie du Sud-Est/Institüt für Ethnologie, Paris.
Guillou, A.Y., 2013, « Traces of destruction and thread of continuity in post-genocide Cambodia », séminaire de S. Vignato, Università degli Studi Milano-Biccoca, Department of Educational Human Sciences "Riccardo Massa", Milan, Italie.
Guillou, A.Y., 2013, « Traitements politiques et rituels des morts du génocide khmer rouge. Une évolution des enjeux entre 1979 et aujourd’hui », conférencière invitée, Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève, Suisse.
Guillou, A.Y., 2013, « Building a "Khmer religion" (sāsna khmer) by promoting a world buddhism among the reformist monks », LOTWOR conference, Institüt für Ethnologie, Heidelberg.
Guillou, A.Y., 2013, « Les "lieux puissants" au Cambodge. La "boromey" comme catégorie de pensée spatio-temporelle », journée d’étude du projet Manusastra, Université Royale des Beaux-Arts, Faculté d’archéologie, Phnom Penh, Cambodge.
Guillou, A.Y., 2017, « Soins et soignants sous le Kampuchea Démocratique », conférence en khmer, Musée du Génocide Tuol Sleng, Phnom Penh, Cambodge.
Guillou, A.Y., 2016, « Participation à la table-ronde avec Phoeung Kompheak, écrivain, et Sao Sopheak, cinéaste », autour de l’installation "Un musée de (théatre)" de Clyde Chabot, semaine franco-allemande, Institut Français du Cambodge, Phnom Penh, Cambodge.
Guillou, A.Y., 2015, « Participation à la table-ronde "Cambodge, après le 17 avril 1975 : justice et restauration?" », association culturelle franco-khmère, École khmère de Paris/INALCO, Maison des Associations 13e, Paris.
Guillou, A.Y. et J. Mathis, 2017, Untold memories of Cambodia (Coproduction CNRS/CASE ; PCRD/SEATIDE ; ERC/Corpses of Mass Violence ; GIZ).
Guillou, A.Y. et F. Guignard, 2018, Cambodge: l’ONU reconnaît le génocide de minorités, Invité de la mi-journée (Paris, RFI), en ligne : http://www.rfi.fr/emission/20181116-cambodge-onu-reconnait-le-genocide-minorites.
Guillou, A.Y., 2016, Une anthropologue française dit qu’il n’y a pas de besoin de construire de nouveaux stupas pour les victimes du régime Pol Pot, (Phnom Penh, RFI Cambodge), en ligne : https://oudomheng.wordpress.com/?s=guillou&x=0&y=0.
Guillou, A.Y. et A. Heemeryck, 2015, Interview sur l’anniversaire de la prise du pouvoir par les Khmers Rouges, Roumanie-Cambodge : communisme et postcommunisme en perspectiveRadio România International), en ligne : http://www.rri.ro/fr_fr/roumanie_cambodge_communisme_et_postcommunisme_en_perspective-2533023.
Guillou, A.Y., 2017, How Cambodians Shape Their History Through the Present, interview de Michelle Vachon, Cambodia Daily.
2010-2016, Groupe de recherche Lieux puissants en Asie du Sud-Est, Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS-INALCO)

2012-2015, Integration in Southeast Asia: Trajectories of Inclusion, Dynamics of Exclusion, 7e PCRD européen. University of Hamburg - Germany ; Magdalene College, University of Cambridge - UK ; University of Tallinn - Estonia ;  University of Milano-Bicocca - Italy ; University Sains Malaysia - Malaysia ; University of Gadjah Mada - Indonesia ; University of Chiang Mai -Thailand ; Vietnamese Academy of Social Sciences - Vietnam. http://www.seatide.eu/?content=home

2012-2016, Corpses Of Mass Violence and Genocide, Grant (Stg n° 283-617) of the European Research Council. EHESS; Univ. of Manchester (UK), The University of Groningen (Netherlands). http://www.corpsesofmassviolence.eu/

2011-2014, Local Traditions and World Religions :The Appropriation of “Religion” in Southeast Asia and Beyond, Programme ANR franco-allemand. Centre Asie du Sud-Est (UMR CNRS-EHESS-INALCO); Institut für Ethnologie, Universität Heidelberg