Couverture de l'ouvrage Les patrimoines en recherche(s) d'avenir

Couverture de l'ouvrage Les patrimoines en recherche(s) d'avenir
Les sources de l’ethnomusicologie : les outils du web de données pour une médiation novatrice des archives sonores et audiovisuelles

par Pascal Cordereix, Aude Julien Da Cruz Lima, Claire Schneider et Audrey Viault

in E. Anheim, A.-J. Etter, G. Glasson Deschaumes et P. Liévaux (éd.), Les patrimoines en recherche(s) d’avenir (Nanterre, Presses Universitaires de Paris Nanterre), 2019, pp. 291-302 [Les passés dans le présent]

Le projet Les Sources de l’ethnomusicologie, initié en 2012, s’inscrit dans le second axe du Labex Les passés dans le présent : Connaissance active du passé : pratiques et outils de transmission. Il a été défini conjointement par trois partenaires : le musée du quai Branly-Jacques Chirac, le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (Crem du Lesc, UMR 7186, CNRS – Université Paris Nanterre), la Bibliothèque nationale de France, département de l’Audiovisuel. L’article présente un état d’avancement du projet effectué à l’occasion du colloque Interlabex organisé fin 2015.
Le projet porte sur la numérisation, la documentation et la valorisation des fonds ethnomusicologiques conservés par les partenaires, fonds constitués de documents de différentes natures : archives sonores, archives audiovisuelles, manuscrits, photographies ainsi que la collection d’instruments de musique du musée du quai Branly-Jacques Chirac.
L’objectif est de poursuivre la numérisation et la documentation de fonds d’archives emblématiques (grands événements scientifiques, expositions et grands producteurs), et de les mettre à disposition des différents publics tout en créant des liens entre des collections complémentaires mais dispersées. À cette occasion un référentiel ethnomusicologique commun (instruments de musique) s’appuyant sur l’enrichissement du vocabulaire Rameau, est élaboré, constituant ainsi une première étape pour le partage des données. Dans le même temps, un modèle de données a été choisi : EDM-S (Europeana Data Model for Sound), un mapping des données des trois institutions est réalisé et une réflexion est menée sur les alignements de vocabulaires, étapes préalables à la constitution d’un entrepôt RDF. La réalisation de cet entrepôt permettrait par la suite de s’orienter vers la définition d’une plateforme de diffusion commune.
L’enjeu de ce projet est de faciliter l’accès à ces fonds patrimoniaux et de permettre une plus large diffusion des traditions musicales orales du monde grâce à des modes d’accès numériques innovants qui s’inscrivent dans le web de données.

 

Présentation générale de l'ouvrage