Cette rubrique donne un aperçu des publications récentes des chercheurs du LESC. Des listes plus exhaustives peuvent êtres trouvées sur les pages individuelles des membres.

 

Couv Geerewol Loncke

Couv Geerewol Loncke

Geerewol. Musique, danse et lien social chez les Peuls nomades wodaabe du Niger

par Sandrine Loncke

Société d'ethnologie, Nanterre, 2015, 416 p. 

Avec DVD-ROM encarté, incluant le film documentaire La danse des Wodaabe (Loncke 2010, 90').

En savoir plus

Au cœur du Sahel nigérien, loin de toute voie d’accès, des milliers de Peuls nomades wodaabe se réunissent chaque année pour un vaste rassemblement cérémoniel, dont le rituel central est appelé geerewol. Sept jours et sept nuits durant, suivant le cycle du soleil et sous l’étroit contrôle des anciens, deux fractions de lignages différents se livrent une guerre dont les seules armes sont le chant et la danse. L’enjeu de cette guerre, son but officiel : le vol des femmes. Son ultime finalité : se séparer dans la paix.
Privilégiant une écriture qui restitue à la fois les dialogues et le cheminement de l’enquête à la manière d’une intrigue policière, ce livre est le récit vivant de la façon dont s’élabore une recherche de terrain en ethnomusicologie. Centrée sur le chant et la danse, l’enquête nous conduit peu à peu au cœur des représentations culturelles et des conceptions esthétiques de cette société ouest-africaine d’éleveurs nomades. Chemin faisant, on y découvre un système d’initiation et de représentation du monde qui fut sans doute caractéristique de l’ensemble du monde peul avant son islamisation.
Au-delà d’une simple monographie sur les cérémonies inter-lignagères des Peuls Wodaabe, cette étude soulève également des interrogations anthropologiques fondamentales : quelles dynamiques gouvernent au sein des sociétés humaines l’émergence d’identités et de différences stylistiques ? Comment la musique et la danse sont-elles l’expression esthétique de différentes manières d’être ensemble ? Pourquoi le rituel et la performance artistique collective sont-ils des espaces privilégiés pour faire société ? 
Le livre est accompagné d’un dvd-rom comprenant un important corpus de documents sonores et audiovisuels, ainsi que le film documentaire plusieurs fois primé La danse des Wodaabe.

couv existenceEN

couv existenceEN

Existence in the details. Theory and methodology in existential anthropology

par Albert Piette

Duncker & Humblot, Berlin, 2015, 119 p.

This book is an anthropology book, not a social and cultural anthropology book, but an existential anthropology book. It presents a critique of the theories and methods of the social sciences, which Albert Piette reproaches for side-stepping human beings, their modes of being and more generally the fact of existing. The book also offers an original combination of methods for exploring the details of existence: the particularities of each person in a group, the succession of situations in a day, and the subtlety of moments of presence. It gives rise to new theoretical propositions on what constitutes the specificity of human existence and social life.

couv poetes web

couv poetes web

Poètes Nzakara II

édité par Margaret Buckner

Karthala, Paris, 2015, 268 p.

En 1963, Éric de Dampierre publiait Poètes nzakara (tome I), le premier ouvrage de la collection Classiques africains. Ce volume comprenait la première moitié d’une soixantaine de poèmes – c’est-à-dire, des chants accompagnés à la harpe – recueillis entre 1958 et 1965 dans divers villages nzakara de l’est de la RCA. Les poètes chantent comme chantaient leurs aïeuls à la cour royale, offrant commentaires piquants, souvent voilés, sur les princes et leurs conseillers. Ils chantent aussi leur impuissance devant le Destin, leur désespoir devant la colonisation – aussi bien européenne que bandia –, la perfidie des femmes, et la certitude de la mort.
Voici, cinquante ans après, l’autre moitié de ce recueil de poèmes. Les voix des poètes sont sûrement éteintes, mais les paroles vivent dans ces pages. Aux vingt-huit poèmes faisant suite à ceux publiés dans le tome I, ont été ajoutés trois longs poèmes de l’un de ces poètes, qui furent enregistrés quelques années plus tard et qui peuvent être écoutés sur le site des archives audiovisuelles du CREM [lien]. Ainsi, le lecteur pourra apprécier l’art de ces hommes qui sont en fait aussi bien musiciens et compositeurs que poètes.
En plus, en préface du livre est reproduit un texte inédit d'Éric de Dampierre : « Pourquoi éditer les textes africains ? »

couv existenceEN

couv existenceEN

Of Doubt and Proof. Ritual and Legal Practices of Judgment

édité par Daniela Berti, Anthony Good et Gilles Tarabout

Ashgate, Londres, 2015, 224 p.

All institutions concerned with the process of judging - whether it be deciding between alternative courses of action, determining a judge’s professional integrity, assigning culpability for an alleged crime, or ruling on the credibility of an asylum claimant - are necessarily directly concerned with the question of doubt. By putting ritual and judicial settings into comparative perspective, in contexts as diverse as Indian and Taiwanese divination and international cricket, as well as legal processes in France, the UK, India, Denmark, and Ghana, this book offers a comprehensive and novel perspective on techniques for casting and dispelling doubt, and the roles they play in achieving verdicts or decisions that appear both valid and just. Broadening the theoretical understandings of the social role of doubt, both in social science and in law, the authors present these understandings in ways that not only contribute to academic knowledge but are also useful to professionals and other participants engaged in the process of judging. This collection will consequently be of great interest to academics researching in the fields of legal anthropology, ritual studies, legal sociology, criminology, and socio-legal studies.

Contributeurs : Antoine Garapon, Anthony Good, Daniela Berti, Gilles Tarabout, Stéphanie Homola, Jan Budniok, Véronique Bouillier, Anthony Good, Zachary Whyte, Carolina Kobelinsky, Tobias Kelly.