Ce séminaire interdisciplinaire, qui place les recherches empiriques sur les situations conflictuelles se nouant à propos des relations à la nature au cœur des discussions, poursuit le travail entamé par le groupe de recherches « Catastrophes et risques » du CERI depuis 2009 et s’inscrit également dans la continuité du séminaire « La mesure du danger » (2012-2013). Cette année, nous explorerons les dispositifs juridiques et judiciaires mis en place pour affronter ces situations et leurs différentes dimensions: réparation, apaisement des controverses, évaluation, qualification, sanctions…

Nous nous intéresserons plus particulièrement aux interactions entre les différents acteurs impliqués dans ces situations et ces dispositifs, ainsi qu’à la manière dont les entités naturelles ou milieux naturels sont convoquées sur la scène judiciaire. Comment ces derniers sont-ils pensés et élaborés ? Quels sont les processus d’évaluation à l’œuvre : comment jauge-t-on de la valeur d’un bien ou d’un être perdu ou affecté ? Quels itinéraires de réparation se mettent en place pour les personnes et les milieux affectés ? Comment arbitre-t-on entre dispositifs d’indemnisation et dispositifs judiciaires ? Quelles trajectoires la rencontre avec ces dispositifs impliquent-elles, pour les victimes mais aussi pour les personnes jugées responsables ? Quel travail est nécessaire aux non professionnels du droit pour parvenir à entrer et à s’adapter aux cadres imposés par le droit ? Que font le droit –et le procès quand il a lieu- aux catastrophes, puis aux situations de risque ? Quels sont les récits qui sont produits au cours de ces interactions ?

L’une des ambitions du séminaire est également d’explorer la manière dont se déploient différentes pratiques et l’activité d’une grande variété de gens impliqués ou confrontés à l’espace institutionnel judiciaire. Plus particulièrement, nous poserons des questions méthodologiques relatives à l’objectif d’observer et de décrire, de manière empiriquement documentée et détaillée, l’activité judiciaire et le traitement judiciaire des questions de morale que posent les atteintes aux personnes exposées à des problèmes environnementaux, et inversement les atteintes à l’environnement lui-même.
Nous reviendrons aussi de façon réflexive sur les enquêtes menées dans ces contextes en nous interrogeant sur la place du chercheur dans ces situations. Quelles sont les postures que l’enquête entraîne, comment se situer face aux situations contradictoires provoquées par le monde juridique et les procès en particulier ? Quelle peut être la participation des chercheurs à l’expertise dont le monde judiciaire a besoin ? Nous travaillerons à partir de perspectives comparées, en mobilisant différentes disciplines et différents contextes d’étude.

Séminaire organisé par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (CNRS, LESC) et Sandrine Revet (Sciences Po, CERI)

 

Calendrier 2016-2017

Séance 1, 6 septembre 2016, CERI : Réparation, avec Mara Benadusi (université de Catane, Sicile) et Héloise Pillayre (LIER, IMM)

Séance 2, 10 octobre 2016, CERI : L'ethnographie des procès, avec Sandrine Revet (Sciences Po, CERI) et Daniel Berti (CNRS, Centre d'études himalayennes)

Séance 3, 8 décembre 2016, LESC : Les anthropologues et le droit, avec Baudoin Dupret (EHESS, CEMS) et Deborah Puccio (CNRS, LIER)

Séance 4, 16 janvier 2017, CERI : Des animaux en justice, avec Giulia Rainis

Séance 5, 30 mars 2017, CERI : Droit et eau, avec Alice Ingold (EHESS)

Séance 6, 11 mai 2017, LESC : Le droit de la terre, avec Émilie Gaillard (juriste, université de Caen) et Valérie Cabanes (avocate, membre de End Ecocide on Earth)