Evènements

L’Histoire à la conquête de la nuit. Réflexions sur les nuits historiques, Alain Cabantous (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Anthropologie de la nuit

Télécharger au format iCal
Vendredi 16 Mars 2018 10:00 - 12:30
Salle 304F du LESC (3e étage)
MSH Mondes (bât. Ginouvès)
21, allée de l’Université, Nanterre

Présentation

Entre les oies du Capitole donnant l’alerte en pleine nuit et sauvant Rome des troupes de Brennus vers 390 avant J.-C. et l’édification du mur de Berlin dans la nuit du 12 au 13 août 1961, le moment nocturne participe d’une manière ou d’une autre à la constitution d’événements majeurs qui jalonnent et édifient l’histoire de nombre de cités ou de nations.

Pour autant, « les nuits historiques » constituent-elles une catégorie originale dans les taxinomies historiographiques ? Autrement dit, en quoi l’environnement nocturne engendre-t-il des particularités qui redessineraient alors « le champ des émotions » (Arlette Farge) au regard du rythme diurne ? En quoi, construit-il des situations qui ouvrent à des renversements de tous ordres, inconnus du jour ? La nuit favorise-t-elle l’émergence de caractères qui pérennisent plus aisément les événements ? Provoque-t-elle alors une sédimentation mémorielle devenue mythique à force de solliciter davantage le nocturne que les véritables origines des faits ?

C’est à cet ensemble de questions que cette communication tentera de répondre en s’appuyant sur des exemples pris essentiellement dans le cadre de la période moderne (XVIIe-XVIIIe s.).


image nuit 07102011 iceberg devant Mittimatalik webLe séminaire de recherche « Anthropologie de la nuit » réunit des chercheurs de plusieurs disciplines ayant pour objectif de contribuer à la construction de l’objet « nuit » en anthropologie. Phénomène physique dont la durée varie selon la position géographique et le moment de l’année, la nuit est l’objet de perceptions et de représentations culturelles diverses ; celles-ci impliquent des constructions du temps, de l’espace, des êtres et de leur agentivité, qui sont jusqu’à présent moins étudiées en elles-mêmes que comme complément du savoir et des activités diurnes.

Abordée depuis plusieurs disciplines, la nuit se révèle bien davantage que le cadre du sommeil ou des activités non diurnes. Ce champ de recherche concerne l’ensemble des objets et des processus étudiés par l’anthropologie (le corps et ses techniques, la notion de personne, la culture matérielle, les échanges économiques, les croyances et les représentations du monde surnaturel, les conceptions de l’espace et du temps).

Deux questions sont au cœur de ce programme : les organisations spécifiques de la nuit sont-elles soumises à des contraintes physiologiques qui régulent leur fonctionnement ? Limitent-elles l’espace d’autonomie des acteurs, ou à l’inverse l’institution de ces ordres collectifs parvient-elle à reconfigurer les rythmes biologiques des individus ? Comment la cognition, les techniques au sens large, la gestion de l’espace et du temps dans le groupe étudié, sont-elles affectées par les contraintes particulières liées à des activités instaurées dans le temps nocturne ?

  • Accueil
  • L’Histoire à la conquête de la nuit. Réflexions sur les nuits historiques, Alain Cabantous (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)