couv ateliers49 2

couv ateliers49 2
Mobilité, territoire et pouvoir en Himalaya : pour Philippe Sagant

édité par Gisèle Krauskopff

Ateliers d'anthropologie, 49 [en ligne]

 

À la fin des années 1950, la recherche sur les régions himalayennes connaît un tournant majeur : les enquêtes de terrain des premiers ethnologues professionnels prennent le pas sur les travaux textuels orientalistes. Le Népal, royaume himalayen jamais colonisé, vient de s’ouvrir au monde. Environné d’états dorénavant fermés où s’était illustrée la recherche britannique des administrateurs coloniaux de l’Asie du Sud, il devient un laboratoire centré sur l’ethnologie des minorités dites tibéto-birmanes prises sous la double influence du monde indien et du monde sino-tibétain, une configuration d’une infinie richesse.

Engagé après la guerre d’Algérie dans le métier d’ethnologue, Philippe Sagant, à la mémoire duquel ce numéro des Ateliers d'anthropologie est consacré, est un acteur de ce moment pionnier. Ses travaux nouent les exigences de la collecte ethnographique, entièrement à faire au Népal, à une réflexion dépassant les clivages régionaux culturels ou religieux pour développer une anthropologie des sociétés des marges prises entre des forces centralisatrices où les domaines du politique et du religieux sont indissociables. Ils témoignent des réflexions à l’œuvre dans l’aire himalayenne et dans la discipline ethnologique, depuis la formation de Philippe Sagant au musée de l’Homme, sa participation aux RCP des années 1960 et aux institutions créées à cette époque, jusqu’à ses ambitions comparatives sur un modèle de pouvoir archaïque, « le chef élu des dieux ». Son engagement dans la formation à l’université de Nanterre et à l’Inalco a marqué toute une génération. Les écrits de Philippe Sagant, c’est aussi un style très personnel, une voix très moderne par l’importance qu’il attribua à la parole et au vécu de ses informateurs, à la forme en ethnologie, vecteur de l’ethnocentrisme. Cet élan fut brisé par une maladie terrible qui le coupa de la recherche en 1996 jusqu’à son décès en 2015.

Pour renouer les fils de ce temps suspendu, ce recueil propose des contributions reprenant certains de ses travaux, qui dialoguent avec des pages inédites issues de ses archives sur le vécu des Limbu de l’est du Népal à la fin des années 1960, période marquante dans l’histoire de ce pays. Il offre aussi la traduction en anglais de deux textes sur le « chef élu des dieux » en milieu hindou et bouddhiste et des inédits tardifs destinés à un public plus large.

Hip hop

Hip hop
Hip-hop monde(s)

dossier coordonné par Alice Aterianus-Owanga, Olivia Killias et Virginie Milliot

ethnographiques.org, 40, décembre 2020

ethnographiques.org, revue en ligne de sciences humaines et sociales, a le plaisir de vous annoncer la parution de son quarantième numéro, intitulé "Hip-hop monde(s)". Né il y a plus de trente ans dans les ghettos noirs américains, le hip-hop s’est progressivement détaché de son premier contexte d’émergence et a circulé d’un bout à l’autre de la planète. Ce numéro vise à comprendre les conditions d’émergence, les modalités d’appropriation et les circuits de diffusion de cette forme culturelle globalisée. 


Télécharger l’affiche du numéro 40 pour impression

ETHN_203_L204.jpg

ETHN_203_L204.jpg
Europe 27 : la fabrication de la citoyenneté européenne

édité par Monica Heintz

Ethnologie française, 2020/3 (vol. 50)

Comme les crises qu’a traversées l’Union Européenne récemment - la gestion des réfugiés, le terrorisme ou le Brexit - le montrent, l’UE est devenue une évidence sous-questionnée, une unité qui n’est interrogée que lorsqu’elle est remise en cause, contestée et niée. Dans ce registre, les questions de migrations et de gestion du multiculturalisme ont occupé l’essentiel des recherches, quand les contestations les plus fortes au sein de l’UE sont dues à l’incertitude d’une Europe sociale, héritière des États-providence d’après-guerre.

Ce numéro thématique réunit des articles qui traitent de ce qu’être citoyen européen à travers des études de cas ethnographiques menées au sein de l’Union européenne. La question de la citoyenneté européenne pose des problèmes spécifiques : à la différence des citoyennetés multiples dérivant de la globalisation, les différents niveaux de citoyenneté de chaque individu résidant en UE s’y superposent et s’emboîtent, rendant ardue l’observation de l’exercice de la citoyenneté à titre individuel et collectif. Ce numéro se propose de rendre visibles les niveaux d’ancrage européen des individus qui y résident en interrogeant la citoyenneté par ses marges.

European Anthropologies

European Anthropologies

European Anthropologies

edited by Andrés Barrera-González, Monica Heintz and Anna Horolets

Berghahn, New York/Oxford, [2017] 2020, 296 p.

In what ways did Europeans interact with the diversity of people they encountered on other continents in the context of colonial expansion, and with the peasant or ethnic ‘Other’ at home? How did anthropologists and ethnologists make sense of the mosaic of people and societies during the nineteenth and twentieth centuries, when their disciplines were progressively being established in academia? By assessing the diversity of European intellectual histories within sociocultural anthropology, this volume aims to sketch its intellectual and institutional portrait. It will be a useful reading for the students of anthropology, ethnology, history and philosophy of science, research and science policy makers.

Joomla SEF URLs by Artio