affiche film estarreja

affiche film estarreja
Vues et voix d'Estarreja

par Carmem Giongo (Univ. Feevale, Brasil) et Fabienne Wateau (LESC-CNRS, Univ. Paris Nanterre)

D’un complexe chimique polluant et contaminant, entre les années 1950 et 1990, à la reconstruction touristique de la zone humide vers laquelle les déchets toxiques étaient acheminés, aujourd’hui joliment appelée Bio Ria, l’histoire d’Estarreja (Portugal) est en train de se réécrire. Que reste t-il de la mémoire industrielle du lieu ? Comment les vues et les voix d’aujourd’hui parlent-elles de l’histoire et du quotidien de la ville ? Quelle conscience des risques éventuels existe ou non ? Des usines à la flore magnifique, des anciens ouvriers aux générations du futur, de quelques projets de sensibilisation à l’environnement portés par l’université voisine d’Aveiro, le film présente un portrait subjectif et fragmenté de la situation telle qu’appréhendée aujourd’hui.

From a chemical polluting and contaminating complex between the 1950s and 1990s, to the touristic reconstruction of wetlands once heavily impacted by toxic waste discharges and now beautifully called Bio Ria, the history of Estarreja is being rewritten. What remains from the industrial memory of the locality? How do present-day views and voices speak of the city's stories and everyday life? What is the awareness of potential risks: does it exist or not? From the factories to the magnificent flora, from the old workers to the generations of the future and some environmental awareness projects organised by the neighbouring university of Aveiro, the film presents a subjective and fragmented portrait of the situation as it is lived and perceived today.

Film documentaire de 24'. Montage Arghyro Paouri, IIAC cellule audiovisuelle, CNRS, 2021
Version portugaise sous titrée en français ou anglais

Réalisé dans le cadre des projets SAFE et VVE, respectivement financés par le Labex Driihm (OHM-Estarreja) et la MSH Mondes.

Inoui

Inoui
À travers des portraits filmés de musiciens, professionnels ou amateurs, INOUI, Musiques du monde de Nanterre présente une vie musicale foisonnante, pourtant invisible, pour ne pas dire inaudible. En explorant une carte sonore interactive, le visiteur est invité à ouvrir grand ses oreilles pour dénicher parmi les bruits de la ville, les richesses culturelles insoupçonnées des habitants qui lui ouvrent leur porte...

Enrichi chaque année depuis 2014, INOUI est le fruit d’un travail réalisé collectivement par des étudiants en ethnomusicologie et anthropologie de la danse (EMAD) de l’université de Nanterre, encadrés par Nicolas Prévôt. Partant d’une réflexion sur la place de la musique dans la cité et sur le rôle de l’ethnomusicologie dans notre société, il est né de l’envie d’appliquer cette discipline au plus proche, à commencer par les quartiers entourant l’université. Il vise à faire connaître au plus grand nombre la diversité et la profondeur des pratiques locales, celles de nos voisins. En dévoilant la recherche en train de se faire, il fait par là même découvrir une discipline elle aussi méconnue, à travers une de ses dimensions essentielles, la rencontre, ici entre les étudiants et les habitants.

Réalisé en collaboration avec le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC) et le Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM) dans le cadre du Labex Les passés dans le présent, il permet aussi de former les étudiants à la réalisation et à la vulgarisation scientifique. Grâce à la TGIR Huma-Num et à sa plateforme Nakala, ainsi qu’au support de Nicolas Bontemps, ce projet multimédia s’inscrit dans l’open data et permet également de les sensibiliser aux enjeux des humanités numériques.

Accéder au Webdoc

LORTAT JACOB

LORTAT JACOB
Bernard Lortat-Jacob

Collection "L'ethnologie en héritage" (DVD)

Pourquoi la musique est-elle si importante dans les petites sociétés rurales de Méditerranée et si indispensable à la réussite de leurs fêtes ? C’est que, dans le cadre de performances réglementées, elle embarque et met en jeu tout un chacun, dans une émotion partagée. Associant mécanismes intimes, systèmes formels et conduites collectives, elle dit, à sa façon, qui l’on est ou qui l’on doit être. C’est donc une ethnologie du grand écart que pratique Bernard Lortat-Jacob (né en 1941) : de la vibration des cordes vocales aux rumeurs de la piazza. Dans ce sillage, il nous convie à l’observation des musiques de village : au Haut-Atlas, en Sardaigne, en Albanie et en Roumanie.

Directeur de recherches honoraire au CNRS, Bernard Lortat-Jacob a conduit ses recherches au sein du Laboratoire d’ethnomusicologie du Musée de l’Homme (CNRS) et de la formation doctorale associée, dont il assura, à l’université de Paris X Nanterre-La Défense, la responsabilité durant près de vingt ans.

Co-production : La Huit/Ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines, DPRPS)

Crédits : entretien avec Alain Morel et Edouard Fouré Caul-Futy

Durée : 180 min

Luthier DVD

Luthier DVD
Désormais accessible en libre accès sur le site du Musée de la lutherie et de l'archèterie française [lien], ce film réalisé par Baptiste Buob en 2013, propose une plongée dans l'univers de l'apprentissage de la fabrication d'instruments à cordes au sein de la petite ville vosgienne de Mirecourt, le "berceau" de la lutherie française. Actes de fabrication, situations d'apprentissage, images d'archives, entretiens et échanges entre luthiers viennent éclairer les conceptions actuelles de la transmission et les évolutions les plus marquantes d'une profession qui demeurera à jamais marquée, malgré elle, par le sceau du secret.

Joomla SEF URLs by Artio