Publication

Des Vies du Bouddha au Kinnaur - Conter avec des images - ... Image 1

Des Vies du Bouddha au Kinnaur - Conter avec des images - Des Vies de Jésus en images

Articles et chapitres

Présentation

Pascale Dollfus a rédigé trois chapitres dans ce volume intitulé Narrativité : comment les images racontent des histoires, édité par F. Jacquesson et V. Durand-Dastès et publié aux Presses de l'Inalco :

 

DES VIES DU BOUDDHA AU KINNAUR. OU COMMENT UN LIVRET À GRAND TIRAGE S’EST TRANSFORMÉ EN PEINTURES MURALES BIEN LOIN DE SON LIEU D’ÉDITION

Au Kinnaur, ces dernières décennies, pour tenter de contrer l’influence grandissante de l’hindouisme, nombre de temples bouddhistes ont été rénovés, voire reconstruits, et leurs murs couverts de peintures murales aux couleurs vives racontant en images successives, accompagnées de légendes et alignées sur plusieurs registres, la Vie du Bouddha ou celle d’autres personnages célèbres comme Milarépa.
Cet article propose de comparer deux représentations contemporaines de la Vie terrestre du Bouddha avec leur source d’inspiration – un livret d’une trentaine de pages imprimé en noir et blanc dans les années 1980 à Bodhgaya et diffusé à des milliers d’exemplaires – et de questionner les choix faits par les deux artistes parmi les images et les textes proposés dans ledit livret. Nous nous interrogeons par ailleurs sur le caractère pédagogique, souvent mis en exergue, de telles peintures. En effet, malgré leur allure de bande dessinée, ces dizaines d’images, centrées sur elles-mêmes et sans véritable lien entre elles, ne forment pas un récit intelligible sans l’aide d’un guide pour raconter la trame dans laquelle elles s’insèrent.

CONTER AVEC DES IMAGES. L’EXEMPLE DES BUCHEN DE LA VALLÉE DES NUAGES AU SPITI (HIMALAYA OCCIDENTAL INDIEN)

Au Spiti, dans « la Vallée des nuages », il existe des hommes appelés buchen (litt. « grands garçons »), qui exercent leur art en marge du clergé bouddhique et se réclament du grand yogi tibétain Thangtong Gyalpo (1361-1485 ?). Comme ce « saint fou », maniant paradoxes, excès et rire, ils dispensent un enseignement profond mais accessible à tous. Ainsi se rendent-ils, de village en village, pour raconter des histoires édifiantes, déroulant devant leur auditoire des rouleaux peints qui servent à la fois de support à leur narration mais aussi d’aide-mémoire. Dans cet article, après avoir décrit l’une de ces peintures, épisode après épisode, scène après scène, en s’aidant du texte qu’elle illustre et l’avoir comparée avec d’autres relatant la même histoire, nous retraçons une séance en nous intéressant à la façon de conter des buchen ainsi qu’à l’attitude du public venu les écouter.

 

[AVEC F. JACQUESSON] DES VIES DE JÉSUS EN IMAGES

F. Jacquesson et P. Dollfus, dans une enquête faisant écho à celle menée sur les Vies du Bouddha en Himalaya, brossent un panorama des Vies de Jésus en Europe. Les représentations de la Vie de Jésus, pendant des siècles ont été difficiles à comprendre : les épisodes célèbres occultaient le fil de la biographie – sauf si on la connaissait. La Renaissance a conçu des images « intégratives », assemblant des moments distincts d’une histoire dans un seul espace. Sur les Portes du Paradis (1425-1452), Ghiberti utilise la perspective florentine pour indiquer des épisodes successifs d’une histoire biblique complète. Mais dans les Scènes de la Passion du Christ (vers 1470) Memling place les différents épisodes dans le décor d’une Jérusalem « reconstituée », et c’est le décor qui organise l’histoire. Comme pour les Vies du Bouddha, on trouve souvent des Vies de Jésus ou des Passions racontées en cases successives. Les églises peintes de Bucovine comme les chapelles de l’arrière-pays niçois ou les iconostases d’Orient en offrent de nombreux exemples, détaillés dans l’article. La question centrale demeure : comment les visiteurs « lisent-ils » ces images en série ? Parfois, en effet, des épisodes ont été déplacés avec des intentions… qui n’apparaissent plus. Mais l’ordre suffit-il ? Le long des chemins de croix ou, en Italie dans les monti sacri, chaque station ou chapelle est numérotée, mais cela permet-il aux pèlerins de comprendre la logique des scènes rejouées devant lui ? La conclusion est que le talent des peintres ou des sculpteurs, la beauté de certaines de ces images, tend à faire oublier qu’elles étaient commentées, le sont encore même dans les musées, et que ces commentaires discrets, parfois disparus, accompagnent en sourdine le « récit en images ».

  • Accueil
  • Publications
  • Des Vies du Bouddha au Kinnaur - Conter avec des images - Des Vies de Jésus en images
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Flexicontent
Flexicontent
Accepter
Décliner