couverture numéro

couverture numéro

Conflits et agressivité

sous la direction de Katell Morand, Giordano Marmone et Sisa Calapi

Cahiers d'ethnomusicologie, 33, 2020

 

Ce volume propose d'explorer les situations de conflit et d'agressivité qui émergent des performances musicales et dansées. Sans chercher à postuler des relations de cause à effet entre formes sonores et comportements, les articles qui le composent fournissent une analyse des dynamiques individuelles et collectives, des rapports de force, et de leurs rôles dans la fabrication de systèmes de relations.

Cette réflexion met la musique et la danse au cœur de la production de l'agressivité, des tensions, des débordements, tout en envisageant l'incidence de ces derniers sur la transformation des performances et les pratiques de composition.

Différents contextes sont ici envisagés, des rituels aux conflits politiques et armés, en passant par les occasions festives, le sport et la vie quotidienne. A partir d'un ancrage ethnomusicologique, ce dossier a pour objectif d’interroger la notion même d’agressivité et de mettre l’accent sur les dispositions et l'intentionnalité des acteurs sans restreindre son périmètre aux seules atteintes physiques caractérisées.

Capture décran 2021 03 20 à 12.40.48

Capture décran 2021 03 20 à 12.40.48
Restitution numérique, réappropriations amérindiennes

par Valentina Vapnarsky et Philippe Erikson

Journal de la Société des américanistes, 106-2

La généralisation du numérique a eu un impact majeur sur la restitution des matériaux ethnographiques et sur la manière dont les Amérindiens envisagent la préservation, la circulation et la transmission de leurs savoirs. Avec un intérêt particulier pour les réappropriations locales, ce dossier, édité par Valentina Vapnarsky et Philippe Erikson, interroge les procé­dés et les conséquences de la restitution d’enregistrements sonores et photographiques à l’ère du numérique.

couv ateliers49 2

couv ateliers49 2
Mobilité, territoire et pouvoir en Himalaya : pour Philippe Sagant

édité par Gisèle Krauskopff

Ateliers d'anthropologie, 49 [en ligne]

 

À la fin des années 1950, la recherche sur les régions himalayennes connaît un tournant majeur : les enquêtes de terrain des premiers ethnologues professionnels prennent le pas sur les travaux textuels orientalistes. Le Népal, royaume himalayen jamais colonisé, vient de s’ouvrir au monde. Environné d’états dorénavant fermés où s’était illustrée la recherche britannique des administrateurs coloniaux de l’Asie du Sud, il devient un laboratoire centré sur l’ethnologie des minorités dites tibéto-birmanes prises sous la double influence du monde indien et du monde sino-tibétain, une configuration d’une infinie richesse.

Engagé après la guerre d’Algérie dans le métier d’ethnologue, Philippe Sagant, à la mémoire duquel ce numéro des Ateliers d'anthropologie est consacré, est un acteur de ce moment pionnier. Ses travaux nouent les exigences de la collecte ethnographique, entièrement à faire au Népal, à une réflexion dépassant les clivages régionaux culturels ou religieux pour développer une anthropologie des sociétés des marges prises entre des forces centralisatrices où les domaines du politique et du religieux sont indissociables. Ils témoignent des réflexions à l’œuvre dans l’aire himalayenne et dans la discipline ethnologique, depuis la formation de Philippe Sagant au musée de l’Homme, sa participation aux RCP des années 1960 et aux institutions créées à cette époque, jusqu’à ses ambitions comparatives sur un modèle de pouvoir archaïque, « le chef élu des dieux ». Son engagement dans la formation à l’université de Nanterre et à l’Inalco a marqué toute une génération. Les écrits de Philippe Sagant, c’est aussi un style très personnel, une voix très moderne par l’importance qu’il attribua à la parole et au vécu de ses informateurs, à la forme en ethnologie, vecteur de l’ethnocentrisme. Cet élan fut brisé par une maladie terrible qui le coupa de la recherche en 1996 jusqu’à son décès en 2015.

Pour renouer les fils de ce temps suspendu, ce recueil propose des contributions reprenant certains de ses travaux, qui dialoguent avec des pages inédites issues de ses archives sur le vécu des Limbu de l’est du Népal à la fin des années 1960, période marquante dans l’histoire de ce pays. Il offre aussi la traduction en anglais de deux textes sur le « chef élu des dieux » en milieu hindou et bouddhiste et des inédits tardifs destinés à un public plus large.

Hip hop

Hip hop
Hip-hop monde(s)

dossier coordonné par Alice Aterianus-Owanga, Olivia Killias et Virginie Milliot

ethnographiques.org, 40, décembre 2020

ethnographiques.org, revue en ligne de sciences humaines et sociales, a le plaisir de vous annoncer la parution de son quarantième numéro, intitulé "Hip-hop monde(s)". Né il y a plus de trente ans dans les ghettos noirs américains, le hip-hop s’est progressivement détaché de son premier contexte d’émergence et a circulé d’un bout à l’autre de la planète. Ce numéro vise à comprendre les conditions d’émergence, les modalités d’appropriation et les circuits de diffusion de cette forme culturelle globalisée. 


Télécharger l’affiche du numéro 40 pour impression

Joomla SEF URLs by Artio