Image

logo 65px cremCentre de Recherche en Ethnomusicologie

 

Le CREM se consacre à l'étude des pratiques et des savoirs musicaux, conçus autant comme processus de différenciation socio-culturelle que comme formes d'expression communes à l'Homme. Cette approche, fondée sur un recueil raisonné des données musicales et sur un travail simultané d'enquête ethnographique, s'inscrit dans une anthropologie du fait musical envisagé dans ses dimensions socio-culturelles, esthétiques, formelles, acoustiques, kinésiques et finalement cognitives.


Le Centre investit par ailleurs de nouveaux objets encore peu explorés de la discipline comme le geste musical et chorégraphique, la construction culturelle et cognitive de l'émotion, ou encore les représentations du sonore. Les thématiques développées par les chercheurs, soit individuellement, soit dans le cadre de groupes de recherche, sont régulièrement exposées dans le cadre d'un séminaire interne.

Le CREM gère un vaste fonds documentaire (archives musicales et livres) d’une grande valeur patrimoniale et consulté par un public international.
Ses chercheurs ont des responsabilités importantes dans l'enseignement universitaire de la discipline, à Paris 8-St Denis et à Paris Nanterre. Le CREM sert d'accueil pour les étudiants en thèse et leur fournit un cadre scientifique et logistique à leurs recherches.
Le Ministère de la Culture contribue de manière essentielle à la diffusion de la recherche fondamentale et à sa valorisation, principalement par l'utilisation des technologies multimédia.

 

Membres du CREM Picto crem

 

 

  • Diadems
    Le projet Diadems (Description, Indexation, et Accès aux Documents Ethnomusicologiques et Sonores) est financé dans le cadre du programme Contint (Contenu et Intéraction) de l'Agence Nationale de la Recherche. Le projet ANR Diadems (2013-2016), est un partenariat entre le Lesc, le MNHN, le Lam et plusieurs laboratoires de traitement du  signal et d'informatique (Irit, Labri, Limsi) spécialisés dans  l'analyse du son. Ce projet apportera des outils d'indexation  des contenus audio (appliqués aux documents sonores et  audiovisuels) qui pourront faciliter le traitement semi-automatique des archives, notamment la détection de zones de parole et de musique, la reconnaissance de locuteurs, l'identification de segments, l'identification de types musicaux  (musique instrumentale, voix a cappella, voix et instruments,  types d'instrument), la recherche de similarités (mélodique,  rythmique, de timbre), la délimitation des zones intermédiaires  (discours rituels, psalmodies, parlé-chanté).
  • Pan-e-pedia
    Conçu à la fois comme une plateforme d’archivage, de consultation et comme un outil d’analyse au service d’un projet de recherche sur une évolution organologique, Pan-e-pedia cherche à rendre compte de l’étonnante diversité d’une jeune famille d’instrument : les steelpans. Fabriqués à partir de un à douze bidons de pétrole pour un musicien et joués dans des orchestres appelés “steelbands”, les steelpans constituent une nouvelle famille d’idiophones mélodiques, inventés dans les années 1930-40 à Trinidad & Tobago. Ils ont ont par la suite conquis de nombreux pays de tous les continents. Pan-e-pedia documente, avec une géolocalisation et des outils d’analyse multimedia montrant les intervalles musicaux, des steelpan styles provenant de différentes sources. Cela a été initialement construit sur des données collectées à Trinidad et Tobago par l’ethnomusicologue Aurélie Helmlinger, et sur des sources bibliographiques. Le site sera ensuite nourri par des chercheurs du monde entier. Hébergé par Huma-Num, une infrastructure du CNRS dédiée aux humanités numériques, le projet a été développé grâce à une subvention de recherche de la fondation Fyssen, et une aide de la Société Française d’Ethnomusicologie.
  • Sawa
    Savoirs autochtones wayana-apalaï (Guyane) – Une nouvelle approche de la restitution et ses implications sur les formes de transmission Le projet a pour but de valoriser et de restituer aux Wayana et Apalaï, populations amérindiennes de la Guyane française, un ensemble de fonds audiovisuels et photographiques et de collections d’objets représentatifs de leur culture, tout en proposant une réflexion sur les pratiques de restitution et leur incidence sur la transmission des savoirs traditionnels d’Amazonie guyanaise. Les populations ethnographiées y tiennent un rôle central, puisqu’elles participeront activement à la conception du principal outil de restitution, un portail bilingue wayana-français. En réponse à la demande locale, le projet comprend l’édition, en collaboration avec l’équipe wayana-apalaï, d’un corpus important relatif au rituel de purification connu sous le nom de marake et l’étude des collections du musée du quai Branly et du musée des Cultures guyanaises afférentes. Le projet inclut un volet réflexif et épistémologique sur l’expérience de prise en main par les populations autochtones des modalités de restitutions de fonds les concernant. Il s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec des institutions guyanaises et internationales (Brésil, Europe). Chercheur principal : Eliane Camargo (EREA/LESC) (2014-2018)
  • Patrimoine musical des Nanterriens
    Le « patrimoine musical des Nanterriens » est un projet initié par l'Université Paris Nanterre et soutenu par la municipalité d'un point de vue financier et logistique. Mené à Nanterre depuis 2010, ce programme de recherche-action en ethnomusicologie mobilise des étudiants encadrés par des enseignants/chercheurs. Il est né du désir d'appliquer au plus proche une discipline forgée au lointain et de s'impliquer dans l'environnement immédiat de l'université, partant de la conviction que la culture est dans chaque maison et de l'hypothèse que la musique et la danse peuvent, non pas toujours adoucir les moeurs, mais créer du lien social.   Parti de l’envie d’appliquer l’ethnomusicologie au plus proche, à savoir la ville qui entoure le campus de l’Université Paris Nanterre (UPN), ce projet de recherche-action mobilise une petite équipe d’étudiants de master prenant la ville de Nanterre pour terrain. Engagé au début de l’année 2010, il émane du master Ethnomusicologie et anthropologie de la danse (EMAD) Pro du département d’Ethnologie, Préhistoire, Ethnomusicologie de l’UPN. Dans une ville pluriculturelle et chargée d'histoire comme Nanterre, certaines personnes ou familles portent un savoir traditionnel remarquable que souvent leurs propres voisins ignorent.   Ce projet concourt à la création d’un corpus audiovisuel en ethnomusicologie sur le patrimoine musical et dansé d’une population. Au-delà de l'archivage de répertoires et de récits de vie, il a pour ambition de valoriser et de faire vivre les pratiques des Nanterriens (par l'organisation d'événements, mais aussi par la création d'un site internet et la réalisation d'un webdocumentaire). Ce projet permet de développer une formation professionnalisante inscrite dans le cadre et les problématiques du Labex "Les passés dans le présents", tout en établissant un lien entre recherche et grand public. Il est également l’occasion d’inscrire le labex dans le territoire, à partir  de la collecte d’archives orales.
  • Milson
    Pour une anthropologie des MILieux SONores Le programme MILSON regroupe anthropologues et artistes qui envisagent le sonore ambiant dans son contexte socioculturel de production et de perception.Il réfléchit aux confins généralement attribués au sonore et explore des objets tels que les productions vocales dans les espaces publics ou d’autres modes d’interactions sonores observables sur les marchés, dans les îlots de quartiers, les lieux de culte, les gares. Il aborde ces sites comme de véritables dispositifs d’interaction sociale qui impliquent des processus de perception sonore et des découpages singuliers de l’espace. En s’appuyant sur les acquis d’autres disciplines (acoustique, architecture et urbanisme, histoire, linguistique, art, informatique), il interroge certaines modalités de construction sensible de la vie sociale sur la base d’enquêtes de terrain effectuées en différents contextes culturels. Il allie de manière raisonnée enquêtes ethnographiques, réflexion théorique, développement d’outils méthodologiques et réalisations multimédia.
  • Heritamus
    De juin 2015 à mai 2018 ce projet fut une collaboration entre l’université nouvelle de Lisbonne, l’université de Séville et le Centre de recherche en ethnomusicologie. Il bénéficia d’un financement européen sur fonds JPI (programme Heritage+). Le projet visait à développer une plateforme informatique permettant de représenter diverses connexions opérées sur le terrain par les acteurs (musiciens, producteurs de disques, connaisseurs etc.) du Fado et du Flamenco. Partant de l’idée que ces deux « patrimoines immatériels » sont inscrits dans des performances musicales historiques et contemporaines, mais aussi dans des lieux, des instruments, des médias etc., le projet eut pour objectif de permettre de cartographier les « savoirs indigènes » qui structurent ces deux répertoires. Le CREM participa au titre de son expertise en matière d’archivage sonore et de visualisations interactives de la musique. V. Stoichita était le responsable scientifique de la partie française de ce projet (co-responsable à partir de 2016, avec N. Mellouli du LIASD - Université Paris 8).
  • Consortium Musique au CNRS
    Le CREM est partenaire du consortium Musica, dans le cadre de la TGIR Huma-Num. Ce consortium réunit plusieurs unités et équipes de recherche autour d’une thématique commune  : la valorisation et l’exploitation de données musicales numériques par l’utilisation de référentiels communs,  la diffusion de bonnes pratiques d’encodage et des opérations de numérisation des données. L’un des objectifs de Musica est de coordonner la réflexion épistémologique des chercheurs, ainsi que le développement de nouveaux outils de représentation et d’analyse de la musique. Ces outils pourront prendre appui sur les langages HTML5, CSS3 et javascript, qui constituent les nouveaux standards de l’internet et permettent de réaliser des dispositifs multimédia interactifs facilement adaptables d’un projet à l’autre. Une attention particulière sera portée aux manières d’intégrer ces nouveaux outils de représentation à ceux développés dans les axes du consortium, notamment la constitution de corpus de partitions et le développement de plateformes d’archives sonores en ligne. Le Consortium est constitué de 3 grands axes thématiques sous la direction de Philippe Vendrix (Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours, UMR 7323  – porteur du projet), Victor Stoichita (Centre de recherche en Ethnomusicologie, UMR 7186) et Hugues Genevoix (Laboratoire d’Acoustique Musicale, UMR 7190).Axe 1.  La musique notée : MEI – OCRisation des sources.Le Centre d’études supérieures de la Renaissance de l’université François-Rabelais de Tours est en charge de ce premier axe. Il se donne pour mission de diffuser et coordonner les bonnes pratiques d’encodages de la musique, en adoptant notamment les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies du MEI (Music Encoding Initiative), pour les appliquer non seulement aux répertoires qui lui sont familiers – les musiques des XVe et XVIe siècles –,  mais aussi aux autres périodes de l’histoire de la musique, avec la participation de laboratoires partenaires tels qu’IReMus (Institut de Recherche en Musicologie, UMR 8223), le CMBV (Centre de musique baroque de Versailles), l’IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique). Axe 2. La musique enregistrée : numérisation, indexation, analyse du sonLe Centre de recherche en Ethnomusicologie et le LAM ont acquis ces dernières années une expertise technique et scientifique de haut niveau dans le traitement, la conservation et l’archivage numérique des fonds sonores. C’est ainsi qu’à vu le jour la plateforme web–audio Telemeta qui regroupe actuellement 23200 items sonores, consultables en ligne. Le traitement systématique des archives ainsi que l’enrichissement documentaire des fonds répond aux besoins spécifiques croissants des acteurs de la recherche. En collaboration avec les chercheurs et les professionnels de la documentation multimédia dont le souci constant est d’améliorer la valorisation de ce patrimoine pour l’ensemble de la communauté participe aux objectifs que s’est fixé le consortium. Axe 3. Les instruments : outils de classification actualisée, statut de l’objetL’étude des sources sonores (LAM, IRCAM, IreMus, CREM-LESC) constitue le 3e axe du consortium et se décline selon différentes approches scientifiques et empiriques tant au sein des sciences physiques que des sciences humaines : lutherie et traitement des matériaux, accordage et systèmes de mesure, aspects physiques ou physiologiques du fonctionnement et des mécanismes, techniques de jeu et geste musical, psycho-acoustique et perception, systèmes de classifications universelles et vernaculaires, organologie dans sa dimension historique et iconographie musicale etc. Dans le cadre du Web sémantique, l’un des enjeux de la mise en relation des ressources, catalogues et bases de données du domaine de la musique sera de repenser et compléter les systèmes de classification dans une triple dimension – collaborative, pluridisciplinaire et multilingue – et par des rapprochements entre référentiels, notamment le thésaurus multilingue sur les instruments musicaux.
  • Les sources de l'ethnomusicologie
    Dans le cadre du Labex Les passés dans le présent (2012-2020), le Lesc-Crem participe au projet « Les sources de l’ethnomusicologie », en partenariat avec la BnF (département de l’audiovisuel) et le musée du quai Branly, dont l’enjeu est de faciliter l’accès aux fonds patrimoniaux historiques de la discipline auprès de différents publics et de permettre une plus large diffusion des traditions musicales et orales du monde grâce à des modes d’accès innovants pour des publications web. Le projet porte sur la numérisation, la documentation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles ethnomusicologiques conservées à la Bibliothèque nationale de France, au musée du quai Branly et au Lesc-Crem. L’objectif est de poursuivre la numérisation et la documentation de fonds d’archives emblématiques (grands événements scientifiques, expositions et grands producteurs), et de les mettre à disposition des différents publics tout en créant des liens entre des collections complémentaires mais dispersées. À cette occasion un référentiel ethnomusicologique commun (instruments de musique, voix, danse, etc.) sera élaboré, constituant ainsi une première étape pour le partage des données. L’enjeu de ce projet est de faciliter l’accès à ces fonds patrimoniaux et de permettre une plus large diffusion des traditions musicales orales du monde grâce à des modes d’accès numériques innovants. À l’issue de cette première étape, d’autres institutions françaises et européennes, qui conservent des collections similaires, pourront devenir partenaires de ce programme. Coordination Lesc-Crem : Aude Julien Da Cruz Lima
  • Cross-Disciplinary and multicultural perspectives on Musical Rhythm
    Le CREM collabore au projet "Cross-Disciplinary and multicultural perspectives on Musical Rhythm", en partenariat avec les équipes de New York University (NYU Abu Dhabi et New York), en fournissant un corpus d'analyse constitué d'une sélection d'enregistrements sonores de musiques traditionnelles du fonds d'archives sonores du CNRS-Musée de l'Homme.
  • Atmah
    Alignment Task for Musical Archives Heritage (ComUE UPL) est un projet pluridisciplinaire (informatique, science de l'information, SHS) associant le Lesc, le Liasd et la Maison des Cultures du Monde, ainsi que les données de la BNF et du musée du quai Branly-Jacques Chirac pour améliorer la mise en relation des collections d'ethnomusicologie des partenaires (enregistrements sonores, objets, iconographie). Le projet s'intéresse à la gestion des vocabulaires d'indexation (accès, enrichissement, interopérabilité, alignement) pour les archives sonores, et plus largement pour les données musicales de la recherche et du patrimoine afin de renforcer leur valorisation au niveau national et internationale dans le contexte du Linked Open Data. L'enjeu du projet est de montrer l'intérêt de l'interconnexion et de prouver la faisabilité de sa réalisation dans les différents environnements techniques en présence entre des vocabulaires internes spécifiques et des vocabulaires externes de références (“pivots” de dimension internationale, type Rameau et Mimo conformes aux standards du web de données). A partir de cas concrets (classifications d'instruments de musique, typlogie de la voix, des environnements sonores), il s'agira d'établir des scénarios d'usage, des spécifications à tester et d'établir des procédures en adéquation avec les besoins des professionnels de l'information et de la recherche (échange, alignement semi-automatisé, data visualisation graphique et dynamique, annotation collaborative). Le projet est étroitement articulé avec les programmes passés et en cours des partenaires : ANR Diadems et Doremus, consortium Musica (TGIR Huma-Num), LabEx PasP, Europeana Sounds. Mots clés : vocabulaires contrôlés, thésaurus, alignement, musique, recherche d'information sémantique, Internet, valorisation
  • Europeana Sound
    Le CREM est partenaire du projet Europeana Sound, dirigé par la British Library. Ce projet est financé par l'Union Européenne. Europeana est une bibliothèque numérique européenne lancée en novembre 2008 par la commission européenne. Dans ce cadre, le projet Europeana Sound propose de créer un accès unifié aux collections sonores de grandes institutions patrimoniales et scientifique en Europe. Le Lesc-Crem participe à Europeana Sounds (2014-2017) qui regroupera les ressources sonores d’une vingtaine d’institutions : bibliothèques nationales, fondations, centres de recherche et universités européennes. D’ici 2017, plus d’un million d’enregistrements seront disponibles sur la plateforme audio Europeana Sounds, donnant à écouter la variété et la richesse du patrimoine sonore collecté par les institutions européennes au cours de ces 130 dernières années. Tous les types de contenus audio seront librement accessibles : des musiques (classique, contemporaine, traditionnelle ou de variété) aux contes et récits issus de la tradition orale, en passant par les bruitages, les ambiances sonores ou les sons de la nature, les langues courantes ou oubliées et les enquêtes de terrain issues de la recherche en sciences humaines et sociales. PRESENTATION (Abstract from "Description of work") Europeana Sounds creates a much-needed gateway to Europe’s incomparably rich sound and music collections. Many of Europe’s leading cultural heritage institutions have large, high quality audio collections which have great value for a wide range of general and professional audiences, but access to them is fragmented and constrained. So while audio is one of the most popular media types available through Europeana (equally true of the Web as a whole), it represents just 2% of Europeana overall. This project will bring together for the first time major European audio collections and specialist technologists to solve the problem. The project has six specific objectives which will result in delivery of the measurable outcomes listed below. Aggregation: provide a critical mass of digital audio tracks and supporting objects through Europeana to meet the needs of public audiences, creative industries and academic researchers. Enrichment: support discovery and use by improving metadata through innovative methods including semantic enrichment and crowdsourcing. Access: work with our content providers as well as publishers, the recorded music industry, rights holders, and libraries to improve access to out-of-commerce audio content and increase the opportunities for creative re-use of Europeana content. Channels: enhance the existing Europeana portal by implementing a mechanism for providing channels that enable specific user communities to discover, share and annotate digital audio content and which can be extended to address other communities of interest and media. Infrastructure: underpin the technical infrastructure required to enable the aggregation of metadata from archived digital content, primarily music and speech audio, including out-ofcommerce recordings and crowdsourced content, through the Europeana portal. Dissemination and networking: expand the work of the Europeana Sounds Best Practice Network among target audiences, acting as a catalyst for the inclusion of a significant quantity of items from collection-holders not yet engaged with Europeana. CONSORTIUM The Consortium has 24 partners from 12 countries selected for their content, technical, delivery and impact expertise. The core group of six are all active contributors to initiatives such as Europeana Creative and EUScreenXL and includes the Europeana Foundation (EF) itself. This will ensure maximum synergy with other Europeana initiatives and all the work proposed is foreseen in the Europeana business plan. The British Library (BL), Netherlands Institute for Sound and Vision (NISV) and Bibliothèque nationale de France (BNF) are three core content-providers joined by a further 15 sources of high-quality material, including ten that have not previously submitted audio material to Europeana. They include partners from Italy, Portugal, Greece, Latvia and the UK (Member States prioritised by Europeana because of their disproportionate under-representation). IMPACT The Europeana Sounds network has already received commitments to aggregate at least 530,000 rights-cleared audio and audio-related items from national libraries and archives, specialist sound archives, research institutes and non-profit foundations. This project will within three years more than double the amount of audio content aggregated in Europeana over the past seven years. Providers have also committed to develop solutions for IPR issues to increase that amount further and will work with users to improve the delivery of audio content. By forming a Best Practice Network including internationally renowned institutions we can give these issues the high visibility required. We anticipate working with new content providers who will become associated members of the network. These relationships will result in a total inventory of sound and sound-related content by the end of the project of at least 1.5m items and much more if rights are cleared for access to additional content. We shall also work with three commercial organisations, Historypin, Spotify and SoundCloud, to bring in their existing audiences and extend further the public reach of Europeana’s rich sound collections.
  • Dacaryh
    Le rythme calypso à travers l’histoire : une approche en science des données Le projet DaCaRyH se propose d’enrichir la pratique de l’ethnomusicologie en confrontant les répertoires de musiques traditionnelles aux technologies informatiques et aux techniques d’extraction automatique de données musicales. Parallèlement, il s’agit de répondre aux enjeux informatiques et statistiques des Big Data en intégrant des exemples de musiques traditionnelles dans le développement de systèmes intelligents. La base de données scientifiques des « Archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme » permet une mise en œuvre de ce projet. Membres Ethnomusicologues et ingénieurs du Lesc-Crem (CNRS/Université Paris Nanterre) et spécialistes des données du Centre de Musique Numérique (C4DM) de l’Université Queen Mary de Londres (QMUL, UK). S’ajoute à cette collaboration la participation du compositeur israélien Oded Ben-Tal, professeur associé en composition musicale à l’université de Kingston (KU), Londres  
  • Polimus
    Musique et politiques mémorielles : émergence, histoire, appropriations POLIMUS est un programme du LabEx Les passés dans le présent, dédié à l’étude située des narrations du passé et des reconstitutions musicales. Chercher à reconstruire les musiques du passé et leur histoire est une préoccupation ancienne. Depuis le XIXe siècle, l’imaginaire orientaliste a considérablement alimenté l’idée de l’existence de musiques « originelles ». Qu’il s’agisse de musiques « pharaonique », « arabe » ou « hindoue », une même référence au passé, vu comme prestigieux et immuable, a contribué à rationaliser les savoirs musicaux sur la base de filiations construites. Si la période orientaliste est relativement bien documentée, le projet POLIMUS s’attache plus spécifiquement aux manières de dire et de raconter le passé au cours du XXe jusqu’au début du XXIe siècle. En réunissant anthropologues et historiens, il invitera à porter une attention particulière, non plus aux seules représentations du passé mais également aux processus concrets de sa mise en récit. Il s’intéressera aux élaborations émanant des disciplines scientifiques, comme la musicologie et l’archéologie musicale, ou encore celles qui se jouent dans la création artistique elle-même, deux domaines qui s’inscrivent également dans des enjeux politiques locaux, nationaux et internationaux. MEMBRES Salwa Castelo-Branco, Séverine Gabry-Thienpont, Julien Jugand, Leonor Losa, Jean Lambert
  • Espace-son. Approche interdisciplinaire des milieux sonores
    Espace-son est un projet interdisciplinaire de l’Université Paris-Lumières (axe 1: Création) qui réunit les ethnomusicologues du Lesc-Crem (UMR 7186, CNRS-UPN) avec les musicologues de l’EA 1572 (Musidance, Paris 8). Le projet Espace-son propose une approche interdisciplinaire (faisant appel à l’ethnomusicologie, la musicologie, l’architecture, l’acoustique, l’anthropologie…) de nos milieux sonores. Il se focalise sur des milieux sonores quotidiens, tels que les espaces publics (marchés, places…), ou encore les salles de concert et les lieux de culte. Cette approche a une triple finalité. En premier lieu, il s’agit de comprendre les processus de perception avec lesquels nous appréhendons ces milieux sonores, processus qui leur permettent d’être qualifiés de « sensibles ». En second lieu, le projet, empruntant aux divers sciences nommées des protocoles d’étude (« parcours commentés », analyses « morphologiques », etc.), tente d’analyser les discours que nous portons sur ces environnements sensibles, s’efforçant de comprendre comment ils sont verbalisés. En troisième et dernier lieu, le projet analyse les pratiques artistiques (compositions à base de « paysages sonores », installations sonores, « écosystèmes audibles »…) qui intègrent ces milieux sonores, interagissant avec les lieux et les auditeurs qui s’y trouvent, transformant l’espace et l’écoute en matériaux artistiques.

Image

Le fonds d’archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme rassemble des enregistrements inédits et publiés de musique et de traditions orales du monde entier, de 1900 à nos jours. Constitué de supports variés (cylindres, 78 tours, disques vinyles, bandes magnétiques, cassettes, supports numériques), ce fonds se positionne parmi les plus importants d’Europe en terme de qualité, de quantité et de diversité.

CRISTAL collectif : l'équipe dédiée aux « Archives sonores du CNRS — Musée de l'Homme (MNHN) » est lauréate en 2018 de cette récompense décernée par le CNRS aux équipes d'ingénieurs et de techniciens pour leur projet collectif innovant.

Accéder au catalogue

En savoir plus...

 

 

Picto cremInformations pratiques

 

L’accueil au CREM se fait de préférence sur rendez-vous.
La consultation des ressources documentaires du CREM (archives et bibliothèque) se fait uniquement sur rendez-vous en contactant Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. par mail ou téléphone.

Pour plus d’informations et de renseignements : 01 46 69 26 68

Plan acces MAE Max WeberAdresse physique
Université Paris Nanterre
MSH Mondes bâtiment Max-Weber
Gare de Nanterre Université (RER A, Transilien)


Adresse postale
CREM - LESC - UMR 7186 - CNRS
MAE - Université Paris Nanterre
21 allée de l'Université - 92023 Nanterre Cedex
Tel: 01 46 69 26 68
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Direction et secrétariat : 01 46 69 26 68
Bureau des chercheurs : 01 46 69 26 67
Phonothèque / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. : 01 46 69 26 68 
Studio / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. : 01 46 69 26 69

 

 

Picto cremLiens