Dimitris Gianniodis

 
Dimitris Gianniodis
Doctorant
Dimitris Gianniodis
Le pas d'un ancêtre. Intentionnalités et expériences du temps dans les musiques et danses rituelles carnavalesques de Chíos (Grèce)
Michèle Baussant et Victor Stoichita
...

La thèse de Dimitris Gianniodis porte sur la manière dont musique et danse s'articulent durant les rituels de Carnaval (Apókries) sur l'île grecque de Chíos et suscitent chez les acteurs une expérience distincte du lieu et du temps. Son hypothèse centrale est que ces rituels, par les processus cognitifs qu'ils engagent et les interactions qu'ils impliquent, tendent à instaurer un espace-temps distinct du quotidien et caractérisé par ce qu'il conviendra d'appeler un « brouillage des intentionnalités ».

Son mémoire de Master basé sur une ethnographie de plusieurs villages de l'île consistait en une analyse des pratiques musicales et dansées lors des fêtes patronales (panégyres) et profanes (gléntia). L'hypothèse centrale était que la tradition, appelée localement parádosi, peut s'envisager comme un ensemble de schèmes de perception, d'appréciation et d'action activés lors de situations spécifiques et faisant l'objet d'une acquisition progressive au fil des occurrences. Parmi les schèmes classificatoires des pratiques traditionnelles, étaient notamment mises en évidence la catégorisation géographique et la « pensée aitiologique », la première assignant une origine aux individus et aux mélodies en les ancrant en un lieu (tópos) et la deuxième faisant de cette origine une cause des spécificités locales.

Cette manière d'envisager la tradition permettait d'expliquer le paradoxe selon lequel les habitants accordent une grande importance à la préservation de la tradition alors qu'ils contribuent sans cesse par leurs agissements à la transformer. Il s'agissait donc de proposer un renversement de perspective en posant l'hypothèse que les pratiques musicales et dansées des habitants ne sont pas une ressource qu'ils mobilisent dans l'affirmation d'une identité mais que ces pratiques sont cette identité dans la mesure où elles constituent des mises en formes et en actes de ces schèmes.

Gianniodis, D., 2020, Compte rendu de: Huw Halstead (éd.), Greeks Without Greece: Homelands, belonging, and memory amongst the expatriated Greeks of Turkey (Londres/New York, Routledge, Routledge Studies in Modern European History, 2019, 256 p.), Ethnologie française, 50 (3) : 586-588.
Gianniodis, D., 2019, Agir la tradition. Une ethnographie des pratiques musicales et dansées de l’île de Chios (Grèce, Nord-Est Egéen), mémoire de Master 2, sous la direction de Maria Couroucli et Katell Morand (Nanterre, Université Paris Nanterre), en ligne : https://www.academia.edu/44188728/Agir_la_tradition_Une_ethnographie_des_pratiques_musicales_et_dans%C3%A9es_de_l%C3%AEle_de_Chios_Gr%C3%A8ce_Nord_Est_Eg%C3%A9en_.
This master thesis focuses on the concept of tradition (parádosi) and on the way the inhabitants of the greek island of Chíos connect it to some of their musical and choreutic practices taking place during religious and secular feasts as well as during dance classes and shows. It questions the manner these practices are built during specific situations using the social constructionist perspective and Bourdieu's habitus and field theory. First an ethnography of these situations allows us to determinate which elements the actors consider to be traditional. It then sheds light on the paradox according to which specific musical and choreutic practices shoud be preserved while the actors continuously contribute to their transformation by acting the way they do. I argue that this paradox can be explained using the habitus theory : tradition (parádosi) is analyzed as a set of perception, judgement and action schemes activated during specific situations. Practice modifications are explained by the progressive modification of these schemes.
Gianniodis, D., 2019, « Les Grecs ont-ils cru à leur mythe? Le cas de la danse carnavalesque detós sur l’île de Chios », atelier "La danse comme objet anthropologique", CNRS d’Ivry.
Gianniodis, D., 2021, « "Η πολιτιστική δράση "Μουσικές Αναδρομές" : ψηφιακή ανάδειξη της μουσικής κληρονομιάς ενός χωριού με χρήση QR codes και προαγωγή εναλλακτικών μορφών τουρισμού στο νησί της Χίου" ("Le projet "Rétrospectives musicales" : exposition numérique du patrimoine musical d’un village en QR codes et promotion d’un tourisme alternatif sur l’île de Chios") », conférence-concert, Pityós, Chios.
Gianniodis, D., 2020, « Άρχισε γλώσσα μου γλυκειά και χείλη μου μελέτα. Η έννοια των λέξεων στα παραδοσιακά μας τραγούδια" ("Commence, douce langue, et pense, ô lèvre. Le sens des mots dans nos chansons traditionnelles") », manifestation culturelle, Centre culturel de Kardámyla, Chios.
Gianniodis, D., 2020, Les différences stylistiques entre le nord et le sud de l’île, "Chios : Voyage musical dans les villages du Nord", Le sel de la Terre (Chios, Grèce, ERT1), en ligne : https://www.ertflix.gr/psychagogia/to-alati-tis-gis/to-alati-tis-gis-chios-moysiko-odoiporiko-sta-voreiochora/.
Gianniodis, D., 2020, La recherche musicologique à Chios, "Chios : Voyage musical dans les villages du Sud", Le sel de la Terre (Chios, Grèce, ERT1), en ligne : https://www.ertflix.gr/psychagogia/to-alati-tis-gis/to-alati-tis-gis-chios-moysiko-odoiporiko-sta-notiochora/.

2021-2022, chargé de TD « Idées reçues sur la musique » (Introduction à l'ethnomusicologie) L1, Université Paris Nanterre

2021-2022, Chargé de TD « Anthropologie de la musique et des mondes sonores » L2, Université Paris Nanterre

2020-2021, chargé de TD « Idées reçues sur la musique » (Introduction à l'ethnomusicologie) L1, Université Paris Nanterre

14/11/2019, "Les rituels de Carnaval à Chios. Jeux d'identités, brouillage des intentionnalités, pièges à pensée?", intervention dans le cours "Musique, langage et rituel", Master d'anthropologie, université Paris Nanterre