Évènements

Soutenance de thèse de Pia Bailleul

Soutenances

Jeudi 09 Juin 2022 14:00 - 18:30
Bâtiment Grappin (B), salle René Rémond B015
200 avenue de la République, Nanterre

Présentation

« Gisements nationaux et terres communes : étude des reconfigurations juridiques, géologiques et politiques autour du traitement des sols et des sous-sols groenlandais à partir de l’ethnographie du projet minier de Kuannersuit »

Thèse de Pia Bailleul réalisée sous la direction Mme Sophie Houdart (CNRS)

 

Le jury sera composé de :

Pierre-Yves Le Meur, anthropologue, directeur de recherche, IRD-Université Montpellier 3, rapporteur

Sylvain Piron, historien, directeur d’études, EHESS, chaire de l’Histoire intellectuelle des sociétés médiévales, rapporteur

Irène Bellier, anthropologue, directrice de recherche, CNRS-EHESS

Béatrice Collignon, géographe, professeure, Passages-Université Bordeaux-Montaigne

Jean-Michel Huctin, anthropologue, maître de conférences, CEARC-Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines

Sezin Topçu, sociologue, chargée de recherche, CNRS-EHESS

 

Résumé :

Cette thèse porte sur les évolutions des régulations, de l'administration et de l'exploitation des terres au Groenland à partir de l'étude du projet minier de Kuannersuit et de la mobilisation sociale à laquelle il donne lieu entre 2013 et 2021. Je m'appuie sur des terrains ethnographiques menés à Nuuk ainsi qu'autour de Narsaq, la ville ciblée pour l'implantation, pour saisir les enjeux autour des terres. J'alimente cette approche d'une analyse de documents légaux, industriels et géologiques et dresse ainsi une histoire matérielle et politique des sols et des sous-sols depuis la période coloniale jusqu'à nos jours. Associés à l'émancipation vis-à-vis du Danemark, ancien État colonisateur, les sous-sols contribuent à partir des années 1970 à former le territoire et le collectif national sur un socle idéologique et géologique commun. Dans les années 2000, cet équilibre est perturbé par des révisions juridiques qui modifient les droits d'accès et d'usage des terres. Des chantiers industriels et politiques sont aussi lancés pour faire des mines l'industrie sur laquelle appuyer l’économie et la diplomatie de l'État groenlandais en construction. Dès lors, les projets miniers qui voient le jour se font les vecteurs de ces transformations et viennent perturber le collectif national et les espaces ciblés par les mines. L'analyse du projet de Kuannersuit souligne la place centrale occupée par ces structures dans ce mouvement de réforme des traitements des sols et des sous-sols, qui influencent et réalisent ces reconfigurations juridiques, géologiques et politiques. Les gisements nationaux deviennent alors l'objet de conflits pour l'occupation des terres, désormais disputées entre des rapports communs et étatiques pour leur contrôle.

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Flexicontent
Flexicontent
Accepter
Décliner